Que faire et comment réagir quand on est professionnel ?

 

Que faire et comment réagir quand on est professionnel ?

 

Lorsque l’on travaille avec des adolescents, dans un collège, un lycée, un centre de loisirs, une maison des jeunes, une bibliothèque municipale, etc. , que l’on soit professeur, CPE, assistant social, technicien de surface… on peut être confronté à la révélation d’une situation lourde, comme la prostitution : un collègue a surpris une conversation inquiétante ; un ado fait part de ses craintes à propos d’un copain ; un bon contact s’est établi avec une adolescente et elle vient se confier dans un moment de désarroi…

Si l’on soupçonne qu’un adolescent se prostitue

  • En parler en équipe

Quand on travaille avec d’autres professionnels, il est important de pouvoir en parler en équipe. Cela peut permettre de démêler d’abord ce que recouvre ces soupçons, d’où et de qui ils viennent, comment ils se sont construits, qu’est-ce qui les alimente dans le comportement de l’adolescent, etc. Cela permet également de partager ses questionnements et ses inquiétudes, de réfléchir à plusieurs à sa responsabilité et de prendre des décisions collectives.

 

  • En parler avec l’adolescent

Une fois décrypté ce que recouvrent les soupçons, si l’inquiétude persiste sur une éventuelle prostitution, on doit parler à l’adolescent. On peut ainsi lui dire que l’on a repéré qu’il se passait quelque chose. Cela peut soulager l’adolescent s’il avait du mal à parler de ses difficultés et cela peut éviter qu’il ne se renferme sur lui-même.

 

  • En parler avec les parents

Après discussion avec l’adolescent, si l’inquiétude persiste sur une éventuelle prostitution, les professionnels doivent rencontrer les parents ou ses tuteurs légaux. Il est important que l’adolescent comprenne que la décision d’informer ses parents découle de la nécessité de le protéger, en tant que mineur.

Si on sait qu’un adolescent se prostitue

  • La prostitution, même occasionnelle, constitue une situation de danger pour un mineur. Elle fait donc partie des situations où s’applique l’obligation de signalement faite aux professionnels.

Il faut donc, autant que possible en équipe et avec sa hiérarchie, signaler aux services du procureur de la République et de l’ASE (Aide sociale à l’enfance) la situation de danger dans laquelle se trouve le mineur.

Voir notre fiche sur le signalement

Là encore, il est important d’en parler en équipe afin de travailler ce signalement pour qu’il soit compris de l’adolescent et de sa famille comme une décision destinée à protéger le mineur.

Quelle que soit la situation, il est important pour un professionnel confronté à un mineur en danger ou en risque de l’être, et par rapport au thème abordé ici, la prostitution, de pouvoir se poser et réfléchir avec des spécialistes, parfois dans des espaces extérieurs à son lieu de travail :

  • La ligne téléphonique de Jeunes Violences Ecoute (0 808 807 700 – anonyme et gratuite) accueille, écoute, informe et oriente les professionnels. Des juristes et des psychologues répondent aux appels tous les jours de 8h à 23h.

Le site internet de Jeunes Violences Ecoute peut permettre aux professionnels d’avoir certaines informations et d’échanger entre pairs sur le forum de discussion du site : www.jeunesviolencesecoute.fr