La prostitution infantile: Un fléau qui touche tous les continents

Prostitution infantile

La prostitution infantile : un fléau qui touche tous les continents

 

On estime à plus de trois millions, le nombre de mineurs qui alimentent les réseaux de prostitutions. Ce phénomène est en constante augmentation car l’activité est de plus en plus lucrative.

Définition de la prostitution infantile

La prostitution infantile désigne l’utilisation d’un enfant pour des activités sexuelles en échange d’une rémunération ou de toute autre forme de rétribution (cadeaux, nourriture, vêtements etc). Cette activité est englobée dans la notion d’exploitation sexuelle.

Ces enfants travaillent dans la rue ou dans des établissements tels que des maisons closes, des discothèques, des salons de massage, des bars, des hôtels ou des restaurants.

Les enfants entrainés dans la prostitution sont aussi bien des filles que des garçons. Ainsi, au Pakistan par exemple, plus de 95% des camionneurs se livreraient à des activités sexuelles avec de jeunes garçons. Cette pratique se justifierait par le fait que ces chauffeurs vivent en moyenne, plus de 21 jours par mois hors de chez eux et envisageraient ces activités comme la principale distraction pendant leur temps de repos.

Pourquoi choisir des enfants plutôt que des adultes ?

Il est plus facile d’abuser d’un enfant que d’un adulte.

Les exploitants sexuels apprécient la docilité des enfants car ils sont moins en mesure de se défendre. Cette attitude déviante est souvent justifiée par le sentiment de puissance sexuelle et économique, par le désir de nouvelles expériences ou par le sentiment d’impunité lié à l’anonymat.

De plus, certains mythes et préjugés justifieraient la recherche de relations sexuelles avec des enfants. En Asie par exemple, certains hommes sont persuadés que le fait d’avoir des relations sexuelles avec de très jeunes filles vierges leur éviteraient de contracter le VIH/SIDA et même de guérir de cette maladie.

La plupart des hommes croient aussi qu’avoir des relations sexuelles avec une vierge accroîtrait leur virilité et leur apporterait longévité et succès en affaires.

Causes de la prostitution infantile

La pauvreté

La cause principale de la prostitution est la pauvreté. Les parents se sentent souvent obligés de vendre leurs enfants à des souteneurs car leur maigre salaire ne leur permet pas de subvenir aux besoins de toute la famille. La pauvreté devient une cause d’abandon. Ce rejet contraint les enfants à quitter le domicile familial pour devenir enfants des rues. Vulnérables et dans le besoin, ils sont les principales cibles des exploitants qui leur promettent un travail et donc une rémunération.

L’argent

La prostitution est une activité très lucrative par rapport aux salaires locaux.

Par exemple au Kenya, une relation sexuelle avec une jeune fille de moins de 16 ans peut coûter environ 20 euros. Mais les tarifs peuvent atteindre 60 euros selon les situations. En comparaison, un ouvrier kenyan ne gagnerait en moyenne que quatre euros par jour.

L’orphelinat

Les guerres, les catastrophes naturelles ou encore l’épidémie du VIH/SIDA augmentent chaque année le nombre d’orphelins. Vulnérables, ces enfants acceptent n’importe quel travail. La prostitution devient un moyen de survie tant l’activité est lucrative par rapport à d’autres formes de travail dégradants et dangereux.

Le Trafic d’enfants

De nombreux enfants sont kidnappés chaque année dans le monde et intègrent contre leur gré, les réseaux de prostitution.

L’essor du marché du sexe

Depuis une quarantaine d’années, le commerce sexuel s’est industrialisé et s’est diffusé par le biais des nouveaux moyens de communication. L’essor et la normalisation de la pornographie a notamment contribué au développement de la prostitution.

Profits de la prostitution

Tourisme sexuel

Le tourisme sexuel impliquant des enfants est l’exploitation sexuelle commerciale des enfants par une ou plusieurs personnes voyageant en dehors de leur province, région géographique ou de leur pays.

Les femmes préféreront aller en Inde (Goa), en Jamaïque ou en Gambie alors que les hommes iront en Asie du Sud-est, au Maroc, en Tunisie, au Sénégal, en République Dominicaine, à Cuba, au Panama, au Surinam et au Brésil.

Depuis quelques années maintenant, des guides touristiques fournissent des adresses où l’on peut se procurer les services d’un enfant. Internet en fait également la promotion.

Proxénétisme et crime organisé

Dans la plupart des cas, les enfants prostitués sont sous le contrôle d’un proxénète. Celui-ci perçoit un pourcentage sur les revenus des enfants. Il est très difficile de se défaire de cette emprise.

Il existe des petits proxénètes locaux, eux-mêmes anciennement enfants prostitués ou des proxénètes appartenant à des réseaux internationaux de crime organisé.

Intermédiaires

«La chaîne qui lie un enfant à celui qui l’exploite peut être longue de milliers de kilomètres» (1). Peuvent être alors considérés comme intermédiaires les recruteurs, transporteurs, propriétaires de maisons closes, chauffeurs de taxi ou bien encore les agents de police qui ferment trop souvent les yeux sur ce fléau.

Conséquences sur l’enfant

La prostitution infantile engendrent des effets négatifs sur le bien être et l’équilibre de l’enfant qui, plus tard, devient bien souvent à son tour un proxénète.

L’accès aux services

Les enfants exploités sexuellement sont des enfants déscolarisés. Marginalisés, rejetés par leurs proches et la société, ils n’ont pas accès aux soins et vivent dans des conditions d’hygiène alarmantes.

La propagation du Sida

La prostitution favorise la propagation du virus. De nombreux clients refusent d’avoir des rapports sexuels protégés avec un enfant. Les enfants sont alors vulnérables à toute maladie transmise sexuellement.

Les syndromes physiques et psychologiques

Au plan physique, on peut observer chez l’enfant, des lésions telles que des déchirements vaginaux, des séquelles physiques de tortures, des douleurs, des infections ou des grossesses non désirées.

Au plan psychologique, l’enfant peut aussi présenter plusieurs symptômes comme des troubles dépressifs, des troubles de la personnalité ou d’identité sexuelle et de comportement (agressivité, colère), des troubles du sommeil, une perte de confiance en soi, une méfiance ou de la haine à l’égard des adultes.