Serena, la petite fille retrouvée dans un coffre de voiture, est devenue autiste

 
 Afficher l'image d'origine    La petite fille avait été retrouvée nue et déshydratée dans le coffre de la voiture de sa mère en 2013 à Terrasson, en Corrèze. Des maltraitances qui l'ont rendue handicapée à vie, selon une expertise judiciaire

 

Serena avait été retrouvée, à 18 mois, dans le coffre d'une voiture à Terrasson, en Corrèze, en 2013. (Photo d'illustration)

 

 

Son histoire, insoutenable, avait fait les gros titres il y a un peu moins de deux ans. Serena, alors âgée de 18 mois, avait été retrouvée déshydratée, sale et souffrant vraisemblablement de malnutrition dans le coffre d'une voiture à Terrasson, en Corrèze. Un calvaire qui durait vraisemblablement depuis sa naissance: la petite fille n'avait même pas été déclarée auprès de l'état civil.

 

Ses deux parents ont été mis en examen pour "violences habituelles sur mineur" et "privation de soins". Mais aujourd'hui, l'avocate de la partie civile demande la requalification des faits, parce que Serena aurait développé un syndrome autistique "irréversible", selon les informations de RTL. En cause: les mauvais traitements subis pendant plus d'un an.

 

Des séquelles à vie

"[Serena] a été enfermée dans le coffre d'un véhicule avec des privations sensorielles extrêmement importantes, dans l'obscurité et sans contact avec l'être humain", explique Marie Grimaud, avocate de l'association "Innocence en danger", ce mardi au micro de RTL. "Les experts [judiciaires] sont certains du lien de causalité entre ces séquelles et les conditions de vie de Serena sur ses deux premières années", ajoute-t-elle.

A quatre ans, Serena ne peut se nourrir que de purée, précise la station. Elle n'est toujours pas propre et elle ne s'exprime que par des cris. En outre, la fillette se frappe et se griffe. Il lui est tout simplement impossible d'avoir une vie normale, comme prendre le train ou aller à l'école.

 

Le procureur de Brive a entendu la requête

 

Handicapée à vie par les mauvais traitements qu'elle a subis, Serena "ne chantera pas, ne courra pas, n'ira pas à l'école et n'aura pas de copains", s'indigne Marie Grimaud. L'avocate demande donc que cette affaire soit jugée devant une cour d'assises: pour elle, il s'agit bel et bien d'un crime.

 

Une demande qui a été entendue par le procureur de la République de Brive. Ce mardi, il a demandé le dessaisissement du juge d'instruction en charge du dossier au profit du pôle de l'instruction criminel de Limoges, rapporte La Montagne. Une procédure qui devrait intervenir d'ici la fin du mois. Si elle aboutit, les parents de Serena risqueront une peine de 20 ans de prison.