Violée et enceinte à 12 ans: le test ADN désigne le beau-père qu'elle accusait d'abus sexuels il y a 5 ans.

Accueil   Une jeune adolescente de 12 ans s'est retrouvée enceinte. Le test ADN indique que c'est son beau-père le géniteur. L'homme, âgé aujourd'hui de 37 ans avait déjà été jugé à deux reprises pour agression sexuelle sur sa belle-fille alors qu'elle n'était qu'une enfant.

 

La jeune fille avait déjà accusé son beau-père d'avoir abusé d'elle quand elle n'était qu'une petite fille. ©Fayolle Pascal/Sipa
 

C'était un simple rendez-vous médical auquel devait se soumettre la jeune adolescente résidant à Sin-le-Noble, à côté de Douai dans le département du Nord. Elle se plaignait en effet de douleurs inexpliquées au ventre. En septembre 2016, son médecin lui a prescrit une radiographie, qui a rendu un verdict sans appel: c'est bel et bien un fœtus que les rayons X ont rendu visible. La jeune fille, à peine sortie de l'enfance, était enceinte. A 12 ans. Une interruption volontaire de grossesse (IVG) a été immédiatement pratiquée explique La Voix du Nord.

 

Une enquête a été ouverte dans la foulée par le parquet de Douai avec l'appui des services sociaux. Entendue, la mineure a expliqué avoir déjà "peut-être" eu des relations sexuelles avec "plusieurs" garçons. Face à ces déclarations imprécises, un test ADN a été effectué sur le fœtus expulsé. Le résultat est clair, et fait sombrer l'histoire dans le sordide: le géniteur est le beau-père de l'adolescente. Interrogée de nouveau, la victime reconnaît avoir été violée à l'été 2016 par cet homme de 37 ans, peut de temps avant de partir en vacances.

 

Pourquoi ne pas avoir alerté sur le viol subi? Et pourquoi, lorsqu'il était évident que la jeune fille était enceinte, avoir cherché à perdre les enquêteurs avec des déclarations floues? La réponse est glaçante: la fillette avait déjà porté plainte pour des faits similaires contre le même homme, en 2011. Elle avait alors 7 ans. En juillet 2011, le beau-père avait été relaxé par le tribunal qui le jugeait pour "agression sexuelle". Il a été fait appel du jugement: le beau-père a été relaxé une deuxième fois en 2012.

 

Le beau-père a été placé en garde à vue et doit être déféré ce vendredi 3 et mis en examen pour viol sur mineur par personne ayant autorité. Il nie l'intégralité des faits.

 

Auteur : La rédaction de Francesoir.fr