L'ARPD (Assistance et Recherche de Personnes disparues) est une association nationale fondée et enregistrée en février 2003, elle intervient auprès des familles touchées par la disparition d'un proche, majeur ou mineur. Vous pouvez nous contacter au moyen du mail assoweb. Vous pouvez également nous joindre au  06 32 78 29 25 

 

Durant la période estivale seules seront prises en compte les demandes URGENTES , pour les renseignements divers il est donc conseillé d'attendre après le 15 août afin d'avoir une réponse assurée. Les messages seront écoutés régulièrement. Merci nous avons tous besoin de vacances . Bonne vacances à tous . 

 

 

Nous tenons à préciser que l'A.R.P.D est une association loi 1901 d'aide aux victimes constituée de bénévoles et non une agence de détectives privés ou encore un service d'Etat nous faisons le maximum pour aider les familles victimes , notre seule reconnaissance est leur remerciement pour les avoir soutenues. 

 

 

Pour connaître nos correspondants départementaux, veuillez cliquer sur L'A.R.P.D. en France. Vous pouvez également les contacter directement.

 

 


Pour acceder aux avis de recherches cliquez sur:

Galerie photos


                    

Chers visiteurs,

 

Depuis un an l’A.R.P.D. ses responsables, tente de palier aux lacunes des autorités face à des familles esseulées et abandonnées à leur triste sort.

 

Depuis l’abrogation de la RIF (Recherches dans l’Intérêt des Familles) le 26 avril 2013 par Monsieur Valls alors Ministre de l’Intérieur, l’accueil des proches de disparus n’est plus assuré par les services de police et de gendarmerie lorsque la disparition ne présente pas un caractère « inquiétant » (caractère estimé par ces mêmes services...).

 

Les familles se voient trop souvent infliger des réponses inadmissibles lorsqu’elles veulent déclarer une disparition en leur indiquant que la liberté d’aller et venir permet à chaque adulte de disparaître librement. La disparition fait alors l’objet, au mieux, d’une « main courante » (sans intérêt car aucune recherche n’est faite à la suite) sinon, les proches sont invités à se rendre sur les réseaux sociaux pour y faire paraître un avis de recherche ou à se rapprocher d’associations telles que la nôtre.

 

Nous estimons qu’aujourd’hui les familles des 40 à 50.000 personnes qui disparaissent annuellement (momentanément ou définitivement), ne reçoivent pas l’aide et la considération qu’elles attendent des pouvoirs publics, et que tous les moyens ne sont pas mis en œuvre afin de retrouver leurs disparus.

 

Nous avons donc soumis aux pouvoirs publics une liste de 20 propositions pour améliorer le dispositif de recherche des personnes disparues en France et pour aider au maximum les familles.

 

Nous avons été reçus dans plusieurs Ministères, sans résultat pour l’instant, mais nous avançons à petits pas et nous ne désespérons pas de voir aboutir certaines de nos propositions.

 

Si d’une façon ou d’une autre vous voulez nous aider à atteindre notre but, que vous soyez familles, politiques, journalistes ou simples visiteurs vous intéressant à la cause, n’hésitez pas, vous pouvez nous rejoindre par le biais du mail assoweb ou des mails correspondant à nos antennes ou encore par  téléphone. Nous pourrons vous faire parvenir nos propositions. vous pouvons également, les obtenir en cliquant sur le lien ci-dessous. 

 

Merci.

 

L’équipe A.R.P.D.

 

 

/../../../../uploaded/20-propositions-arpd.pdf

 

 

 

Mot de la Présidente,

 

Assistance et Recherche de Personnes Disparues (ARPD) est une association loi 1901 ayant pour objet l’assistance aux personnes dans la recherche d’un proche ou d’un membre de leur famille disparu ou supposé tel.

 

Pour ce faire, celle-ci se donne tous les moyens, dans le cadre de la législation en vigueur, afin d’enquêter auprès des administrations, des divers organismes ou de toutes personnes susceptibles de les aider à localiser la personne disparue, et si besoin, de prendre contact avec elle et de la ramener auprès de ses proches.

 

S’étant doté de nouveaux statuts en 2016 afin d’avoir une assise nationale, l’association dispose de délégations régionales et d’antennes départementales ou interdépartementales. Elle s’appuie sur un réseau de bénévoles assurant à la fois des tâches de soutien auprès des familles, de diffusions des avis de recherche et d’enquêtes de proximité.

 

Le 20 mai 2017, l’Assemblée Générale a eu lieu à Lyon à la mairie du 8 éme , élisant un nouveau bureau et un Conseil d’Administration.

 

Notre association dispose d’un site internet où les disparitions ayant fait l’objet d’un avis de recherche (des services officiels, des familles ou initié par l’A.R.P.D.) sont répertoriées. Ce site est largement consulté par les internautes et les institutionnels. Ainsi, en 2015, près de 420 000 connections ont été enregistrées et plus de 2 000 avis de recherche ont été diffusés.

 

Les bénévoles de l’association apportent par ailleurs des conseils aux familles dans l’inquiétude lors de la disparition d’un proche, et, en cas de saisine de celle-ci,  les assistent dans leurs démarches, que ce soit auprès des services de police ou de gendarmerie, de la justice, ou dans leurs recherches de terrain, notamment lorsque la disparition n’a pas été jugée inquiétante par les services officiels.

 

Actuellement l’A.R.P.D. compte 60 membres actifs et elle recherche constamment de nouveaux bénévoles pour renforcer sa couverture nationale. Ceux-ci sont d’origines professionnelles diverses (anciens policiers ou gendarmes, personnes issues du milieu social ou médico-social, experts en informatique, personnels administratifs ou éducatifs, professions libérales, etc.)

 

Assistance et Recherche de Personnes Disparues (A.R.P.D.)

association loi 1901

adresse postale : 104 Boulevard Coataudon 29490 GUIPAVAS

mail : contact@arpd.fr

site : www.arpd.fr

Présidente Nationale : Pascale BATHANY (06.32.78.29.25)

Vice Président National  : Bernard VALEZY (06.85.14.62.91)



Ajouté le 03/07/2017 par Pascale - INFO

 

Parti en Argentine pour un trek, Nelson Moreira Da Silva, ne donne plus signe de vie depuis un mois. Des restes de corps humains ont été retrouvés mais ses proches gardent espoir.

 

Publié le 21 Juil 17 à 16:41 / Modifié le 21 Juil 17 à 18:53 

 

 

La disparition de Nelson fait vivre un enfer à ses parents, ses deux frères et sa compagne (©DR)

« Il est peut-être vivant, quelque part, et a juste besoin que je me batte pour lui ! » Charline, jeune Melunaise de 28 ans, est passée par tous les états émotionnels. Après l’abattement du début, elle fait aujourd’hui preuve d’une détermination farouche. « Je ne lâcherai pas ! Je suis avec Nelson depuis l’âge de 15 ans et je crois encore que mon homme est vivant. »

 

Disparition troublante

 

C’est une information d’Europe 1. Depuis plus d’un mois, les proches de Nelson Moreira Da Silva vivent un enfer. Ce Portugais de 36 ans est en effet parti le dimanche 11 juin 2017 pour un trek en Argentine, dans la Cordillère des Andes. Raison pour laquelle il s’est rendu dans la ville montagnarde d’El Bolson, dans le centre ouest du pays, dans la province de Río Negro en Patagonie.

Le dernier contact de Charline avec son compagnon date du 13 juin. À ce moment, Nelson lui dit : « Je laisse mes affaires à l’hôtel et je vais faire le tour de la ville ». Depuis, il n’a plus donné aucun signe de vie. « Le lendemain, je n’ai pas réussi à le joindre. Mais c’est 48 heures plus tard que je me suis affolée », se remémore la jeune femme. En effet, le couple, qui a acheté un logement à Melun il y a un an, a pour habitude de rester en contact quotidiennement.

On nous cache des choses !

Très vite, les proches de Nelson comprennent que quelque chose ne va pas. Le père et le frère du disparu embarquent en toute hâte le 18 juin dans un avion en direction de l’Argentine. Sur place, ils espèrent remonter la piste de Nelson. Ils déchantent vite… « L’hôtel leur a dit que Nelson avait appelé le 16 juin pour dire qu’il viendrait récupérer son sac à dos plus tard, mais la police affirme ensuite qu’il n’y a eu aucun coup de fil », s’étonne Charline qui a du mal à démêler le vrai du faux.

Elle poursuit : « La police n’a pas du tout pris la mesure de sa disparition. On nous cache des choses, c’est sûr ! Mais on ne comprend pas pourquoi. »

 

Une tête et deux jambes retrouvées

 

Le père et le frère restent finalement trois semaines sur place mais ne trouvent rien, malgré l’aide de quelques habitants. Ils rentrent le 6 juillet, la veille d’une macabre découverte. Charline et la famille de Nelson apprennent en effet que des restes humains ont été retrouvés à quelques kilomètres d’El Bolson. Une tête non identifiable et deux jambes gisent à cet endroit, avec des vêtements et un téléphone portable. C’est ce dernier élément qui suscite le plus d’angoisse. « Il n’y a pas de doute, c’est le téléphone de Nelson, j’ai reconnu son fond d’écran, et c’est moi », confie Charline.

 

Le problème, c’est que, selon la jeune femme, les différentes pièces de l’enquête ne s’emboîtent pas. « Nelson est très barbu. Alors qu’on nous dit que la tête retrouvée est dépourvue de poils ». Et de poursuivre : « Leur thèse est que Nelson aurait eu un accident il y a trois semaines ». Or, elle met à l’épreuve tous les arguments présentés par Francisco Arrien, l’équivalent du procureur local (el fiscal) : « Il fait actuellement autour de 0 °C et il est tombé près de 30 cm de neige. Et ils veulent me faire croire qu’ils ont réussi à rallumer un portable dans ces conditions ? »

« Même s’il est mort, on a le droit de savoir ce qu’il s’est passé ! Mais on ne le reconnaîtra pas tant qu’on ne nous aura pas prouvé que c’est bien lui ». D’ailleurs, elle relève le fait qu’un autre homme avec le même profil serait également porté disparu depuis octobre 2016.

 

Des tests ADN sont en cours

 

Quant à savoir ce qu’il s’est passé, ce ne sont que des suppositions. « Nelson a pu être séquestré et sa mort mise en scène, tout est possible. Il n’a rien fait de mal, c’est certain, il n’est pas comme ça. Mais il a peut-être vu quelque chose qu’il n’aurait pas dû voir. »

 

En attendant, l’enquête suit son cours, même si les informations tombent au compte-gouttes. L’autopsie réalisée sur les restes humains n’aurait rien donné. Mais un test ADN doit livrer ses résultats. « Ils nous ont dit que ça prendrait 45 jours ! », lance Charline, lasse de « cette attente insupportable » et épuisée par ces larmes versées tous les jours. 

Une page Facebook est en ligne pour soutenir la recherche de Nelson : Nelson Moreira Da Silva – Where are you ?

Voici la page Internet de ministère des Affaires étrangères sur les recommandations et les risques en Argentine



Ajouté le 21/07/2017 par Pascale - disparition inquiétante Majeurs

 

APPEL A TEMOINS 

 

 

 

 

La Gendarmerie des Landes signale la disparition inquiétante de Dominique L., 54 ans, parti de son domicile à DOAZIT depuis hier soir le 20 juillet 2017 à 18 heures avec sa voiture, une Citroën C4, couleur marron, kaki immatriculée DP-724-GJ.

Il est susceptible de se trouver entre les départements des Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

Signalement : corpulence moyenne, taille 1,69 m, cheveux châtains foncés courts, barbe, vêtu d'un vieux short rouge et d'un tee-shirt gris clair avec inscription 'JOHN'S", espadrilles noires.

Merci de partager cette information avec votre entourage. Si vous découvrez cet homme ou si vous avez des renseignements à communiquer, merci de contacter la Gendarmerie de Montfort-en-Chalosse au 05.58.98.59.63 ou le 17.

 



Ajouté le 21/07/2017 par Pascale - disparition inquiétante Majeurs

 

 

APPEL A TEMOINS 

 

 

AVIS DE RECHERCHE DISPARITION D'UNE SEXAGÉNAIRE ENTRE COGNAC ET GENSAC-LA-PALLUE

 

Gisèle Germain a disparu ce mercredi 19 juillet entre 13h20 et 13h30 durant le trajet de Gensac-la-Pallue à Cognac.

Repro CL

 

Par charentelibre.fr, publié le 20 juillet 2017 à 19h36.

 

Âgée de 60 ans, Gisèle Germain a quitté son domicile à 13h20 pour embaucher à 13h30 à Cognac le mercredi 19 juillet. Elle ne s'est jamais présentée à son travail.

 

Elle mesure 1m60, possède les cheveux courts et bruns et roule dans une Ford Fiesta gris/bleu. Sa famille est sans nouvelle d'elle actuellement.

 

Si vous voyez cette personne ou avez des informations, appelez le 05 45 83 40 09 ou composez le 17.



Ajouté le 21/07/2017 par Pascale - disparition inquiétante Majeurs

 

Une Mentonnaise de 37 ans a disparu, la police lance un appel à témoin

 

PAR LA RÉDACTION Mis à jour le 20/07/2017 à 19:05 Publié le 20/07/2017 à 18:06

 

 

Amandine Dorez DR

 

Disparue depuis le 11 juillet, Amandine Dorez, née Machart, une Mentonnaise de 37 ans est activement recherchée.

 

La police lance un appel à témoin afin de retrouver cette mère de trois enfants.

 

Amandine Dorez, une Mentonnaise née le 16 avril 1980, a été aperçue pour la dernière fois le 11 juillet. Elle quittait, en larmes, l'institut Karmapa, un centre bouddhiste tibétain situé au 35 Chemin de la Ferrière, sur la commune de Valderoure, dans les Alpes-Maritimes. Elle aurait été aperçue vers 17 heures.

 

Sa voiture a été retrouvée le 17 juillet dans une forêt de Lamartre, dans le Var. Des chiens pisteurs ont été lancés à sa recherche.

 

Toute personne susceptible d'avoir des renseignements sur cette personne est priée de contacter la gendarmerie de Bargemon au 07.78.12.42.84 ou le commissariat de police nationale de Menton au 06.27.63.65.24.



Ajouté le 21/07/2017 par Pascale - disparition inquiétante Majeurs

1 2 3 4   Page suivante