Rapt et fugues – Des adolescentes disparues retrouvées mortes

lycée

Une septuple disparition d’adolescentes et de fillettes est enregistrée ce mois-ci à la brigade criminelle. Deux des victimes ont été retrouvées mortes et le sort des quatre autres est incertain.

Des disparitions de fillettes et d’adolescentes créent une psychose dans la capitale. Depuis le début de ce mois, sept cas sont signalés au service central des affaires criminelles à Anosy. Parmi les victimes, deux adolescentes de dix-sept ans ont été retrouvées mortes. L’une d’elles a trouvé une mort atroce. Jeudi, sa dépouille gisait dans un endroit isolé à Andraisoro, avec un bâton planté dans ses parties intimes.

Le rapport d’autopsie a révélé un viol. Arrêtés, cinq suspects dont deux femmes ont été placés en détention préventive avant-hier. Le deuxième corps a été, en revanche, découvert dans un caniveau à Ankadikely Ilafy, une dizaine de jours plus tôt. La victime allait se rendre à l’église, avant qu’elle ne disparaisse.

Alors qu’une lycéenne de dix-neuf ans, disparue à Betafo, a été retrouvée la semaine passée dans une maison où elle a trouvé refuge à Amboditsiry, après que ses proches ont signalé son enlèvement à la police criminelle. quatre autres filles et enfants demeurent jusqu’à présent introuvables.

Proie de ravisseurs
Parmi ces dernières figurent une adolescente de dix-neuf ans résidant à Itaosy, dont la famille a signalé le rapt dans le courant de la deuxième semaine de ce mois. Le 13 avril, une jeune fille de douze ans s’est, pour sa part, volatilisée au beau milieu de la nuit à l’hôpital d’Ampefiloha, alors qu’elle y avait à faire avec sa mère. Cette dernière a avancé la thèse d’un rapt d’enfant.

Une triple disparition d’enfants et de pré-adolescente était dans la foulée parvenue à la brigade criminelle. Cette fois-ci, c’est une jeune fille de seize ans ainsi que deux enfants âgés respectivement de dix et de six ans qui en ont fait les frais

Un enlèvement dont les auteurs seraient des ravisseurs motorisés, a été communiqué à la police. Au fur et à mesure des recherches, la pré-adolescente est rentrée chez elle toute seule, saine et sauve. Alors qu’elle affirme avoir réussi à s’échapper du tout-terrain des prétendus kidnappeurs, le sort des deux enfants qui l’avaient accompagnée reste incertain. D’ailleurs, leurs familles ne donnent plus aucune nouvelle à la police, selon les informations recueillies, depuis que l’aînée a été retrouvée.

«Nous ouvrons immédiatement une enquête, dès que nous sommes informés d’une disparition de personne», déclare le commissaire principal, Jean de Matha Rakoton­drasoa, chef du service central des affaires criminelles. «Il arrive, dans certains cas, que nous ayons affaire à des fugues plutôt qu’à des rapts, comme le déclarent les familles des disparues, mais, nous ne négligeons aucune information sur les kidnappings. D’ailleurs, deux des disparues recensées dans notre service au cours de ce mois ont trouvé la mort», ajoute-t-il. En saisissant la balle au bond, il met en avant que des ravisseurs ont voulu enlever à Anosi­patrana avant-hier, un adolescent de quatorze ans, pour le relâcher aussitôt après avoir réalisé qu’ils se sont trompés de proie.