Abus sexuels sur mineur : le soutien de la mère est essentiel

Lorsqu’une violence sexuelle sur mineur est révélée, la réaction de la mère de la victime joue un rôle primordial.

Abus sexuels sur mineur : le soutien de la mère est essentiel

 

Une agression sexuelle pendant l’enfance laisse des traces indélébiles chez les victimes. Mais le soutien de leur mère peut les aider à mieux affronter ce traumatisme. Une idée que les chercheurs de l’université américaine de Caroline du sud ont confirmé, via une étude.

 

"La révélation de l’abus sexuel peut être un processus très stressant pour un enfant, et la réaction de la personne qui s’occupe de lui peut jouer un rôle clé dans sa façon d’y faire face", explique Kristyn Zajac, auteur principal de l’étude, à l’agence Reuters.

En France, 81% des victimes d’abus sexuels sont mineures. Les enfants qui ont subi ces violences sont plus à risques de suicide, fugues ou problèmes comportementaux que les autres. Pour mieux comprendre comment les aider, les chercheurs ont donc demandé à 118 enfants ayant subi des abus et à leurs mères (ou tutrices) de répondre à quelques questions.

Moins de dépression grâce au support de la mère.

Dans une pièce séparée, les victimes ont raconté la façon dont leurs mères se sont comportées quand elles ont appris la nouvelle. Les réactions peuvent varier : si certaines soutiennent d’emblée leur enfant, d’autres sont tellement choquées ou se trouvent dans des situations si compliquées qu’elles doutent ou qu’elle réagissent très violemment, en exprimant une envie de vengeance.

Neuf mois plus tard, les chercheurs ont répété l’expérience. En conclusion, ils en ont déduit que les enfants ayant décrit leur mère comme un soutien émotif fort ont moins souffert de dépression ou de colère. En revanche, ceux dont la mère avait douté de leurs propos ont montré des problèmes de comportement (appelé aussi comportement d'extériorisation). Et les enfants dont les mères ont exprimé un désir de vengeance sont plus à risque de développer des troubles de stress post-traumatique.

Dans tous les cas, les auteurs de l’étude rappellent que l’aide d’un professionnel est fortement recommandé pour dépasser ce traumatisme.

 

Auteur:  
Elena Bizzotto