Angers Il y a 10 ans, s'ouvrait le procès de pédophilie d'Angers

66 accusés, 45 enfants victimes, 47 tomes de procédures représentant 25 000 pages : le procès qui s’ouvrait le 1er mars 2005 à Angers donne aujourd’hui encore le vertige et la nausée.

Par le nombre des accusés et des victimes, ce fut le plus important procès de ce genre qui a eu lieu en France. Ce fut aussi un des plus sordides : dix ans après des magistrats, des policiers, des travailleurs sociaux sont encore marqués par cette épouvantable affaire.

Le procès dura près de 5 mois au palais de justice d’Angers. Comme aucune salle n’était assez grande pour accueillir l’ensemble des accusés et des avocats, une salle en préfabriqué de 400 m2 avait été spécialement construite dans la salle des pas perdus du tribunal.

Le procès suivait de quelques mois celui d’Outreau qui se termina par la Berezina judiciaire que l’on sait. Au contraire, l’instruction de l’affaire angevine et le procès d’il y a dix ans sont aujourd’hui salués comme des réussites judiciaires.

Au final il y eut 3 acquittements et 63 condamnations pour un total de 517 années de prison distribuées. Jamais les débats ne permirent de révéler un réseau de supposés « cagoulés » dont le fantasme sévit pourtant dans les innombrables émissions qui ont été consacrées à cette affaire.

Aujourd’hui, seuls quatre ou cinq des auteurs les plus lourdement condamnés sont encore en prison (dont les trois qui avaient été condamnés à 28 et 26 ans de réclusion). Les autres sont sortis et se sont installés loin d’Angers, souvent dans les villes où ils avaient été détenus.