Qui étaient «les disparues de l'A6» ?

Résultat de recherche d'images pour "logo figaro"  Près de trente ans après les faits, un premier procès pour meurtre de l'une de ces jeunes femmes s'ouvre mercredi. Retour sur cette série de meurtres mystérieux et toujours non élucidés pour la plupart.

Le meurtrier de Christelle Blétry, une des disparues de l'A6, devrait être jugé courant 2016.

Elles étaient toutes jeunes, âgées de 13 à 23 ans. Elles ont toutes disparu de façon brutale entre 1984 et 1999 sans donner d'explication, dans le périmètre restreint de la Saône-et-Loire. Des morts brutales et des affaires incroyablement douloureuses, non élucidées pour la plupart, regroupées sous le nom des «disparues de l'A6». Toutes ont en effet eu lieu dans un périmètre d'une centaine de kilomètres autour de l'autoroute.

Deux de ces meurtres sont en attente de jugement, les autres sont encore au pôle d'instruction du tribunal de Chalon-sur-Saône. Sans l'investissement des familles, regroupées au sein del'association Christelle et sans le soutien de Me Seban et Me Hermann, ces affaires seraient tombées dans l'oubli.

La série macabre commence en août 1984, indique La Gazette de Côte-d'Or. Deux touristes belges originaires de la région liégoise, Marie-Agnès Cordonnier et Françoise Bruyère sont en route pour le sud de la France. Elles choisissent de s'y rendre en stop. Le 22 août vers 18 heures, elles font une halte à Mâcon. Elles reprennent ensuite la route. On ne les retrouvera jamais. Aucune trace, aucun indice, aucun témoignage, aucun suspect.

Sylvie Aubert est tuée en novembre 1986. Crédit photo: association Christelle

Quelques mois plus tard, Sylvie Aubert, 22 ans, rentre du travail. Ce 14 novembre 1986, elle quitte le supermarché Mammouth de Chalon-sur-Saône où elle est caissière et monte sur sa mobylette pour rejoindre son domicile. Elle ne rentre pas chez elle. Son corps sera retrouvé à trente kilomètres de chez elle, cinq mois après sa disparition, dans la Dheune. La jeune femme a été étranglée. Ses poignets sont entravés par du fil de fer. Ici encore, peu d'éléments probants. Le tueur en série Ulrich Münstermann a notamment été suspecté.

La série noire continue. Le jeudi 18 décembre 1986, Christelle Maillery sort du collège vers 12h30 pour aller déjeuner chez elle. Son corps est retrouvé quelques heures plus tard, poignardé de 33 coups de couteau dans une cave du quartier des charmilles au Creusot, à 200 mètres de chez elle. Le procès de son meurtrier présumé doit se tenir cette semaine. L'homme a été mis en examen en décembre 2011 après plusieurs recoupements et témoignages. L'enquête avait dans un premier temps abouti à un non-lieu en 1990. Les pièces à conviction de l'affaire ont toutes été détruites par le Tribunal de grande instance de Chalon-sur-Saône.

Nathalie Maire a été étranglée sur son lieu de travail. Crédit photo: association Christelle

La cinquième et sixième disparition se produisent durant l'été 1987, à moins de deux semaines d'intervalle. Marthe Buisson, une jeune fugueuse de 16 ans, est retrouvée sur une bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute A6, le crâne fracassé. Selon plusieurs témoins, elle a été jetée d'une «grosse voiture claire». Quelques semaines plus tard, Nathalie Maire, alors qu'elle a été entendue par les gendarmes dans l'affaire est tuée elle aussi. Employée saisonnière sur l'aire d'autoroute de Saint-Albain, elle a été battue à coups de manche à balai et étranglée avec la rallonge électrique de la cabane à frites. Les investigations n'ont jamais abouti.

Le cauchemar ne s'arrête pas là. La septième victime n'avait que 13 ans. Carole Soltysiak est retrouvée violée et poignardée à quelques centaines de mètres de chez elle dans le bois de Rozeley, le 17 novembre 1990. Le sperme retrouvé sur la jeune victime possède la particularité de ne pas contenir de spermatozoïdes. Maladie génétique rare dont Francis Heaulme est atteint. Toutefois l'enquête n'aboutit pas.

Le meurtrier présumé de Christelle Blétry doit être jugé en 2016.

Six ans plus tard, un autre crime vient relancer la liste.Christelle Blétry a 20 ans quand le 28 décembre 1996 elle passe la soirée chez des amis à Blanzy. Vers minuit, elle décide de rejoindre son domicile, à deux kilomètres de là, à pieds. 123 coups de couteau s'abattent sur elle. Son cadavre est retrouvé dans un fossé. En 2014, son meurtrier présumé, Pascal Jardin, est interpellé, confondu par son ADN. Il doit être jugé courant 2016 et est actuellement en détention provisoire à Varennes-le-Grand.

Âgée de 21 ans, Virginie Bleuzet a disparu le 7 février 1997. Elle est retrouvée morte dans la Saône à Verdun-sur-le-Doubs le 17 mars 1997. Son corps a été menotté puis a séjourné dans l'eau. Le petit ami de Virginie a été suspecté par la police mais sa culpabilité n'a jamais été prouvée. En 2010, de nouvelles analyses avaient été effectuées sur les scellés, sans aucun résultat probant.

Vanessa Thiellon est morte d'une overdose mais a été sauvagemment battue. Crédit photo: association Christelle.

Vanessa Thiellon a elle 17 ans quand elle disparaît le 1er juin 1999.Son corps a été retrouvé 5 jours plus tard dans la Saône à Mâcon. La jeune femme est morte d'une overdose mais a été sauvagement battue, à tel point que sa famille ne reconnaît son corps que grâce à ses vêtements.

Pour l'heure, aucun lien formel n'a été établi entre tous les crimes des disparues de l'A6 et dans la plupart des cas, ces meurtres demeurent des mystères complets.

L'association Christelle des parents de ces victimes récolte des dons toute l'année pour poursuivre son action.