Arrétez de me prendre en otage !!!

Chaque année des centaines d'enfants issus de couples binationaux sont enlevés en France par l'un de leurs parents. Dans la majorité des cas l’origine du conflit est liée directement à la question des droits de garde de l’enfant.

Par crainte d’un jugement ou par rejet de la décision rendue, par peur de devoir « partager son enfant » alors qu’il n’y aura plus de vie commune, certains parents vont commettre l’irréparable.

Un enfant enlevé - victime souvent du phénomène d’aliénation parentale - souffrira toujours de ce traumatisme et risquera d'avoir des difficultés en tant que parent à son tour

Cette amputation sans anestdésie de la moitié de lui-même – un parent et une famille dont il est privé, sa biculture qui devait au contraire être un atout extraordinaire – laissera à l’enfant des cicatrices à vie.

Dans de nombreux cas, les lois en vigueur en France et l’étranger – que la convention de LA HAYE puisse ou non s’appliquer – ne permettront pas de résoudre rapidement et convenablement les litiges et d’offrir à l’enfant l’équilibre dont il a besoin et auquel il a droit ; en tout cas pas aussi bien que l’accord amiable que trouvé par les parents qui accepteraient de renouer le dialogue et de mettre leur ego de côté.

 

Un enfant n’est pas un otage.

Notre combat n’est pas celui d’un sexe contre l’autre, des parents français contre les parents étrangers. Nous travaillerons pour préserver autant que cela sera possible l’intérêt suprême des enfants issus de couples binationaux.

Comme de nombreux parents et de nombreux membres de l’association, j'ai vécu cette situation extrême. Nous reconnaissons tous qu’à un moment donné nous n’avons pas assez dialogué avec notre conjoint et que, l’un et l’autre, nous avons fait des erreurs.

Que cette expérience serve tout simplement à un maximum de parents, pour que d’autres Elise, Sophie, Paul, Victoria, André, Farid,… ne connaissent jamais cette situation.

 

 

                                                            Laurent DUBOIS

                                                           Président et Co fondateur

 

 

Copyright: Association de lutte  contre l'enlèvement parental