Pédophilie: le pape François ordonne aux évêques de ne jamais étouffer les scandales

 

Le pape François s'adresse à la foule lors de son audience générale, le 4 février 2015 au Vatican, à Rome (c) Afp

Le pape François s'adresse à la foule lors de son audience générale, le 4 février 2015 au Vatican, à Rome (c) Afp

 

Cité du Vatican (AFP) - Le pape François a adressé jeudi une lettre aux évêques et responsables religieux catholiques dans le mondeentier leur ordonnant de ne plus jamais étouffer les scandales de pédophilie au sein de l'Eglise.

"Il ne pourra être donné priorité à aucun type de considérations, de quelque nature qu'elles soient, comme par exemple le désir d'éviter le scandale, parce qu'il n'y a aucune place dans le ministère de l'Eglise pour ceux qui abusent des mineurs", a insisté le pape dans cette lettre.

"Les familles doivent savoir que l'Eglise n'épargne aucun effort pour protéger ses enfants et qu'elles ont le droit de se tourner vers elle avec une pleine confiance, parce que c'est une maison sûre", a-t-il ajouté, en demandant aux instances locales de "réviser régulièrement" leurs procédures mises en place depuis 2011 à la suite d'une circulaire envoyée sous le pontificat de Benoît XVI.

Cette lettre est adressée à tous les présidents de conférences épiscopales et aux supérieurs des communautés religieuses, à la veille de la première réunion au complet au Vatican d'une commission d'experts pour la protection des mineurs nommés par le pape.

Complétée en décembre avec huit nouveaux membres venus notamment d'Afrique, d'Amérique latine et d'Asie, cette commission présidée par le cardinal américain Sean O'Malley compte neuf hommes et sept femmes.

Deux anciennes victimes -un Britannique et une Irlandaise-- d'abus commis par les prêtres en font partie, et la plupart des autres membres sont d'éminents psychologues.

La commission va désormais s'atteler à la rédaction de ses statuts. Elle s'occupera de la prévention, de l'éducation et de la mise en place de "bonnes pratiques" dans toute l'Eglise.

L'image de l'Eglise a fortement pâti depuis une vingtaine d'années de la révélation selon laquelle des milliers d'enfants et d'adolescents avaient été victimes de sévices sexuels commis par des prêtres, tout particulièrement en Irlande et aux Etats-Unis entre les années 1960 et 1990.

Malgré les récentes consignes du Vatican, les associations d'anciennes victimes comme le réseau américain SNAP continuent de critiquer le pape et le Saint-Siège, en particulier le fait que la confidentialité ne soit pas levée sur les enquêtes internes concernant les prêtres.

 

 

Le Vatican doit mettre en pratique sa politique de tolérance zéro en matière de pédophilie et de non dénonciation de pédophilie.

 

 

Le cardinal de Boston Sean O'Malley, proche conseiller du pape François, a affirmé que le Vatican devait mettre en pratique sa politique de tolérance zéro en matière de pédophilie et de non-dénonciation de pédophilie en se saisissant "urgemment" du cas d'un évêque américain.

 

Le cardinal a indiqué sur la chaîne CBS que le Saint-Siège devait "se saisir urgemment" du cas de Mgr Robert Finn, toujours en fonction dans le diocèse de Kansas City-Saint Joseph alors qu'il a été reconnu coupable il y a deux ans de non-dénonciation de crime pédophile de la part d'un prêtre. Le "pape François en est conscient", a ajouté le cardinal lors d'une interview à paraître dimanche et dont des extraits ont été publiés vendredi par CBS. 

L'église catholique américaine n'en finit plus de chercher à se dépêtrer d'un énorme scandale de pédophilie de ses prêtres, qui a démarré dans les années 1980 et lui a coûté près de trois milliards de dollars en dédommagements. Elle a été accusée de chercher à étouffer les affaires, les évêques se contentant de déplacer les coupables de paroisse en paroisse sans être eux non plus inquiétés par leur hiérarchie. "Ce qui est le plus important, c'est la question de la responsabilité", a ajouté le cardinal sur CBS. 

"Nous sommes en train de réfléchir à l'idée d'avoir des protocoles, à savoir comment répondre quand un évêque n'a pas assuré la protection des enfants de son diocèse". L'évêque de Kansas City a été reconnu coupable il y a deux ans de non-dénonciation de crime pédophile et condamné à deux ans de mise à l'épreuve. A la suite de son prédécesseur Benoît XVI, le pape François prône la tolérance zéro contre la pédophilie mais le Vatican a été plusieurs fois pointé du doigt pour son manque d'initiative. 

En septembre dernier toutefois, il a annoncé l'ouverture d'une procédure pénale pour pédophilie contre son ancien nonce apostolique (ambassadeur) en République dominicaine, le Polonais Josef Wesolowski, qui pourrait aboutir au premier procès pour pédophilie dans la petite cité-Etat.