Charlevoix : un homme arrêté pour maltraitance envers un septuagénaire

La Sûreté du Québec (SQ) a procédé vendredi à l'arrestation d'un homme de 53 ans dans la région de Charlevoix relativement à des gestes très violents commis à l'endroit d'un septuagénaire en perte d'autonomie dans une résidence pour personnes souffrant de déficience intellectuelle.

 

Un véhicule de la Sûreté du Québec

Un véhicule de la Sûreté du Québec

 

Jean Coutu, originaire de Québec, a comparu en après-midi au palais de justice de La Malbaie, pour répondre à deux chefs d'accusation de voies de fait graves et voies de fait causant des lésions.

Selon l'acte d'accusation, les gestes violents ont été commis à Saint-Urbain en avril et en mai. La victime a été blessée, mutilée et défigurée, peut-on y lire.

« Le suspect était en état d'autorité sur la victime au moment des événements. C'est un individu connu des milieux policiers. Il est détenu jusqu'au 17 juin prochain, où il reviendra pour son enquête sur remise en liberté », a fait savoir Ann Mathieu, porte-parole de la SQ.

La victime habitait ce qu'on appelle une « ressource intermédiaire » en hébergement, soit une entreprise privée affiliée à un établissement public de santé.

La résidence en question, dont le nom n'a pas été dévoilé, relève du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, qui dit avoir « pris les dispositions nécessaires pour assurer la sécurité et l'intégrité » des neuf autres personnes hébergées au même endroit.

Dès que les faits lui ont été rapportés, le CIUSSS a lancé une enquête et demandé au propriétaire de la résidence visée le retrait de Jean Coutu de son lieu de travail. Il a ensuite procédé au transfert des neuf personnes qui étaient hébergées dans cette résidence.

Le CIUSSS a aussi placé des membres de son propre personnel à l'intérieur de deux autres résidences appartenant au même propriétaire. Il a aussi retiré des usagers d'une autre résidence, le temps que l'enquête de la SQ suive son cours.

Au total, 32 personnes sont visées par une relocalisation ou ont été prises en charge par le CIUSSS.

Selon le président-directeur général adjoint du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Guy Thibodeau, le promoteur de ce type d'hébergement se doit de fournir les antécédents judiciaires de son personnel. « On demande maintenant aux promoteurs de nous assurer que son personnel n'a pas d'antécédents. »

L'enquête se poursuit

L'enquête relativement à cette affaire a commencé le 21 mai à la suite d'un signalement, qui concernait une allégation de possible maltraitance.

D'autres accusations pourraient être portées contre Jean Coutu. « L'enquête n'est pas terminée. Il y a quand même d'autres personnes à rencontrer », affirme Ann Mathieu.

À la suite des gestes violents à son endroit, la victime a reçu les soins appropriés. On ne craint pas pour sa vie, précise la SQ.

La SQ a procédé à l'arrestation de l'homme de 53 ans en collaboration avec des enquêteurs du poste de la MRC de Charlevoix et du CIUSSS de la Capitale-Nationale.