Meurtre de la joggeuse de Bouloc : ce que l'on sait du suspect mis en examen

FAIT DIVERS – UN individu de 34 ans déjà placé en garde à vue dans la même affaire a été mis en examen et incarcéré. Si aucune preuve n'a été retenue contre lui, le juge estime qu'il existe des "indices graves et concordants".

Patricia Bouchon avait disparu le 14 février 2011 alors qu'elle faisait son jogging.

Patricia Bouchon avait disparu le 14 février 2011 alors qu'elle faisait son jogging.

 

Laurent D est un ancien maçon-plaquiste, de 34 ans. Cet habitant de Bouloc a été appréhendé par les gendarmes ce lundi matin.  Il n'est pas passé aux aveux,mais "selon le juge il existe des indices graves et concordants", à son encontre a commenté Pierre-Yves Couilleau, le procureur de la République.

Il s'agit en tout cas d'un bond important dans l'enquête sur cette affaire. Il y a quatre ans, le 14 février 2011 à 4 h 30 du matin, Patricia Bouchon, 49 ans, disparaît alors qu'elle était partie faire son jogging. Son cadavre sera retrouvé six semaines plus tard dans une canalisation d'eau, à une dizaine de kilomètres de son domicile.

"Un oiseau de nuit privé de sommmeil"

Depuis, les enquêteurs ont interrogé de nombreux suspects. Mais à chaque fois, ils ont fait chou blanc. Laurent D, lui, a été entendu deux fois depuis la diffusion du portrait-robot, en octobre 2013. Présenté par Pierre-Yves Couilleau comme "psychotique", "un oiseau de nuit privé de sommeil cherchant refuge dans l'alcool et les paradis artificiels" à l'époque des faits, il a vu les soupçons se resserrer autour de lui au fil des mois. Dix jours après la mort de Patricia Bouchon, il demande un mois d'arrêt de travail pour suivre des soins psychiatriques : il ne reprendra jamais le poste dans son entreprise et depuis il est suivi des "traitements très lourds".

 

Plusieurs témoins et proches confirment qu'à l'époque des faits il possédait une Clio claire, la même signalée par un témoin proche du lieu du crime. "Alors qu'il se souvient de toutes ses voitures depuis l'obtention de son permis de conduire, il prétend ne plus se souvenir de ce véhicule", ajoute le procureur de la République. Malgré les intenses recherches effectuées par les gendarmes, cette voiture n'a jamais été retrouvée.

"Je n'ai aucun remords, je ne la connaissais à peine"

Autres faits troublants selon le magistrat: les phrases prononcées aux enquêteurs lors de ses auditions il y a quelques mois. "J'ai fait mon deuil pour Patricia Bouchon, je n'y pense plus", avait-il déclaré en embrassant la photo de la victime. Avant d'ajouter: "Je n'ai aucun remords dans cette affaire, je ne la connaissais à peine".

Avocat de la famille Bouchon, Stéphane Juillard a voulu se montrer prudent après cet épisode. "Il y a de l'espérance pas de la réjouissance, maintenant on attend des aveux". Incarcéré en centre de détention, Laurent D devrait subir de nouveaux examens psychiatriques.

Philippe FONT