Un an déjà que Vanessa a disparu ne l'oublions pas !

La jeune femme a disparu depuis un an, près de Caen : La détresse de la famille de Vanessa Melet.
 

Mardi 6 décembre 2016, Vanessa Melet s'évanouissait dans la nuit, en sortant de chez sa mère, à Langrune-sur-mer.

Un an après, sa famille ne perd pas l'espoir de la revoir.



 

Dans la salon du pavillon de Langrune-sur-mer, une petite commune de 1700 habitants à 15 kilomètres au nord de Caen (Calvados), les photos de Vanessa habillent les murs. Annick et Michel Daigle vivent dans l’attente de la jeune femme, disparue depuis le 6 décembre 2016.

Cela fera un an mercredi qu’ils sont sans nouvelles de leur fille et belle-fille. Annick, les larmes dans la voix, souffle : Au début on compte les jours, puis on compte les semaines. Maintenant, on va compter les années.

Une marche silencieuse samedi 16 décembre 2017.


Ce mardi matin-là, la belle brune de 37 ans est « sortie faire un tour », vers 7h30. Elle portait un jogging noir, un gilet polaire fuschia et une doudoune noire, sans manches mais avec une capuche.

Personne ne l’a plus revue. « Je l’ai entendue se demander : est-ce que je mets mon manteau ? Puis elle m’a dit : je vais faire un tour et je reviens », se souvient sa maman.


Annick porte le même gilet rose que sa fille. Elle le portera également samedi 16 décembre 2017, lors de la marche silencieuse organisée par la municipalité de Langrune. Elles l’avaient acheté ensemble en faisant les soldes.
 

Les deux femmes étaient très proches. À tel point que Vanessa avait quitté provisoirement sa maison d’Hérouville Saint-Clair pour s’installer chez sa mère depuis un mois et demi. Celle-ci explique :

Elle souffrait énormément des jambes, elle était parfois incapable de marcher. Mais les médecins n’ont pas su lui dire d’où venaient ses douleurs. Elle avait perdu 5 ou 6 kilos depuis qu’elle vivait chez nous. Psychologiquement, elle souffrait beaucoup aussi.

LIRE AUSSI : TÉMOIGNAGE. VANESSA A DISPARU DEPUIS PRESQUE SIX MOIS, PRÈS DE CAEN : SA FAMILLE NE PERD PAS ESPOIR


« Mentalement, on se dégrade »
 

Depuis 363 jours, Annick et Michel se demandent ce qui a bien pu se passer ce matin-là. Ils tournent et retournent les événements dans leur tête. Ils ont lancé quatre campagnes d’affichage, à Langrune et dans toute la région, pour que le visage de Vanessa reste visible de tous. Dans l’espoir que quelqu’un se souvienne de quelque chose…

Michel Daigle souligne : Au début, on est dans l’action. On est obligés de s’accrocher mais on n’a plus goût à grand-chose. Même mentalement, je sens qu’on se dégrade.

 

À l’insoutenable angoisse s’ajoutent les démarches administratives que la maman de Vanessa et son mari ont dû effectuer. Les remboursements de la maison de la conseillère bancaire, les taxes foncières et d’habitation à faire suspendre, tout comme les divers abonnements… Autant d’énergie à dépenser et de moulins à combattre. Impossible de penser à autre chose. Les nuits sont courtes, immanquablement rongées par l’inquiétude.
 

Avec nos amis, c’est difficile car moi, je parle tout le temps de Vanessa. Je ne peux pas m’en empêcher car je veux continuer à la faire vivre.
 

LIRE AUSSI : [INFO LIBERTÉ] DISPARITION DE VANESSA, PRÈS DE CAEN : UNE INFORMATION JUDICIAIRE OUVERTE
 

Heureusement, Annick et Michel ont trouvé une oreille attentive auprès des gendarmes. Ceux-ci ont pris au sérieux, dès le début, la disparition de Vanessa. « Ils étaient là dès 11 heures, le 6 décembre », se remémore Michel, qui insiste :
 

Il y a eu un gros travail d’enquête. L’hélicoptère de la gendarmerie est venu deux fois. Les chiens spécialisés dans la recherche de personnes également.
 

Sans résultat pour l’instant, malheureusement. L’enquête de la cellule Langrune14, au sein de la section de recherches de la gendarmerie de Caen, est toujours en cours, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte contre X. La piste de l’intervention d’un tiers est privilégiée.

Les carnets d’Annick.

 

Annick, qui n’a jamais envisagé l’hypothèse du suicide de sa fille, mène également des investigations de son côté. Chaque soir, elle note dans des petits carnets ses informations et réflexions du jour. Elle en fait part aux gendarmes, qu’elle rencontre chaque semaine :
 

Cela me fait du bien de les voir toutes les semaines. Je me sens écoutée.

 

Au fil des mois, Annick et Michel se sont forgés une conviction, appuyée sur les carnets à spirale d’Annick et les éléments de l’enquête. Les chiens pisteurs ont perdu la trace de Vanessa à environ 150 mètres de la maison, en direction de la digue.

La mère et le beau-père sont persuadés qu’une voiture l’attendait, que quelqu’un l’a emmenée.

 

Cette certitude ancrée au plus profond d’eux, ils l’ont évoquée avec le juge d’instruction François Lalès, qu’ils ont rencontré pour la première fois lundi 27 novembre 2017. Un nouvel espoir pour Annick :
 

Ça nous a fait du bien. Il nous a conseillé de contacter une association pour nous aider psychologiquement, mais aussi pour rencontrer des gens qui ont aussi vécu ce que l’on vit.
 

Le couple assure avoir « confiance en la justice » pour enfin dénouer le mystère de la disparition de Vanessa. Eux, en tout cas, ne baisseront jamais les bras :
 

Tant qu’on aura du souffle, on ne lâchera pas.
 

https://actu.fr/normandie/langrune-sur-mer_14354/la-jeune-femme-disparu-depuis-an-pres-caen-detresse-famille-vanessa-melet_14061770.html

***********************************************


Près de Caen, une marche blanche pour Vanessa disparue depuis un an.

 

 

Vanessa Melet a disparu depuis le 6 décembre 2016. A Caen, des photos d'elle sont postées aux quatre coins de la ville. © Tendance Ouest

 

Le 04 décembre 2017 à 11:00

Par : Margaux Rousset

 

Samedi 16 décembre 2017, la commune de Langrune-sur-Mer près de Caen (Calvados) organise une marche blanche pour Vanessa Melet. Elle a disparu le 6 décembre 2016.

 

Il y a un an, le 6 décembre 2016, Vanessa Melet disparaissait à Langrune-sur-Mer, près de Caen (Calvados). Un an après, sa famille est toujours sans nouvelle. La commune où elle a disparu a décidé d'organiser une marche blanche pour Vanessa et sa famille le samedi 16 décembre 2017. Le départ est fixé à 11h.

 

À 37 ans, Vanessa avait quitté à pied le domicile de ses parents, le mardi 6 décembre 2016 à 7h30. Sans prendre ses affaires. Elle n'a plus donné aucune nouvelle depuis. La gendarmerie du Calvados avait lancé un appel à témoin.

 

• Lire aussi : Disparition de Vanessa en Normandie : la gendarmerie relance l'appel à témoins

 

Un an après, les recherches continuent toujours. Une équipe de la Section de recherche de Caen est toujours mobilisée. Annick, la mère de Vanessa est toujours en lien avec la gendarmerie qui l'appelle régulièrement.

 

• Lire aussi : Disparition de Vanessa : l'interminable attente de sa mère

 

********************************************

Disparue depuis 9 mois, ses parents la recherchent sans relâche.


Vanessa Melet a disparu il y a 9 mois à Langrune-sur-mer dans le Calvados, sans raison. Depuis ses parents la recherchent activement.

Ce portrait de Vanessa Melet vous l'avez peut-être aperçu. Ses parents l'affichent sans relâche à Langrune et partout ailleurs dans la région.

« Il ne faut pas qu’on l’oublie. Il faut qu’on en parle ». Car la plus grande crainte de sa mère Annick, c’est que chacun baisse les bras, y compris les enquêteurs.

Depuis 9 mois, impossible de retrouver la trace de Vanessa. Le 6 décembre  2016, elle est partie à 7h30, sans papiers, sans argent ni téléphone, affirmant revenir très vite.

 

Vanessa a 38 ans, les cheveux longs noirs, les yeux marron et mesure 1m60 pour 51 kilos.
 

La prochaine étape pour ses parents serait de rencontrer le juge d'instruction.

 



Disparition Vanessa Melet

*********************************************


AVIS DE RECHERCHE

Près de Caen, Vanessa, 38 ans, a disparu depuis dix mois .
 

Vanessa Melet, âgée de 38 ans, a disparu au matin du 6 décembre 2016, près de Caen (Calvados). Dix mois plus tard, la procureure de la République fait le point sur l'enquête.


La disparition de Vanessa Melet, 38 ans, au petit matin, mardi 6 décembre 2016, alors qu’elle se trouvait au domicile de ses parents, à Langrune-sur-Mer, à 15 kilomètres au nord de Caen (Calvados), est toujours entourée d’un grand mystère.
 

Dix mois, jour pour jour, après sa disparition, la procureure de Caen, Carole Étienne, assure que l’enquête est « toujours vivante » :

Nous avons interpellé un suspect récemment, que nous avons relâché. Mais l’enquête continue et est toujours vivante. Nous sommes dans une phase d’expertises, d’analyses et de recoupements du grand nombre d’informations que nous avons recueillies et que nous recueillons encore. 

LIRE AUSSI : TÉMOIGNAGE. Vanessa a disparu depuis presque six mois, près de Caen : sa famille ne perd pas espoir

L’hypothèse de l’intervention d’un tiers privilégiée.

L’hypothèse de l’intervention d’un tiers est toujours privilégiée par les enquêteurs. Les thèses du suicide ou de la disparition volontaire ont été écartées. L’enquête est menée par la Section de recherches de la gendarmerie de Caen, « mais d’autres brigades sont amenées à travailler sur ce dossier en fonction des informations, des témoignages…», précise la procureure.
 

De son côté, la famille de Vanessa a récemment publié des affiches, avec de nouvelles photos de la disparue, un peu partout à Langrune-sur-Mer et dans les communes environnantes.

LIRE AUSSI : Un homme handicapé disparu depuis plus d’un an, près d’Elbeuf : l’enquête au point mort

Avant sa disparition, une maladie.

Au moment de sa disparition, Vanessa, qui travaillait en tant que conseillère à la Bred Banque populaire, était en arrêt maladie depuis un mois et demi.
 

« Elle était très malade et souffrait beaucoup, raconte sa mère, Annick Daigle, dans un témoignage accordé à Normandie-actu en mai 2017. Elle avait des douleurs dans le bassin, les jambes. Elle avait du mal à marcher. » Mais les médecins n’ont pas trouvé ce qu’elle avait.
 

LIRE AUSSI : Disparition inquiétante de Vanessa, 37 ans, près de Caen : le témoignage de son frère

Évaporée dans la nuit hivernale.

À 38 ans, Vanessa menait une vie calme, avant d’être malade. Sans petit ami, selon sa mère, elle était passionnée par son travail et possédait une maison à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen. 
 

Annick décrit Vanessa comme une fille joyeuse, qui aime rire et qui est loin d’être dépressive. 

« Mais au moment de sa disparition, elle était très angoissée par sa maladie. » Sa mère imagine que Vanessa était attendue devant chez eux ce matin-là.

« Quelqu’un qui disait être à l’écoute de son état médical aurait pu profiter de sa fragilité. »

 

LIRE AUSSI : Vanessa, disparue depuis deux mois près de Caen : la piste de l’intervention d’un tiers privilégiée
 

Vanessa s’est évaporée dans la brume de ce matin d’hiver du 6 décembre 2017, sans son sac, sans son portable, sans argent… Sans laisser aucune trace.
 

Les enquêteurs, comme sa famille, ne savent toujours pas ce qu’il s’est passé.

https://actu.fr/normandie/langrune-sur-mer_14354/pres-caen-vanessa-38-ans-disparu-depuis-dix-mois-enquete-est-toujours-vivante_11761398.html

*********************************

AVIS DE RECHERCHE

 

TÉMOIGNAGE : Vanessa a disparu depuis presque six mois, près de Caen .Sa famille ne perd pas espoir.


 

Vanessa Melet, âgée de 38 ans, a disparu au matin du 6 décembre 2016, près de Caen (Calvados). Presque six mois plus tard, sa mère et son beau-père sont toujours à sa recherche.
 

Vanessa Melet, une jeune femme de 38 ans, a disparu au petit matin, mardi 6 décembre 2016, alors qu’elle se trouvait au domicile de ses parents, à Langrune-sur-Mer, à 15 kilomètres au nord de Caen (Calvados)

Depuis cinq longs mois, bientôt six, sa mère, Annick Daigle, l’attend avec douleur, épaulée avec beaucoup d’amour par son mari, Michel, le beau-père de Vanessa.

 

Les larmes aux yeux, une voix entrecoupée par les sanglots, Annick raconte, pour la énième fois, la dernière image qu’elle a de sa fille.

Il était 7h30. Je dormais avec elle car elle était angoissée. Elle s’est levée et je l’ai entendue se poser la question à elle-même pour savoir si elle devait prendre un manteau ou pas… Finalement, elle a juste mis une veste sans manche.

Et elle m’a dit : « Je vais faire un tour et je reviens maman, ne t’inquiète pas ». Et elle n’est jamais revenue…

Vanessa s’est évaporée dans la nuit de ce matin d’hiver, sans son sac, sans son portable, sans argent… Sans laisser aucune trace. Les enquêteurs, comme sa famille, ne savent pas ce qu’il s’est passé.
 

LIRE AUSSI : Disparition inquiétante de Vanessa, 37 ans, près de Caen : le témoignage de son frère
 

Depuis, Annick ne sort jamais de chez elle et attend que sa fille revienne. « On ne sait jamais, si elle appelle ou si elle arrive, il faut que je sois là. »

Cette jeune retraitée de 64 ans, ancienne conseillère aux Galeries Lafayette, ne vit plus que pour ça. « J’ai laissé la voiture de Vanessa ouverte, j’ai mis un oreiller, des couvertures, des gâteaux, de l’eau, on ne sait jamais… »

 

Son mari, Michel, la soutient, comme il peut. « Vanessa et sa mère étaient plus que proches. C’est terrible, on est là, impuissant. On attend. La prison ne serait pas pire… »

« Vanessa était malade et souffrait beaucoup »

Au moment de sa disparition, Vanessa, « qui adorait son travail en tant que conseillère à la Bred Banque populaire » était en arrêt maladie depuis un mois et demi.

Elle était très malade et souffrait beaucoup, souligne sa mère. Elle avait des douleurs dans le bassin, les jambes. Elle avait du mal à marcher. 

Mais les médecins n’ont pas trouvé ce qu’elle avait. « Elle a passé trois jours au CHU de Caen juste avant sa disparition, sans qu’ils ne trouvent rien. Mais elle n’en pouvait plus, elle avait perdu cinq kilos et elle était défigurée par la douleur », assure Annick.
 

LIRE AUSSI : Vanessa, disparue depuis deux mois près de Caen : la piste de l’intervention d’un tiers privilégiée

 

Vanessa était soignée depuis deux ans pour de la spondylarthrite. «Mais là ce n’était pas ça, c’était autre chose… », continue sa mère. La jeune femme écumait les rendez-vous chez les ostéopathes, chiropracteurs… pour essayer de comprendre ce qu’elle avait et trouver un remède pour la soulager.

« La veille de sa disparition, elle était très angoissée, c’est pour ça que j’ai dormi avec elle. »

Une vie sans histoire.

À 38 ans, Vanessa menait une vie calme, avant d’être malade. Sans petit ami, selon sa mère, elle était passionnée par son travail et possédait une maison à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen.

« Elle travaillait et rentrait chez elle retrouver son chat. Elle ne sortait pas beaucoup et avait une vie calme, peut-être trop calme… », observe son beau-père.

 

Très proche de sa famille, de sa mère, de sa grand-mère, Vanessa aimait aussi beaucoup ses trois neveux, les enfants de son frère Mickaël, 43 ans, qui habitent à Paris. Moins proche de lui, elle a aussi un demi-frère, Farah, 23 ans.
 

En décembre 2015, Mickaël, Farah et Vanessa ont perdu leur père d’une manière assez brutale. « Il a été hospitalisé et est décédé une semaine après, cela a été dur pour Vanessa, c’est sûr, assure Michel. Mais je ne crois pas que ce soit ça… »

Vanessa n’était pas dépressive.

Annick décrit Vanessa comme une fille joyeuse, qui aime rire et qui est loin d’être dépressive. « Mais au moment de sa disparition, elle était angoissée par sa maladie. »

Toutes les hypothèses sont possibles mais sa mère imagine que Vanessa était attendue devant chez eux ce matin-là. « Quelqu’un qui disait être à l’écoute de son état médical aurait pu profiter de sa fragilité. »

 

LIRE AUSSI : Disparition inquiétante. Samir, 28 ans, activement recherché à Rouen : une enquête ouverte
 

Michel et Annick sont dans l’attente permanente.

Ils répondent aux sollicitations des journalistes, « car on ne sait jamais, si elle nous entend, on peut lui faire passer un message ». Mais les deux retraités sont très angoissés car « si Vanessa était libre, cela ferait longtemps qu’elle nous aurait fait un signe, envoyé un message… On était tellement proche… »

 

Pour le moment, l’enquête menée par la Section de recherches de la gendarmerie de Caen n’a pas élucidé le mystère qui entoure la disparition de Vanessa.
 

Le parquet de Caen a ouvert une information judiciaire pour « enlèvement et séquestration ».

« Il y a quelque chose qu’on ne sait pas, quelque chose qu’on a loupé mais quoi ? », questionne son beau-père, les yeux encore pleins d’espoir.

 

L’enquête, toujours au même point.

Début février 2017, le parquet de Caen a ouvert une information judiciaire. Les éléments en possession des enquêteurs du groupe Langrune 14, au sein de la Section de recherches de la gendarmerie de Caen, permettaient de privilégier la piste de « l’intervention d’un tiers ».

Cette hypothèse est toujours d’actualité début mai 2017.

Selon nos informations, une personne, membre du voisinage, a été interpellée récemment. « Il y avait des coïncidences troublantes, explique Carole Étienne, procureur de la République de Caen à nos confrères de Liberté – Le Bonhomme libre. Mais cette piste ne s’est pas révélée être la bonne et cette personne a été totalement mise hors de cause. »

Les investigations ont donc repris depuis le début.  Sans résultat pour l’instant.



Normandie-actu - 14actu


*****************************


AVIS DE RECHERCHE



Calvados : Vanessa est partie avec son mystère.



Décembre 2016. La famille de Vanessa Melet, 37 ans, disparue à Langrune-sur-Mer (Calvados), dément toute tendance suicidaire chez la jeune femme.

La jeune femme a lancé à ses parents : « Je fais un tour et je reviens ». La justice a ouvert une enquête pour « enlèvement et séquestration ».
 

Il faisait encore nuit ce matin du 6 décembre 2016 lorsqu'elle a dit à sa mère qu'elle allait « faire un tour ». Depuis, ses parents l'attendent toujours. Vanessa Melet, 37 ans, jolie brune conseillère bancaire à la Bred d'Hérouville-Saint-Clair dans les environs de Caen, n'a plus franchi le portail beige du pavillon familial à deux pas de la plage, laissant chez elle téléphone portable, sac à main, papiers et portefeuille.

Depuis, les gendarmes de la section de recherches de Caen ont passé au crible la vie de la jeune célibataire, obsédée peu de temps avant sa disparition par des recherches sur des sites Internet médicaux.

 

La semaine dernière, un hélicoptère de la gendarmerie a survolé le littoral de la Côte de Nacre, profitant des grandes marées pour tenter de retrouver une trace de la jeune femme. En vain. Il a aussi survolé les nombreuses résidences secondaires, fermées en cette saison, à la recherche d'un corps qui aurait pu être caché dans un jardin.

Le parquet de Caen a ouvert une information judiciaire pour «enlèvement et séquestration». «Je ne m'habituerai jamais à la disparition d'un corps», prévient Carole Etienne, la procureur de Caen qui a donné tous les moyens pour cette enquête.

 

«Chaque jour qui passe, je l'attends. Je veux lui dire que je l'aime. Elle peut revenir quand elle veut...», lance pleine d'espoir Annick, 68 ans, la mère de Vanessa. Elle laisse ouverte la porte de la voiture de sa fille, garée dans le jardin, et y a déposé gâteaux secs et couverture.
 

Elle souffrait d'une maladie très douloureuse

 

«Le jour de sa disparition, je l'ai entendue se lever, l'eau couler dans la salle de bains et se dire à elle-même : Est-ce que je prends mon manteau ?» se souvient Annick, très angoissée par cet épisode.

«Elle m'a dit : Je vais faire un tour et je reviens. Je suis persuadée qu'elle était attendue à l'extérieur. Sans doute quelqu'un qui était à l'écoute de son état médical et qui a profité de son état psychologique», insiste Annick, qui dément «toute tendance suicidaire». Vanessa avait dû interrompre son travail fin octobre à cause de douleurs insupportables aux hanches.

 

«Sa souffrance la défigurait. Mais elle semblait ne pas être comprise par les médecins. Elle s'était alors rabattue sur les ostéopathes et les chiropracteurs», poursuit sa mère. Une spondylarthrite ankylosante rongeait la jeune femme, qui ne pouvait plus « enjamber la baignoire » ni supporter une couverture sur elle.

 

L'enquête a permis de constater un changement peu de temps avant sa disparition. Les recherches informatiques ont montré qu'elle consultait nombre de sites Internet médicaux, abandonnant progressivement ses visites de sites de rencontres.

La gendarmerie travaille sur toutes les hypothèses : l'intervention d'un tiers qu'elle aurait suivi, le suicide et la piste criminelle, même si cette dernière, selon le parquet, «ne se confirme pas». De nouvelles recherches aériennes et subaquatiques sont prévues.


http://www.leparisien.fr/faits-divers/calvados-vanessa-est-partie-avec-son-mystere-03-04-2017-6818682.php#xtor=RSS-1481423633



********************************

AVIS DE RECHERCHE

Vanessa, disparue depuis deux mois près de Caen : La piste de l'intervention d'un tiers privilégiée.
 

Vanessa, conseillère bancaire de 37 ans, portée disparue depuis le 6 décembre 2016 à Caen, n'a toujours pas été retrouvée. La piste de l'intervention d'un tiers est privilégiée.
 

La piste du suicide ou de la disparition volontaire a été écartée. Les enquêteurs privilégient désormais la piste de l’intervention d’un tiers, a indiqué la procureure de la République Carole Etienne à nos confrères de Liberté – Le Bonhomme LibreVanessa Meletportée disparue depuis le 6 décembre 2016 à Caen (Calvados),  n’a toujours pas été retrouvée.
 

La procureure a décidé d’ouvrir une information judiciaire contre X et de saisir un juge d’instruction.

Cela va permettre de renforcer encore les moyens d’investigation. Le but, c’est de faire avancer l’enquête, a-t-elle indiqué.
 

> LIRE AUSSI : Disparition inquiétante de Vanessa, 37 ans, près de Caen : le témoignage de son frère
 

« L’intervention d’un tiers »
 

La jeune femme, conseillère bancaire à Hérouville Saint-Clair, avait été aperçue pour la dernière fois au domicile de ses parents à Langrune-sur-mer, au nord de Caen.
 

Les recherches entreprises par les gendarmes n’avaient rien donné, malgré la mobilisation d’un hélicoptère au dessus de la Côte de Nacre et l’intervention d’une équipe cynophile. Un appel à témoins avait alors été lancé.
 

> LIRE AUSSI : Appel à témoins après la disparition inquiétante d’une femme de 37 ans dans le Calvados

Les enquêteurs, qui ne privilégiaient aucune piste ont finalement écarté les thèses du suicide ou de la disparition volontaire pour se concentrer sur la piste de « l’intervention d’un tiers ». Dernièrement, ils ont recueilli de nouveaux éléments et « des portes se sont fermées », souligne la procureure.


http://www.normandie-actu.fr/vanessa-disparue-depuis-deux-mois-pres-caen-piste-intervention-tiers-privilegiee_255164/



*********************************


Résultat de recherche d'images pour   

Vanessa, 37 ans, a disparu depuis le 6 décembre au matin à Langrune-sur-Mer.

(Calvados). Depuis un mois, sa famille se démultiplie pour retrouver sa trace et vit dans une insoutenable attente. Elle espère un déclic, un indice, le moindre témoignage pour comprendre ce qui est arrivé à la jeune femme.

 

Le beau-père et la maman de Vanessa.

Le beau-père et la maman de Vanessa. "De toute façon, il faut espérer parce qu'elle est quelque part mais où?" © Radio France - Olivier Duc.

 

Ils ont distribué 1.500 affiches d'appel à témoins. Deux d'entre elles sont scotchées sur la porte de leur domicile de Langrune-sur-Mer au nord de Caen et sur la lunette arrière de leur voiture. Depuis un mois maintenant, les parents de Vanessa attendent un signe, un indice, une piste pour retrouver cette jeune femme brune ou savoir ce qui lui est arrivée.

 

Vanessa avait quitté le domicile de ses parents où elle se reposait vers 07h30 le matin du 6 décembre vêtue d'un pantalon de jogging noir et d'un pull rose Fushia. La jeune femme de 37 ans avait dit à sa mère qu'elle sortait quelques instants dans les rues de Langrune-sur-Mer (14) en laissant ses clés, son argent et ses papiers.

"Le temps passe et c'est très difficile quand on a la tête qui est prise pratiquement 24h/24h à penser à ça. C'est horrible." - Son beau-père.

"On peut tout supposer, parce qu'en l'espace de quelques dizaines de minutes, elle a complètement disparu, explique son beau-père, Michel Daigle. Il y a eu des moyens énormes de mis en place : hélicoptère, les chiens... ils ont patrouillé partout avec les motos dans les dunes et même sur Hérouville où elle habite, et le long de l'Orne, et ils n'ont pas trouvé une seule trace.

Heureusement, on s'accroche à l'espoir de la retrouver mais le temps passe et c'est très difficile quand on a la tête qui est prise pratiquement 24h/24h à penser à ça. C'est horrible."

 

 

 

 

 

Près de 1500 affiches d'appel à témoins ont été placardées dans la région caennaise - Radio France

Près de 1500 affiches d'appel à témoins ont été placardées dans la région caennaise © Radio France - Olivier Duc

 

"Je refais son parcours tous les jours dans un sens comme dans l'autre, pour me dire sur qui elle aurait pu tomber, chez qui elle est." La maman de Vanessa.

 

"Depuis un mois, elle a disparu, sanglote sa mère, Annick. On ne sait pas où elle est ni où elle se trouve et on l'attend. Je refais son parcours tous les jours dans un sens comme dans l'autre, pour me dire sur qui elle aurait pu tomber, chez qui elle est, si on prend bien soin de ma fille. C'est tout ce que je veux savoir. Moi, j'attends que la porte s'ouvre et qu'elle arrive devant moi. De toute façon, il faut espérer, parce que ma fille elle est quelque part, mais où? Je ne sais pas."

 

La famille de Vanessa espère quela relance des appels et les affiches permettront d'aider les forces de l'ordre à retrouver Vanessa et savoir ce qui lui est arrivé ce 6 décembre au matin.

 


Pour tout renseignement contacter :

Tèl. 09.51.30.46.68 / 06.14.34.07.00 Brigade de Douvres-la-Délivrande : 02.31.08.35.73.

 


*****************************
 

 

 

 

Langrune-sur-MerDisparition inquiétante de Vanessa, 37 ans, près de Caen : le témoignage de son frère

 

Âgée de 37 ans, Vanessa Melet n'a plus donné signe de vie à ses proches depuis le 6 décembre 2016. Elle a disparu, au matin, près de Caen (Calvados).

Son frère témoigne.

 

 

 

Vanessa Melet a disparue, mardi 6 décembre 2016, alors qu'elle se trouvait chez ses parents, à Langrune-sur-Mer (Calvados). (Photo © Gendarmerie nationale)

 

Vanessa Melet, une jeune femme de 37 ans, a disparu au petit matin, mardi 6 décembre 2016, alors qu’elle se trouvait au domicile de ses parents, à Langrune-sur-Mer, à quinze kilomètres au nord de Caen (Calvados)

Depuis 20 jours, sa famille vit dans l’angoisse et arpente désespérément les rues du village de la côte de Nacre, à sa recherche.

 

> LIRE AUSSI : Appel à témoins après la disparition inquiétante d’une femme de 37 ans dans le Calvados

 

Son frère aîné, Michael Melet, 42 ans, est revenu chez sa mère et son beau-père, pour les aider dans cette épreuve.
 

Les fêtes de Noël ont été très difficiles, nous n’avions pas la tête à ça.

Il décrit à Normandie-actu sa sœur comme une femme « réservée », « qui travaillait beaucoup », en tant que conseillère clientèle, dans une banque à Hérouville-Saint-Clair. Célibataire, sans enfant, elle menait « une vie paisible avec son chat ».
 

Elle a toujours été discrète sur sa vie sentimentale mais elle était très proche de notre mère et de notre grand-mère, raconte-t-il. Ma mère et Vanessa s’appelaient trois à quatre fois par jour. C’est très dur pour elle…

 

Une jeune femme équilibrée

 

Pour lui, Vanessa était une jeune femme équilibrée, sans histoire, quoique affaiblie récemment par des problèmes de santé.
 

« Elle avait des douleurs au dos, dans le bas du ventre, dans les jambes depuis environ deux mois, elle a dû arrêter de travailler et avait du mal à marcher, assure-t-il. Elle a passé trois jours à l’hôpital récemment pour savoir ce qu’elle avait mais on ne lui avait rien trouvé… »

 

En décembre 2015, Vanessa et son frère ont perdu leur père. « Le mois de décembre est une période difficile pour nous, reconnaît-il. Peut-être a-t-elle eu besoin de faire le point sur sa vie, de se retirer un peu… »

 

« J’espère qu’elle n’a pas fait une mauvaise rencontre »

 

Michael Melet ne pense pas que ce soit un suicide et espère que cette disparition n’est pas le fruit d’une mauvaise rencontre. « Quand elle est partie de la maison de ma mère, il était 7h30, il faisait encore nuit », précise-t-il. Trois heures après sa disparition, sa mère s’est inquiétée et a directement prévenu les forces de l’ordre.

 

Appel à témoins

 

Sa famille a déposé des affiches aux quatre coins du Calvados, posté de nombreux messages sur les réseaux sociaux… En vain. « Il faut attendre, c’est très dur. »
 

Un appel à témoins a été lancé par la gendarmerie. Vanessa au moment de sa disparition, portait un gilet avec capuche en fourrure sans manche et un pantalon noir. Elle portait également des boucles d’oreille.

 

Info pratique


Si vous avez des informations, contactez la brigade territoriale de Douvres-la-Délivrande
au 02 31 08 35 73

 

 

*****************************************



Résultat de recherche d'images pour

 

Disparition dans le Calvados : La gendarmerie lance un appel à témoins.

La gendarmerie du Calvados lance un appel à témoins ce mercredi 7 décembre 2106 après la disparition inquiétante de Vanessa Melet, à Langrunes-sur-Mer (Calvados.)
 

 

Disparition dans le Calvados : la gendarmerie lance un appel à témoins

Vanessa Melet est portée disparue depuis le 6 décembre 2016.
 

 

Vanessa Melet, née le 7 février 1979 à Caen, a disparu à 7h30 mardi 6 décembre 2016. Elle a été vue la dernière fois au domicile de ses parents à Langrunes-sur-Mer (Calvados.) La gendarmerie lance un appel à témoins.

Une "personne dépressive"

La gendarmerie donne les éléments suivants : "personne dépressive", Vanessa Melet est de "type caucasien" et se déplace à pied. D'une taille de 1,65 m, ses yeux sont brun foncé. Lorsqu'elle a été vue pour la dernière fois, elle portait un gilet avec capuche en fourrure sans manches et un pantalon noir.

 

En cas de découverte, aviser la gendarmerie en téléphonant au 17 ou au 02 31 08 35 73.


****************************


Disparition inquiétante, près de Caen : Toujours pas de nouvelles de Vanessa Melet.



La jeune femme de 37 ans, disparue depuis mardi 6 décembre, est toujours introuvable. La gendarmerie lance un nouvel appel à témoins.
 

Vanessa Melet (37 ans) a disparu depuis mardi 6 décembre 2016. Bientôt une semaine que ses proches sont sans nouvelles de la conseillère bancaire d’Hérouville-Saint-Clair, près de Caen (Calvados).

La jeune femme avait quitté le domicile de ses parents, à Langrune-sur-mer, sur la côte de Nacre, vers 7h30 ce mardi 6 décembre.

Se déplaçant à pied, la jeune femme a rapidement été recherchée activement par la gendarmerie. Sans résultat, malgré un premier appel à témoins lancé dès le lendemain.

De type caucasien, Vanessa Melet mesure 1,65 m. Ses cheveux sont bruns foncés et elle portait un gilet avec une capuche en fourrure sans manche, un pantalon noir et des boucles d’oreille au moment de sa disparition.

Décrite comme dépressive.

Les premiers éléments de l’enquête ont fait émerger plusieurs hypothèses. Décrite comme dépressive, Vanessa Melet aurait pu vouloir échapper à un traitement médical, voire commettre un acte désespéré. L’hypothèse de l’intervention n’est pas écartée, même si aucun élément ne permet de privilégier cette théorie.

Nouvel appel à témoins.

Dans l’espoir de nouveaux témoignages, la gendarmerie lance un nouvel appel à témoins. Toute personne ayant des informations susceptibles de faire avancer l’enquête est priée de contacter la Brigade territoriale autonome de Douvres-la-Délivrande au 02 31 08 35 73.

http://www.libertebonhomme.fr/2016/12/12/disparition-inquietante-pres-de-caen-toujours-pas-de-nouvelles-de-vanessa-melet/



******************************


Leur fille a disparu, ils vivent dans l’angoisse.




Vanessa, 37 ans, a disparu il y a quinze jours, à Langrune-sur-Mer (Calvados). Sans explication. Sa famille est effondrée.

Sa mère espère des nouvelles.




 

« Elle m’a dit : je vais faire un tour et je reviens. Sans sac, sans argent, sans voiture. »

C’était le mardi 6 décembre 2016. Vanessa Mélet, une femme brune de 37 ans, quitte le domicile de sa mère, avenue de la Libération à Langrune-sur-Mer, au nord de Caen. « Je me suis dit qu’elle avait besoin de marcher », glisse Annick, 64 ans, sa mère.

 

Mais Vanessa n’est jamais rentrée. Signalée le jour même, sa disparition, rapidement jugée inquiétante, a déclenché d’importantes recherches. Y compris un survol par hélicoptère.

Un avis de recherche a été diffusé dans la presse et les proches ont placardé « au moins 1 000 ou 1 500 affiches », estime son frère, Mickaël, 42 ans.

 

Quinze jours plus tard, hélas, « toujours rien, aucun indice », soupire sa famille. « C’est extraordinaire, s’étonne son beau-père, Michel, 67 ans. En quelques heures, elle disparaît et personne ne l’a vue ! »
 

Plusieurs scénarios.
 

Les scénarios possibles ? Un suicide dans un endroit isolé, mais son entourage n’y croit pas, au vu de la personnalité de la trentenaire.

Un départ volontaire pour commencer une nouvelle vie, comme toute personne majeure a le droit de le décider : « Elle était calme, la veille », se rappelle sa mère, qui ne croit pas trop à une fugue.

En outre, elle n’a emmené ni argent ni bagages, même si son frère note qu’« on n’a pas retrouvé son passeport ». La dernière hypothèse reste celle d’une mauvaise rencontre , là encore, aucun élément ne permet de privilégier cette issue.





 

Travaillant dans une banque, Vanessa était en arrêt maladie depuis plusieurs semaines : « Elle avait des douleurs en bas du ventre et du dos, qui la faisaient vraiment souffrir. »

Malgré une hospitalisation de trois jours et des séances chez le kiné ou l’ostéopathe, son mal n’était ni identifié ni soulagé. « Elle n’était pas en mesure de marcher beaucoup », souligne son beau-père. Habitant Hérouville-Saint-Clair, elle était venue se reposer dans sa famille à Langrune. Ce qui ne l’empêchait pas de rendre visite régulièrement à sa grand-mère, Claudine, à Caen.

 

Annick, sa mère, est la plus affectée par cette disparition : « On est tellement proches… » Elle souligne le travail des gendarmes, « qui ne négligent rien ». Mais, après avoir passé une semaine à poser des affiches, à explorer « toutes les maisons abandonnées, les jardins, les plages », elle ne sait plus comment agir.

Elle garde pourtant espoir que sa fille soit en vie : « Il faut qu’elle le sache : Vanessa, on t’attend, on t’aime. »

 

Avis de recherche. Voici le signalement de Vanessa Mélet, 37 ans, disparue le 6 décembre, à 7 h 30, diffusé à la demande du parquet de Caen : « Partie du domicile de ses parents à Langrune-sur-Mer. À pied. Taille : 165 cm. Couleur des yeux : brun foncé. Tenue vestimentaire : doudoune avec capuche en fourrure sans manches, pantalon noir. Autres signes particuliers : porteuse de boucles d’oreilles. » Sous sa doudoune sans manches, cette femme d’allure mince portait un pull rose fuchsia.

Si vous la voyez ou avez des informations la concernant, avisez la gendarmerie (brigade de Douvres-la-Délivrande) au 02 31 08 35 73 ou en composant le 17.


http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/893/reader/reader.html#!preferred/1/package/893/pub/894/page/11

 

 



Ajouté le 04/12/2017 par Annie - disparition inquiétante Majeurs