Enlèvement parental de Camille: la grand-mère et la tante condamnées à deux ans de prison.

Résultat de recherche d'images pour "logo var matin"

 

Les deux femmes étaient jugées pour "complicité de soustraction d'enfant". La mère en cavale de la fillette a été condamnée à 3 ans de prison ce jeudi à Toulon.

 

Le tribunal correctionnel de Toulon est allé au-delà des réquisitions du procureur dans l'affaire Camille Chauvet. La fillette a été enlevée à Carqueiranne par sa mère, Priscilla Majani. Elles vivent dans la clandestinité depuis plus de cinq ans.

 

L'information judiciaire ouverte en 2011 n'a pas permis de localiser la mère et l'enfant, au grand dam d'Alain Chauvet, le père de Camille qui s'est constitué partie civile. En revanche, la procédure a abouti sur le renvoi devant le tribunal correctionnel, le 13 octobre 2016, d'une tante et de la grand-mère maternelles de l'enfant reconnues coupables ce jeudi de "complicité".

 

La tante Lucille Majani, hôtesse de l'air, a été condamnée à deux ans de prison dont la moitié avec sursis. Le tribunal a également prononcé une privation des droits civiques, civils et de famille pendant 5 ans. Et n'a pas donné suite à la demande de non-inscription de ces peines au casier judiciaire, sollicitée par son avocat pour des raisons professionnelles.

 

La maman visée par un nouveau mandat d'arrêt

 

La grand-mère Adelheid Majani, 80 ans, a été condamnée à deux ans de prison, dont six mois avec sursis, et la privation des droits civiques, civils et de famille pendant 5 ans.

 

Les deux femmes, qui contestaient les faits reprochés, ont dix jours pour faire appel.

 

Par défaut, la mère de Camille, Priscilla Majani a été condamnée à trois ans d'emprisonnement. Un mandat d'arrêt a été délivré. Son permis de conduire a été annulé, "de manière à ce qu'elle soit inscrite dans tous les fichiers", a justifié Claire Diwo, qui présidait l'audience.

 

Le préjudice moral d'Alain Chauvet a été estimé à 15.000 euros par le tribunal.