Léa Petitgas 20 ans , disparue à Nantes (44)

Partagez l’appel à témoins ! Le seul moyen de faire avancer l’enquête..
 

************************************************

Huit mois après la disparition de Léa Petitgas 20 ans, à Nantes, son père Christophe,témoigne.

 



**************************************************

Nantes : Disparition de Léa Petitgas, des recherches dans l'Edre
 




Dans le cadre de l'enquête autour de la disparition de Léa Petitgas, l'Erdre a été sondée le mardi 19 juin 2018 par la brigade fluviale de la Préfecture de police de Paris  à l'aide d'un sonar de haute technologie. Les recherches doivent se poursuivre toute la semaine.

Dans le cadre de l'enquête autour de la disparition inquiétante de Léa Petitgas, un sonar appartenant à la brigade fluviale de Paris a sondé l'Erdre mardi 19 juin.  Cet appareil permet de procéder à des recherches aquatiques. Il fonctionne sur le principe de l'échographie. Les prospections n'ont pour l'instant rien donné. Elles doivent se poursuivre jusqu' en fin de semaine sur le tracé entre le domicile et le travail de la jeune femme.

Léa Petitgas, âgée de 20 ans n'a pas donné signe de vie depuis le 13 décembre 2017. Dès le lendemain son téléphone portable a cessé d'émettre.

Aucune transaction depuis n'a été enregistrée sur son compte bancaire.

Ses proches excluent une disparition volontaire. depuis six mois de nombreuses investigations ont été menées, mais les enquêteurs n'ont à ce jour dégager aucune piste sérieuse. 

"C'est une affaire qui nous semble très inquiétante car Léa a disparu du jour au lendemain, sans donner de nouvelles", a déclaré Phillipe Guichard, patron de l'Office central pour la répression des violences aux personnes à nos confrères du parisien. L'OCRPV a été co-saisi dans ce dossier avec la police judiciaire de nantes.

" Il y a une brusque coupure qui ne s'explique pas : plus d'activité téléphonique, plus de connexion sur les réseaux sociaux. Et surtout, il n'y a aucun témoin. Les Investigations  menées dans son environnement n'ont pas permis d'avancer sur une piste plutôt qu'une autre, la disparition volontaire ou la mauvaise", a ajouté l'enquêteur.


https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/nantes-disparition-lea-petitgas-recherches-edre-1497801.html

***************************************************

Disparition de Léa Petitgas: « Le temps passe, mais j'essaye de me dire que je reverrai ma fille »


 

INTERVIEW : Léa Petitgas, 20 ans, a disparu à Nantes depuis maintenant six mois...

Léa Petitgas n'a pas donné signe de vie depuis six mois jour pour jour.

Alors que l'enquête piétine, son père Christophe a livré son ressenti à 20 Minutes.

 

Léa Petitgas, 20 ans, a été vue pour la dernière fois il y a six mois jour pour jour. Depuis, la disparition de cette Nantaise, habitante du quartier Canclaux, reste une énigme pour les enquêteurs. Alors qu’une information judiciaire a été ouverte pour « enlèvement et séquestration » et qu’un nouvel appel à témoins a été lancé en février, aucune piste ne les a encore menés jusqu’à la jeune femme. Son père, Christophe Petitgas, se confie pendant cette difficile attente.
 

Comment évolue l’enquête ?
 

Il y a deux mois environ, j’ai été auditionné par des enquêteurs de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) venus de Paris pour aider les policiers de la PJ de Nantes. Pendant cinq heures, j’ai tout relaté de la vie de Léa, depuis sa naissance en août 1997.
 

Depuis, je n’ai plus aucune nouvelles de l’enquête, ce que je ne vis pas très bien. Apparemment, ils n’ont rien du tout. Des pistes ont été ouvertes mais tout s’est refermé au fur et à mesure. Certains proches de Léa ont été interrogés après des incohérences relevées dans leurs témoignages, mais ça n’a rien donné.
 

Quel est votre état d’esprit ?
 

Ce qui me fait peur c’est que le dossier soit mis de côté, en attendant que quelqu’un parle ou qu’un nouvel appel à témoins soit lancé. J’essaye toujours de mener mon enquête, même si les policiers me demandent de ne rien faire de mon côté. J’ai retrouvé un jeune homme, un ami de ma fille, dont je connaissais uniquement le surnom. Il m’a raconté que quelques semaines avant sa disparition, il avait proposé à Léa de lui trouver du travail dans une autre ville de France, mais qu’elle avait décliné parce qu’elle voulait rester à Nantes.
 

Notre échange a conforté ma conviction que Léa n’est pas partie de son plein gré. Ce que je crains, c’est une mauvaise rencontre faite sur le chemin du travail. On sait que le portable de Léa a borné chez elle le matin à l’heure où elle devait partir travailler.

 

A quoi ressemble votre quotidien ?
 

J’ai beaucoup de travail, une famille et une compagne qui m’aident. Mais on marche au ralenti. Il y a des moments où ça va, d’autres où ça va moins bien. Quand j’ai vu le reportage sur France 2, j’ai eu du mal à regarder la photo de ma fille. Je ne peux pas imaginer le fait que je ne la reverrai pas. Le temps passe mais j'essaye de me dire que je la reverrai.
 

Je compte sur les médias pour que l’on continue de parler d’elle et que le dossier ne se referme pas. Je me tiens informé des faits divers à Nantes, qui pourraient avoir un lien avec son histoire.

Quand j’apprends qu’un corps est retrouvé dans la Loire, ça me fait trembler. C’est triste à dire mais quand je lis ensuite que ça ne correspond pas à Léa, je me dis « ouf ».

>> A lire aussi : Disparition «inquiétante», une Nantaise de 20 ans recherchée

Appel à témoins.

 

Le 13 décembre, Léa a passé la soirée chez elle en compagnie d'un ami. Le lendemain, elle ne s'est pas présentée à son travail. Un appel à témoins la concernant a de nouveau été lancé en février dernier.

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2289375-20180614-disparition-lea-petitgas-temps-passe-essaye-dire-reverrai-fille

******************************************************

 

Disparition de Léa, 20 ans, à Nantes : Son père témoigne pour relancer l’enquête.

La jeune femme n’a plus donné de signe de vie depuis le 13 décembre 2017.
 

Le mystère reste entier cinq mois après la disparition inquiétante de Léa Petitgas, une jeune femme de 20 ans, à Nantes (Loire-Atlantique). Son père témoigne auprès de France Info pour que l’affaire ne soit pas oubliée et pour éviter que ce dossier pris en charge par la police ne se referme.
 

La famille de cette jeune femme décrite comme rêveuse, encore un peu dans l’adolescence, vit dans l’angoisse. Selon ses proches, Léa n’avait aucune raison de disparaître volontairement. Elle venait de trouver un travail dans une maison de quartier et n’aurait jamais abandonné ses chats dans son appartement.
 

« Ce qui me fait peur ce sont tous les détraqués, les pédophiles, tous les gens qui sont attirés par les jeunes filles » déclare Christophe Petitgas, le père de Léa.
 

Le témoignage de Christophe Petitgas, le père de Léa (France Info)
 


 

Gardant l’espoir que l’enquête aboutisse enfin, il a placardé et distribué 1 500 affiches dans les rues de Nantes. « On se demande combien de temps cela va durer, le temps que l’on va devoir encore attendre. On espère que l’enquête se déclenche et que l’on retrouve Léa saine et sauve ».
 

Deux appels à témoins.
 

Léa Petitgas a disparu le 13 décembre dernier, au petit matin, vers 8 h 30, alors qu’elle venait de quitter son appartement pour se rendre à son travail en bus. Selon France Info, son téléphone portable a borné devant son immeuble puis aux abords de l’arrêt de bus.
 

Depuis, son téléphone est resté muet et aucun mouvement n’a été constaté sur son compte bancaire, ce qui semble plus inquiétant.
 

Un premier appel à témoins pour disparition inquiétante avait été lancé par la police le 20 décembre dernier, puis un deuxième le 27 février. Une information judiciaire a également été ouverte par le parquet de Nantes pour enlèvement et séquestration.

 


 

Pour la police comme pour le procureur de Nantes, Pierre Sennes, cette disparition reste une priorité et deux groupes de la police judiciaire sont mobilisés, épaulés par un service spécialisé dans les disparitions inquiétantes.
 

Léa Petitgas est une jeune femme brune, de corpulence fine, qui mesure 1, 47 m. Le jour de sa disparition, elle portait un pantalon bleu, une veste kaki et une écharpe foncée.

Les personnes pouvant apporter des renseignements sur cette disparition peuvent contacter le 02 53 46 75 00, le 06 13 83 30 97 ou le 06 43 16 18 24.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/disparition-de-lea-20-ans-a-nantes-son-pere-temoigne-pour-relancer-l-enquete-08-05-2018-7704624.php#xtor=AD-1481423552


****************************************************


AVIS DE RECHERCHE - DISPARITION


Disparition de Léa, 20 ans, à Nantes : L'incertitude.


La jeune femme a disparu depuis trois mois et demi. Qu'est-il arrivé à la Nantaise entre le mercredi 13 décembre au soir et le jeudi 14 décembre 2017 au matin ?

Départ volontaire ? Suicide ? Homicide ?

 

Léa Petitgas a disparu le 13 décembre à Nantes. Depuis, aucune trace d'elle. La jeune fille, âgée de 20 ans, s'est volatilisée un mercredi soir, après avoir dîné avec un copain, à son domicile, rue de la Motte-Picquet. Son portable avait cessé d’émettre le jeudi 14 décembre. Aucun mouvement bancaire n’a été enregistré depuis. Sa disparition avait été signalée le dimanche suivant par une amie.

 

Deux appels à témoins.
 

Ce jour-là, elle ne s’est pas présentée pas à son travail, dans une maison de quartier, où elle suivait un service civique depuis septembre.

Les policiers ont passé son appartement au peigne fin, où elle a laissé de nombreuses affaires comme sa brosse à dents ou sa tablette graphique. Ils ont effectué de nombreux prélèvements au troisième étage du petit immeuble où elle habitait depuis septembre.

 

Un premier appel à témoins avait été lancé le 20 décembre, puis un deuxième le 27 février. Une information judiciaire a également été ouverte pour enlèvement et séquestration.
 

La jeune femme mesure 1,47 m. De type européen et de corpulence fine, elle a les cheveux bruns, raides et longs, les yeux verts et le teint pâle. Elle possède un signe distinctif, une cicatrice sur le bras droit.
 

Selon les services de police, elle pourrait porter "un pantalon bleu, une veste kaki et une écharpe foncée". Elle lierait facilement le dialogue et serait "capable de faire confiance à des inconnus".
 

France 2 a consacré un reportage à cette affaire qui sera diffusé la semaine prochaine.
 

Si vous avez des informations ; vous pouvez contacter le 02 53 46 75 00 ou le 06 13 83 30 97 ou 06 43 16 18 24.

https://www.lalsace.fr/actualite/2018/04/02/disparition-de-lea-20-ans-a-nantes-l-incertitude


***********************************************

Disparition de Léa Petitgas. La police lance un nouvel appel à témoins.


 

Aucune nouvelle de la Nantaise Léa Petitgas depuis le 13 décembre 2017. La police a décidé de lancer un nouvel appel à témoins, avec une autre photo de cette jeune fille âgée de 20 ans.

Soixante dix-sept jours sans nouvelles de Léa Petitgas.
 

La police a décidé de lancer un nouvel appel à témoins.
 

Cette jeune Nantaise, âgée de 20 ans, a disparu le 13 décembre. Ce mercredi soir, elle avait dîné avec un copain, à son domicile, rue de la Motte-Picquet, dans le quartier Canclaux. Sa disparition avait été signalée le dimanche suivant par une amie.
 

La police judiciaire, chargée de l’enquête, a exploré de très nombreuses pistes. Aidés de la police scientifique, ils ont investi à plusieurs reprises l’appartement de Léa Petitgas, qui travaillait à la maison de quartier de la Halvêque.
 

Son portable avait cessé d’émettre le jeudi 14 décembre 2017. Aucun mouvement bancaire n’a été enregistré depuis ce jour-là.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/disparition-de-lea-petitgas-la-police-lance-un-nouvel-appel-temoins-5592332


************************************************


Disparition de Léa Petitgas à Nantes, ce mystère qui résiste à l’enquête.



La police continue à explorer toutes les pistes pour retrouver la jeune Nantaise disparue depuis le 13 décembre 2017 . En vain, pour l’instant.
 

Aucune explication. Aucune piste privilégiée. Plus de quarante jours ont passé depuis la disparition de Léa Petitgas, 20 ans, et ses proches sont toujours sans nouvelles.  « Je garde espoir, bien sûr » , confiait ce week-end  son père.

«Le temps est long pour nous, mais je sais qu’il suffit de peu, d’une étincelle, pour que les choses se précipitent.» Il a partagé sur les réseaux sociaux une nouvelle photo de sa fille, avec la tenue qu’elle portait le jour de sa disparition.  «La veste, le bonnet et l’écharpe que l’on n’a pas retrouvés chez elle. C’est sa tenue pour l’hiver.»

 

Lire aussi : Disparition de Léa : son père témoigne

Nantes. Disparition de Léa : l’angoisse des proches
 

Des prélèvements en cours d'analyse.
 

En coulisses, la police s’active, tous azimuts, pour l’heure sans succès. La Nantaise n’a donné aucun signe de vie depuis le 13 décembre, ce mercredi soir où elle a dîné avec un copain, chez elle, rue de la Motte-Picquet, dans le quartier Canclaux. Depuis le signalement de sa disparition, le dimanche suivant, la police judiciaire continue à explorer toutes les hypothèses.


Qu’est-il arrivé à Léa ? Comment s’est-elle volatilisée entre le mercredi 13 et le jeudi 14 décembre ? Crime, suicide, départ volontaire ?
 

Les enquêteurs ont investi à plusieurs reprises l’appartement du troisième étage que la jeune femme occupait depuis septembre, accompagnés de techniciens de police scientifique. Des prélèvements effectués à divers endroits du logement sont encore en cours d’analyse. Mais, pour l’heure, aucun élément n’a été retrouvé qui pourrait laisser croire à une scène de violences. Ou à un départ précipité. Comment expliquer que personne n’ait rien vu, rien entendu ? Que son visage n’apparaisse sur aucune caméra de surveillance, dans la ville, devant une agence bancaire ? Il est exceptionnel que les enquêteurs se retrouvent avec si peu d’éléments après un mois d’enquête.
 

Son portable a cessé d'émettre.
 

Le jeudi 14 au matin, Léa Petitgas était attendue à la maison de quartier de la Halvêque, à La Beaujoire, où elle effectuait un service civique. Une amie a trouvé sa porte close le samedi suivant. Son portable avait cessé d’émettre depuis le jeudi. Aucune conversation téléphonique, ni aucun mouvement bancaire n’ont été enregistrés depuis ce jour-là.
 

Des proches de Léa Petitgas ont été entendus, des investigations se poursuivent dans l’entourage de la jeune femme. Il n’y a eu, à notre connaissance, aucune garde à vue depuis le début des recherches.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/lea-petitgas-ce-mystere-qui-resiste-l-enquete-5531681


**************************************************

Léa , 20 ans a disparu depuis plus d'un mois.



Photo de Léa disparue à Nantes le 14/12/2017 avec la tenue qu'elle portait le jour de sa disparition.

 

A Nantes, une jeune fille fait l'objet d'une disparition inquiétante depuis le mois de décembre 2017.

 

Léa Petitgas reste introuvable. La jeune femme de 20 ans a disparu il y a plus d’un mois. Les enquêteurs du groupe criminel de la police judiciaire de Nantes, qui travaillent sous l’autorité d’un juge d’instruction, n’excluent aucune piste, selon un proche du dossier témoignant dans les colonnes de Presse océan.
 

Qu'est-il arrivé entre le mercredi 13 décembre au soir et le jeudi 14 décembre 2017 au matin à Nantes ? 
 

Le téléphone portable de la jeune fille a cessé d’émettre et elle ne s’est pas présentée pas à son travail, dans une maison de quartier, où elle suivait un service civique depuis septembre.
 

Les policiers ont passé son appartement au peigne fin, où elle a laissé de nombreuses affaires comme sa brosse à dents ou sa tablette graphique, et ont lancé un appel à témoins le 20 décembre 2017.
 

De nombreux prélèvements ont été effectués au troisième étage du petit immeuble au 15 rue de la Motte-Picquet, dans le quartier Canclaux, qu'elle habitait depuis septembre.
 

Léa Petitgas, 20 ans, mesure 1,47 m. Elle est de corpulence fine et a les yeux verts. Elle pourrait porter un pantalon bleu et une veste kaki. Elle porte une cicatrice à l’avant-bras droit.

Contacter le 02 99 79 87 87 ou le 17.

http://www.leprogres.fr/faits-divers/2018/01/23/laura-20-ans-a-disparu-depuis-plus-d-un-mois

************************************************


Disparition de Léa : Son père témoigne.


 

Léa Petitgas, 20 ans, est toujours portée disparue depuis le mercredi 13 décembre 2017, à Nantes. Ses proches la recherchent sans relâche depuis trois semaines. « Je me sens plus optimiste que les premiers jours », dit son père.
 

Quand la police m’a parlé de disparition inquiétante, je n’y croyais pas. Ma fille a vécu deux ans à Vannes, avec son petit ami, avant de venir vivre à Nantes, l’été dernier. À cette époque, il nous arrivait parfois de ne pas nous donner de nouvelles pendant une semaine.
 

Il y a eu un temps où je me suis effondré, puis je me suis battu pour la retrouver. Avec ma compagne, nous avons distribué des flyers dans le quartier de Canclaux, où elle vit, collé des affiches avec sa photo, rencontré ses voisins. Il fallait que je sois actif. J’ai arrêté de travailler pendant deux semaines.
 

J’ai lancé un avis de recherche sur Twitter et Facebook. Il a été vu par plus de deux millions de personnes, parmi lesquels des gens comme Eva Joly ou M Pokora.

Je reçois beaucoup de messages de soutien, ça fait du bien.

 

Il y a deux jours, j’ai repris le travail. Des collègues m’ont proposé des RTT, mais j’ai besoin de travailler pour ne pas tourner en rond chez moi. Je travaille dans une société de transport, je commence à 11 h, ce qui me laisse du temps le matin. Chaque jour, je me lève, je me lave, je déjeune et je me connecte sur Internet pour mes recherches. Je ne cherche plus dehors, je n’ai plus d’idées.
 

J’épluche la presse locale aussi, à la recherche d’affaires qui pourraient avoir un lien avec ma fille. Tout ce qui se passe me fait peur. Les policiers tentent de me rassurer, mais ça m’obsède. J’ai découvert qu’il y avait 10 000 disparitions inquiétantes en France chaque année, je trouve ce chiffre glaçant.
 

J’ai aussi pensé à la possibilité d’un geste désespéré mais Léa est pleine de vie, entourée de beaucoup d’amis, que j’ai connus avec sa disparition. Ils ont placardé toute la ville avec sa photo et un avis de recherche, ils ont bien travaillé.

« Son ange gardien aimerait la retrouver »

Ma fille a eu un bac STL avec mention à 18 ans. Avec sa mère, dont je suis séparé depuis dix ans, nous l’encouragions à poursuivre en BTS. Mais Léa a décidé d’arrêter et de partir vivre avec son copain à Vannes, où elle a travaillé dans un fast-food et dans une maison de retraite.
 

Elle a quitté Vannes et son petit ami en août. Elle est partie sans rien, quasiment. On lui a d’abord cherché une chambre en foyer de jeunes travailleurs à Nantes, mais il n’y avait plus de place. On a finalement trouvé un appartement.
 

Léa a décroché un contrat aidé à la maison de quartier de la Halvêque, elle avait droit à l’aide de la CAF, tout se mettait en place. Mais son dossier CAF a traîné parce qu’elle n’avait pas fait le nécessaire - les démarches administratives ne sont pas son fort. Elle n’a pas pu payer ses deux premiers mois de loyer et ne m’a rien dit.
 

La dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, c’était le mercredi 13 décembre. Il y avait à nouveau un problème avec les deux mois de loyers suivants. J’ai appris, depuis, qu’elle avait aussi une facture impayée d’électricité de 30 €, mais je ne le savais pas.
 

Ce jour-là, le dernier avant qu’elle ne disparaisse, je lui ai demandé de voir à la CAF où en était son dossier et d’appeler l’agence qui gère son appartement pour les rassurer. Je connais ma fille, il faut la pousser un peu. Elle sait aussi que je ne l’aurais pas laissée dans les problèmes.
 

Ses amis m’ont appris qu’elle disait de moi que j’étais un ange gardien. Et bien son ange gardien aujourd’hui aimerait bien la retrouver. Je garde espoir. Le temps passe mais je ne sais pas pourquoi, je me sens plus optimiste que les premiers jours.
 

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/disparition-de-lea-son-pere-temoigne-5481872

*************************************************


Trois semaines après sa disparition, la PJ de retour chez Léa Petitgas.


 

Trois semaines après la disparition de la jeune femme, les enquêteurs ont procédé ce jeudi 4 janvier 2017 à de nouvelles investigations dans le logement qu'elle occupait, quartier Canclaux, à Nantes. 


Rue barrée et tente dressée devant le 15, rue La Motte-Picquet, quartier Canclaux, à Nantes.


Pendant plusieurs heures, ce jeudi matin, techniciens et enquêteurs de l’antenne de police judiciaire de Nantes ont de nouveau passé le logement de Léa Petitgas au peigne fin, dans l’espoir d’y trouver un ou des indices susceptibles d’orienter leurs recherches.

De nouveaux prélèvements, qui feront l’objet d’analyses, ont été effectués chez la jeune femme, au troisième étage du petit immeuble qu'elle habitait depuis septembre.


 

Léa Petitgas, 20 ans, a disparu depuis trois semaines, à présent. Les enquêteurs du groupe criminel de la PJ de Nantes, saisis de l’enquête depuis quinze jours, multiplient toujours les investigations pour la retrouver au plus vite.


Des appels à témoins ont été diffusés et de nombreuses auditions menées pour tenter de comprendre ce qui a pu arriver entre le mercredi 13 et le jeudi 14 décembre 2017.

Léa Petitgas, 20 ans, mesure 1,47 m. Elle est de corpulence fine et a les yeux verts. Elle pourrait porter un pantalon bleu et une veste kaki.Elle porte une cicatrice à l’avant-bras droit.

Un appel à témoins a été lancé par la police judiciaire. Contacter le 02 99 79 87 87 ou le 17.

 

https://www.presseocean.fr/actualite/nantes-trois-semaines-apres-sa-disparition-la-pj-de-retour-chez-lea-petitgas-04-01-2018-258037

**********************************************


La mère de Léa disparue depuis deux semaines : "Je veux revoir ma fille"



Karine est la mère de Léa Petitgas, cette jeune femme de 20 ans disparue depuis le 13 décembre 2017, à Nantes. L’attente est « insupportable », mais elle ne « veut pas s’écrouler ».

Entretien:

 

"Un ascenseur émotionnel"

 

"Nous vivons un vrai cauchemar. C’est comme si tout s’était arrêté. (...) Vous avez une boule d’angoisse qui vous tient. C’est un véritable ascenseur émotionnel. Je n’attends qu’une chose, c’est que l’on me dise que ma Léa va revenir. Toutes les mamans du monde formuleraient le même vœu. La revoir… Je n’attends que cela. »

 

"Garder espoir"


« L’ami qui a passé la soirée chez elle (au 15 rue de la Motte-Picquet, à Nantes, le 13 décembre, N.D.L.R.) l’a quittée vers 23 h 30. Le lendemain, elle devait se rendre à son service civique. Mais elle n’y est pas allée…

Que s’est-il passé ? Je me fais des tas de scénarios. Heureusement, un policier de la criminelle (*) prend régulièrement le temps de me tenir au courant des investigations qui sont menées. Ils continuent les auditions.

C’est un travail de fourmi. Pour eux, aucune piste n’est écartée. Ils restent optimistes. J’en ai besoin. Je sais que ce qu’ils me disent est vrai. Qu’ils ne me racontent pas d’âneries. Les enquêteurs espèrent toujours. Ils font tout pour la retrouver. Je crois en eux.  »

 

"Pensez à nous"
 

"Si quelqu’un l’a vue, je voudrais qu’il appelle la police (au 02 53 46 73 95 ou au 17). 

Mais les gens qui téléphonent doivent le faire pour livrer de vraies informations. Il ne faut pas gêner l’enquête et faire perdre du temps aux policiers. Des médiums ont appelé la grand-mère de Léa en prétendant qu’elle était à La Réunion. Il faut penser à nous. Nous avons besoin de nous préserver un peu.

Ce que vit notre famille est dramatique et très angoissant. Nous ne voulons pas que tout et n’importe quoi soit raconté. C’est très difficile à vivre pour nous. Nous voudrions que les gens fassent preuve d’un peu de pudeur, pour ma fille, pour Léa. » 

 

(*) Le groupe criminel l’antenne de police judiciaire de Nantes est chargé de l’enquête. 


Léa Petitgas a disparu entre le 13 et le 14 décembre. Elle mesure 1m47 ; elle est fine et a les yeux bleus. Elle porte une cicatrice à l’avant-bras droit.


https://www.presseocean.fr/actualite/nantesla-mere-de-lea-disparue-depuis-deux-semaines-je-veux-revoir-ma-fille-27-12-2017-257393


********************************************

Les amis et la famille de Léa, Nantaise portée disparue depuis mi-décembre, continuent à se mobiliser.

 

Cela fait quasiment quinze jours maintenant que Léa, 20 ans, n'a plus donné signe de vie. La Nantaise a disparu le mercredi 13 décembre 2017 dans la soirée. Le lendemain, cette habitante du quartier Canclaux, ne s'était pas rendue à son travail.

Ses proches, très inquiets, ne baissent pas les bras.

 


 

Léa Petitgas a disparu depuis le mercredi 13 décembre 2017.

 

Quasiment 15 jours désormais que Léa, 20 ans, est portée disparue. La jeune femme n'a plus donné de nouvelles depuis le mercredi 13 décembre. Le lendemain, cette Nantaise, habitante du quartier Canclaux, ne s'était pas rendue à son travail. Elle effectue un service civique à la maison de quartier de la Halvêque. 

 

L'appel à témoins partagé près de 15 000 fois.

 

Sur les réseaux sociaux, les amis et la famille de Léa ne baissent pas les bras. Le jour de Noël, le père de Léa a publié sur Twitter de nouvelles photos de sa fille, souriante, avec cette légende : "toujours sans nouvelles". Il demande encore une fois aux internautes de diffuser le portrait de la jeune femme et de contacter la police si ils ont des informations au sujet de sa disparition.

 

La cousine de Léa elle aussi est active. Sur Facebook, elle poste ce commentaire, très touchant : "triste Noël cette année. Le seul cadeau que je souhaite, c'est que l'on te retrouve saine et sauve". 

 

Les amis de Léa eux partagent l'appel à témoins sur Facebook. Grâce à cela, il a été relayé près de 15 000 fois, en Loire-Atlantique bien sûr mais aussi dans la France entière. L'un des copains de Léa, amateur comme elle de dessins et surtout de mangas, semble désemparé. Le jeune homme explique sur le réseau social avoir été "chez elle la veille de sa disparition, elle devait aller voir un ex petit-ami après le boulot".

 

Une des amies proches de Léa précise que la jeune femme a "pris comme seul bagage un ordinateur et ses papiers". Selon elle, elle devait donc se rendre au travail mais là-bas, à la maison de quartier de la Halvêque, on ne l'a pas vue. Pour tous les proches de Léa, c'est l'incompréhension.

Selon eux, ne pas donner signe de vie, ça ne lui ressemble pas.

 

L'appel à témoins pour retrouver Léa a été partagé près de 15 000 fois sur les réseaux sociaux.
 

Si vous avez des informations sur la disparition de la jeune fille, contactez la police au 02.53.46.73.95 ou au 17.

Léa mesure 1m47, elle a de longs cheveux bruns. Au moment de sa disparition, elle portait un pantalon bleu et une veste kaki.

 

L'enquête a été confiée à la police judiciaire.

 

**********************************************************

 

AVIS DE RECHERCHE
 

Nantes. Disparition de Léa: " L'attente est terrible "
 



Léa Petitgas, 20 ans, n’a plus donné signe de vie depuis le 13 décembre. Christophe, son père, « garde espoir » et se bat pour la retrouver.

Entretien.

 

Presse Océan : Y a t-il du nouveau dans l’enquête sur la disparition de Léa ?
 

Christophe Petitgas : « Les policiers m’appellent régulièrement. On n’a toujours aucune nouvelle de Léa. Pas de mouvement sur ses comptes, son téléphone est resté muet. Samedi, avec ses amis, on est venu à Nantes placarder des flyers « avis de recherche » dans la ville. Quand je suis dans l’action, ça va. C’est quand on s’arrête que c’est dur. L’attente est terrible. Noël, dans ces conditions… »
 

Qu’a fait Léa avant sa disparition le 13 décembre ?
 

« Elle a passé une soirée chez elle à dessiner, en compagnie d’un ami qui a fait l’école Pivaut. Léa adore dessiner, des mangas ou toute autre chose. Elle a un vrai talent. Quand son ami est parti, elle lui a dit qu’elle allait se coucher. Elle devait travailler le lendemain (Ndlr : Léa travaille en service civique à la maison de quartier de la Halvêque). Elle ne s’est pas rendu à son boulot. La tablette graphique qu’elle possède est restée dans son appartement. »
 

Votre fille n’est pas du tout dépressive ?
 

« Non. Elle a parfois des petits soucis comme tout le monde mais elle sait que l’on est là. Je l’ai toujours aidée. J’ai trouvé son appart à Nantes, payé la caution et les premiers mois de loyer. Elle sait qu’elle peut compter sur nous. Ses voisins décrivent une jeune femme sans histoire. Elle est calme, elle ne fait pas de bruit. Aucun détail inquiétant n’a été remarqué. »
 

Vous gardez espoir ?
 

« Oui, une information judiciaire est ouverte pour « enlèvement et séquestration » mais les enquêteurs m’ont expliqué que c’était pour dégager le plus de moyens possibles. Les policiers font le maximum, j’ai confiance en eux. Personne ne perd espoir. »


https://nantes.maville.com/actu/actudet_-nantes.-disparition-de-lea-l-attente-est-terrible_52716-3348378_actu.Htm

*************************************************
 



A Nantes l'inquiétude grandit chez les proches de Léa Petitgas.

La jeune femme habite le quartier Canclaux à Nantes. Elle n'a plus donné signe de vie depuis 9 jours. Un appel à témoins a été lancé.

La police judiciaire de Nantes a été saisi de l'affaire, ce vendredi.

*******************************************


AVIS DE RECHERCHE


Jeune Nantaise disparue : La police investit son quartier.

 

Une jeune femme de 20 ans n’a plus donné signe de vie depuis le mercredi 13 décembre, à Nantes. Les policiers, inquiets, n’écartent aucune piste et lancent un appel à témoins.

Un chien pisteur sillonne les rues voisines de son appartement.

 

La police nantaise est à la recherche de Léa Petigas, une Nantaise âgée de 20 ans, dont on est sans nouvelles depuis mercredi 13 décembre 2017 au soir.
 

Sa cousine s’est rendue au commissariat dimanche 17 décembre, dans l’après-midi, pour signaler sa disparition.
 

Depuis, la jeune femme ne s’est pas manifestée. Aucun mouvement bancaire n’a été relevé sur son compte. Ses relevés téléphoniques ont été épluchés.


 

Une vingtaine de policiers de la crim’ et du service d’investigation judiciaire enquêtent sur sa disparition. La police exclue la piste de la fugue et n’écarte aucune hypothèse.
 

L’employeur de Léa Petitgas ne l’a pas revu depuis sa disparition. Léa Petitgas habite dans le quartier Canclaux à Nantes.

Elle mesure 1,47 m, est de corpulence fine, a le teint pâle, les cheveux raides, longs, bruns et les yeux verts. Elle a une cicatrice sur l’avant-bras droit et est susceptible de porter un pantalon bleu, une veste kaki et une écharpe foncée.

 

Les personnes ayant des informations permettant d’aider les enquêteurs de la Sûreté départementale peuvent appeler au 02 53 46 73 95 ou composer le 17.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/jeune-nantaise-disparue-la-police-investit-son-quartier-5463025

****************************************************


AVIS DE RECHERCHE

Nantes, disparition de Léa : Les recherches continuent.


 

Disparue depuis plus d'une semaine, Léa Petitgas, 20 ans, est toujours introuvable.

Les recherches cynophiles ont débuté jeudi matin dans le quartier de Canclaux à Nantes, où elle habite.

Sa famille multiplie les appels à témoins.

Mégane devait dormir chez Léa Petitgas samedi soir 16 décembre. Mais voilà, cela fait deux jours que Léa ne répond pas aux appels, ni aux SMS. Sa meilleure amie qui a le double des clés, décide de prendre les devants et entre dans son appartement. 

C'est là qu'elle découvre ses deux chats totalement affamés. "Elle adore les animaux", assure la belle-mère de Léa Petitgas.

Un paradoxe qui semble écarter la piste de la fugue.

Dimanche dernier, Mégane décide de signaler sa disparition. Elle se fait passer pour sa cousine pour accélérer le lancement des recherches.

Mardi soir, un appel à témoins est diffusé sur les réseaux sociaux par la police nationale de Loire Atlantique. Ce matin, les recherches cynéphiles commencent. Un chien pisteur de la gendarmerie nationale fait le tour du quartier de Canclaux à Nantes ce matin, où réside la jeune femme de 20 ans.


Malheureusement, les recherches cynophiles n'ont pour l'instant rien donné. Les services de l'identité judiciaire sont à son domicile, afin de recueillir des éléments de preuve, et d'assurer l'intégrité et la sécurité des preuves saisies. Ils coordonnent leurs compétences avec celles de l'enquêteur chargé de l'affaire.

La dernière fois que Christophe Petitgas discute au téléphone avec sa fille, c'est le 13 décembre. Le dernier soir où ses proches ont de ses nouvelles. Le jeudi matin, elle ne se serait pas rendue non plus à la bibliothèque, dans laquelle elle travaille.

Aucune piste n'est écartée pour le moment, à part celle de la fugue selon son père. "Je ne pense pas à ce genre d'option", confie-t-il.

" Ta maman t'attend, ton papa t'attend, je t'attends [...] Quiconque a croisé le regard de Léa, doit nous le faire savoir", insiste sa belle-mère.

 

Disparition de Léa Petitgas.
 

Léa Petitgas mesure 1.47 m, est de corpulence fine, a le teint pâle, les cheveux raides, longs et bruns et les yeux verts.
 

Selon la police, Léa est une "jeune femme pouvant lier facilement le dialogue et faire confiance à des inconnus".
Les services de police précisent qu'elle est "susceptible de porter un pantalon bleu, une veste kaki et une écharpe foncée".

 

Pour toute information susceptible d'aider à retrouver Léa, vous pouvez contacter les enquêteurs de la Sureté départementale de Nantes : l'UADJ au 02.53.46.73.95 (heures ouvrables) ou le 17.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/nantes-recherches-cynophiles-retrouver-lea-petitgas-1389089.html


***********************************************

AVIS DE RECHERCHE




Nantes: Disparition «inquiétante», une Nantaise de 20 ans recherchée.

 

La police nationale de Loire-Atlantique a lancé ce jeudi un appel à témoins après la « disparition inquiétante » de Léa Petitgas, âgée de 20 ans.

Cette Nantaise, domiciliée quartier Canclaux, n’a plus donné de nouvelles à ses proches depuis la soirée du mercredi 13 décembre 2017. Elle ne s’est pas présentée non plus à son travail.

 

Léa est de petite taille (1,47 m), de corpulence fine, a de longs cheveux bruns, et est « susceptible de porter un pantalon bleu, une veste kaki et une écharpe foncée ». Elle possède aussi un signe distinctif : une cicatrice avant sur le bras droit.
 

La police indique qu’il s’agit d’une jeune femme « pouvant lier facilement le dialogue et faire confiance à des inconnus ». C’est sa cousine qui avait signalé sa disparition dimanche dernier.


 

 

Pour toute information, contacter le commissariat de police au 02.53.46.73.95.

http://www.20minutes.fr/nantes/2191555-20171220-nantes-disparition-inquietante-nantaise-20-ans-recherchee

 



Ajouté le 27/12/2017 par ANNIE - disparition inquiétante Majeurs