Nordahl Lelandais : D'anciennes disparitions intéressent les enquêteurs.

Nordahl Lelandais : D'anciennes disparitions intéressent les enquêteurs.
 

Après la mise en examen de l'ancien militaire dans la disparition de Maëlys et dans l'assassinat d'Arthur Noyer, une dizaine de familles demande la rouverture de dossiers.

 

Publié le 23/12/2017 à 20:48 | Le Point.fr

 

Une dizaine de famille demande la rouverture des enquêtes sur la disparition de leur proche.

 

© MAXPPP / PHOTOPQR/LE DAUPHINE/ Sylvain MUSCIO
 

Nordahl Lelandais - bien que toujours présumé innocent - pourrait-il être un tueur en série ? Les enquêteurs ne veulent écarter aucune piste. Soupçonné d'avoir enlevé la petite Maëlys, disparue depuis août dernier, l'ancien maître chien de 34 ans a également été mis en examen dans l'affaire de l'assassinat d'Arthur Noyer , un caporal disparu en avril dernier à Chambéry, en Savoie. Deux dossiers et un même suspect, qui pourrait bien voir la liste de ses chefs d'accusation encore s'allonger. Au coeur des investigations : le téléphone portable du suspect, qui permet de retracer ses déplacements, et ainsi les recouper avec ceux d'autres disparus. Ainsi, plusieurs familles vivant dans la région des deux disparitions réclament la réouverture d'anciens dossiers non résolus, dans lesquels Nordahl Lelandais pourrait être impliqué. Au total, une dizaine d'autres disparitions attireraient particulièrement l'attention des enquêteurs. Le juge d'instruction de Grenoble a décidé de se pencher sur différentes affaires depuis 2011, détaille Le Progrès.

 

La première d'entre elles concerne la jeune Estelle Mouzin, 9 ans, disparue le 9 janvier 2003 à Guermantes, en Seine-et-Marne. À cette époque, Nordahl Lelandais se trouvait dans un camp militaire de Suippes, dans la Marne, à 150 km de là. C'est le père de la fillette et ses avocats qui ont demandé la réouverture de l'enquête . "Il faut notamment vérifier la téléphonie pour voir s'il était dans le coin à ce moment-là", précise l'avocat Didier Seban interrogé par  Franceinfo.

Dans la Loire, les proches d'Adrien Forello, un étudiant de 22 ans disparu depuis le 6 octobre 2010 à Firminy, demandent à ce que l'affaire soit réétudiée. "Parti à 9 heures de Firminy (Loire), son téléphone bornait à 17 h 37 à... Chambéry, d'où le lien possible avec Nordahl Lelandais", rapporte France Bleu. "Nous n'accusons pas, on se pose simplement des questions. Tout ce que nous voulons, c'est savoir", ont déclaré les parents d'Adrien, interrogés par Le Progrès.

 

Des "éléments troublants"

 

Deux autres affaires ont attiré l'attention des enquêteurs  : les disparitions en Savoie de deux autres hommes, Jean-Christophe Morin, 23 ans, et Ahmed Hamadou, 45 ans. Ces derniers ont disparu respectivement en 2011 et 2012 lors d'un festival de musique. "Deux personnes qui ont disparu au fort de Tamié, sans laisser de traces et dans les mêmes circonstances : en partant à pied, dans la nuit. Pour moi, il y a forcément un lien", a déclaré la sœur de Jean-Christophe Morin, interrogée par Le Parisien.

 

"Les investigations autour de cas de disparitions non résolues en Savoie en 2011 et 2012 sont relancées, après la découverte d'éléments troublants concernant celle du caporal Noyer", est-il par ailleurs expliqué sur le site de l'association Assistance et recherche des personnes disparues (ARDP).

 

La famille de Stéphane Chemin, 33 ans, disparu le 24 septembre 2012 à Bourd-d'Oisans, en Isère, demande également aux enquêteurs de rouvrir le dossier. Même volonté pour les proches de Malik Boutvillain, 32 ans, qui s'est volatilisé le 6 mai 2012 à Echirolles, également en Isère. L'enquête n'avait, à l'époque, rien donné.

Une autre affaire, qui avait cette fois été déclarée résolue par les enquêteurs, devrait également, à la demande de la famille, être rouverte : celle de Nordine Seghiri, 49 ans, disparu le 10 juillet 2015 à Chambéry, en Savoie. L'homme a été retrouvé en mars 2016, mais à l'époque, les enquêteurs avaient conclu à une "mort naturelle". Une thèse que réfute la famille, persuadée que Nordine Seghiri a fait "une mauvaise rencontre", détaille Bernard Valezy, vice-président de l'ARPD dans une interview accordée à France 3.

 

Parmi cette dizaine de dossiers, le dernier en date est celui d'Adrien Mouralmié, un cuisinier belge disparu le 5 juillet dernier, lors d'une promenade dans les alentours du lac d'Annecy. D'après l'enquête, Nordahl Lelandais se trouvait bien dans le secteur à cette date. Autant d'affaires rouvertes qui s'ajoutent à la liste déjà longue des chefs d'accusation de cet homme bien mystérieux.



Ajouté le 23/12/2017 par Pascale - disparition inquiétante Majeurs