Pédophile Hollandais présumé

Pédophile hollandais présumé: aucune victime belge identifiée pour l'instant

 

 Mis à jour le mercredi 9 octobre 2013 à 17h13

  •  
  • Un prédateur sexuel aurait abusé de centaines de jeunes filles, dont une trentaine de jeunes Belges

    Un prédateur sexuel aurait abusé de centaines de jeunes filles, dont une trentaine de jeunes Belges - AFP/Joe Raedle/Getty Images

     

    Frank R., un homme de 48 ans de Cuijk, en province du Brabant du Nord aux Pays-Bas, est poursuivi pour avoir poussé près de 300 filles, de Belgique notamment, âgées de 10 à 17 ans, à effectuer des actes à caractère sexuel sur internet. Aux Pays-Bas, la police a reconnu que des erreurs ont été commises durant l’enquête sur cet individu.. Pourtant, l’homme avait déjà été dans le collimateur de la justice à trois reprises. Child Focus rappelle que la vigilance est de mise.

     

    L’affaire a été mise en lumière en mai lorsqu’une jeune fille de 12 ans domiciliée à Groningen et portée disparue avait été retrouvée un jour plus tard en compagnie du même homme. La jeune fille l’accusait de l’avoir abusée. La police avait, ensuite, fait le lien avec d’autres plaintes dirigées à son encontre.

     

    Une perquisition du domicile de l’individu a permis de mettre la main sur 26 000 vidéos et 144 000  photos. La police a emporté des clés USB, des disques durs, des DVD et des téléphones. L’homme est arrêté et on ne sait toujours pas précisément s’il était déjà connu des services de police.

     

    30 jeunes filles belges concernées

    les 65 jeunes filles déjà identifiées sont toutes hollandaises. L’enquête se poursuit pour demander à toutes les filles contactées si elles désirent porter plainte. Parmi les centaines de jeunes filles approchées par Frank R. trente d'entre elles sont de nationalité belge. La police hollandaise reconnaît que l’individu avait déjà eu maille à partir avec la justice à trois reprises. Notamment l’an passé pour une relation avec une jeune fille de 16 ans. Aucune Belge n'a encore été identifié, raison pour laquelle aucun parquet n'a été informé pour l'instant. Les polices néerlandaise et belge disent continuer à collaborer pour tenter d'identifier les jeunes filles.

     

    Mais il semble qu'aux Pays-Bas, il n’y ait pas eu de contact entre le ministère public et la police a déclaré l’officier de Justice Pieter van Rest à la VRT. Ce qui normalement doit être le cas dans ce type d’affaire.

     

    Child Focus rappelle qu'il faut se méfier

     

    De son côté l'association belge Child Focus tient à rappeler aux parents qu'il convient d'être prudent. "Les prédateurs sexuels font désormais usage de toutes les possibilités s'offrant à eux par le biais d'internet. Empêcher nos enfants d'approcher un ordinateur n'est pas la solution. Il est préférable de les armer correctement contre les menaces d'internet".

    "Les parents comme les enseignants jouent un rôle crucial dans le développement de la confiance en soi et l'éducation sexuelle des enfants et des adolescents".

    L'ONG insiste encore sur l'importance de travailler en collaboration avec la police, la justice, l'industrie du net et d'autres organisations pour couvrir tant les aspects préventifs et répressifs que curatifs de la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants. "En Belgique, il y a encore beaucoup à faire dans ces domaines", estime Child Focus.

    Toute personne confrontée à des images à caractère sexuel mettant en scène des enfants peut les dénoncer via le portail stopchildporno.be.

    RTBF