Les membres de 15 familles se sont retrouvés à Lyon

 

 

 

****************************************************

Nordahl Lelandais: les interrogations des familles de disparus.

 


 

Les membres de 15 familles se sont retrouvés vendredi à Lyon pour faire le point sur leur dossier et échanger des informations, à l'initiative d'une association de personnes disparues.

 

Ils ont besoin de savoir: vendredi, 15 familles se sont rassemblées à Lyon, à l'appel de l'Association Assistance et Recherche de Personnes Disparues (ARDP). Le point commun des participants: tous un proche porté disparu. Aujourd'hui, ils s'interrogent sur un éventuel lien entre Nordahl Lelandais et la disparition de leurs proches. A ce jour, l'ancien militaire a avoué avoir tué la petite Maëlys et le caporal Arthur Noyer.
 

Parmi ces affaires en suspens, certaines sont en cours de vérification. Il y a par exemple celle d’Éric, disparu en septembre 2016 dans la région de Valence et dont le dossier a été rouvert récemment. "On va ouvrir la porte Lelandais, regarder ce qu'il y a derrière et s'il n'y a rien, on la refermera", explique Bernard Boulloud, qui représente notamment la famille d'Arthur Noyer et celle d’Éric Forey. Il poursuit:

 

"Cela va aussi nous permettre d'aller peut-être ouvrir d'autres portes qu'on ne soupçonnait pas. Mais au moins les familles auront eu dans leur malheur cette 'chance' de l'affaire Lelandais: elle aura permis la réouverture de l'enquête pour celles qui étaient classées sans suite, et pour les familles, d'avoir l'espoir que la justice mette les moyens pour trouver la vérité".

 

35 dossiers nécessitant des vérifications en Rhône-Alpes.

 

Que ces familles établissent ou non un lien avec l'ancien militaire, elles demandent aujourd'hui une chose: des informations. "L'affaire Lelandais, mais aussi d'autres affaires, doit servir de levier pour faire évoluer les pratiques et la législation en faveur des proches de personnes disparues", plaide Bernard Valézy, président de l'association ARDP Auvergne-Rhône-Alpes. Dans la région, l'association dénombre "27 affaires nécessitant des vérifications et 8 pour lesquelles un corps a été retrouvé, sans que la famille soit convaincue d'une mort naturelle ou accidentelle (...)".
 

Une cellule d'enquête spécialisée, baptisée "Ariane", a été mise en place au sein du pôle judiciaire de la gendarmerie afin de rechercher d'éventuels recoupements entre les quinze dernières années de la vie de Nordahl Lelandais et des disparitions ou des crimes non élucidés. Mais outre cette cellule, l'ARDP réclame une série de mesures concrètes pour aider les familles: parmi elles, la création d'un site web interactif permettant de diffuser les avis de recherche, ou encore l'introduction du statut de victime pour les familles des proches.

 

http://www.bfmtv.com/police-justice/nordahl-lelandais-les-interrogations-des-familles-de-disparus-1431627.html

 

***************************************************
 




******************************************************

 

Nordahl Lelandais: Des familles de disparus de nouveau réunis.

 

Après les doubles aveux de Lelandais, l'association des familles de disparus s'est réunie vendredi à Lyon avec des proches de personnes disparues. Elles dénoncent un manque de transparence de la justice.

 

Elles attendent des réponses. Les familles qu'une quinzaine de personnes disparues de Savoie, d'Isère et de la Drôme se sont rencontrées vendredi 27 à Lyon sous l'égide de l'association d'Assistance et de Recherche des Personnes Disparues (ARPD).

 

Ces proches réclament que les dossiers non élucidés auxquels Nordahl Lelandais, mis en examen pour les meurtres d'Arthur Noyer et de la petite Maelys, pourrait être lié soient examinés par la justice.

 

Lire aussi - Nordahl Lelandais: de Maëlys à Lucie Roux, quels liens avec les disparus?

 

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, l'ARPD a dénombré "27 affaires nécessitant des vérifications et 8 pour lesquelles un corps a été retrouvé, sans que la famille soit convaincue d'une mort naturelle ou accidentelle" selon BFMTV. "L'affaire Lelandais, mais aussi d'autres affaires, doit servir de levier pour faire évoluer les pratiques et la législation en faveur des proches de personnes disparues", plaide Bernard Valézy, responsable local de l'association.

 

"Nos objectifs sont d'obtenir la tenue d'assises nationales sur les disparitions de personnes (...), la création d'un fichier des disparus et des enterrés sous X et la mise en place d'un site internet permettant la diffusion des avis de recherche au grand public", a expliqué Bernard Valézy à RTL. Et d'ajouter: que les familles des disparus soient "systématiquement tenues à l'écart de la progression des enquêtes, ce qui est (...) inadmissible". 

 

Le nom de Nordahl Lelandais est évoqué dans une quinzaine d'affaires outre les meurtres de Maëlys et d'Arthur Noyer. Mais aucune d'entre elles n'a pour l'instant donné lieu à une nouvelle mise en examen.
 

Voir - Affaires Maëlys-Noyer: un procès unique pour Nordahl Lelandais? 

 

Des doutes subsistent concernant les affaires Eric Foray (46 ans), Ahmed Hamadou (45 ans), Jean-Christophe Morin (23 ans), Adrien Fiorello (22 ans),Stéphane Chemin (33 ans), Malik Boutvillain (32 ans), Nicolas Suppo (30 ans), Georgette Bonnet (79 ans), Coralie Moussu (32 ans) et Antoine Zoia (16 ans), Nordine Seghiri, Rachid Rameche, Florent Bonnet, Anne-Charlotte Poncin et Nelly Balmain.

 

Parmi les affaires sur lesquelles les enquêteurs étudient la piste de l'implication de Nordahl Lelandais, un dossier sort du lot: celui de la disparition de Lucie Roux. Un témoignage disant que les deux se connaissaient paraît crédible, l'ancien militaire ayant été hospitalisé à Bassens, dans la banlieue de Chambéry, en même temps que la victime qui souffrait de dépression nerveuse.

 

*******************************************************

 

Nordahl Lelandais : 15 familles de disparus en quête de vérité.

 

À l'initiative de l'Association assistance et recherche de personnes disparues, plusieurs familles se sont réunies à Lyon pour échanger des informations sur leurs affaires respectives.

 

 

Nordahl Lelandais a été amené sur les lieux de la découverte du corps d'Arthur Noyer le 29 mars 2018.

 

Après les affaires Maëlys et Arthur Noyer, Nordahl Lelandais a-t-il quelque chose à voir avec d'autres cas de disparitions ? C'est la question que se pose 22 familles, qui ont rejoint l'Association assistance et recherche de personnes disparues. Bernard Valézy, responsable de l'association pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, a indiqué que "15 de ces familles ont souhaité aujourd'hui échanger entre elles et faire le point sur des difficultés qu'elles rencontrent". 

 

Cette réunion de travail a eu lieu à Lyon ce vendredi 27 avril. "À la suite de leur action, des enquêtes ont été réorientées, réactivées, rouvertes, soit sur instruction des parquets, soit par des juges d'instruction après un dépôt de plainte avec constitution de partie civile déposée par leur avocat", a expliqué Bernard Valézy lors d'un point presse, ajoutant que "d'autres demandes de réouvertures sont en cours d'examen". À ce jour, "35 dossiers" ouverts dans les départements de la Savoie, de la Haute-Savoie, de l'Isère, de la Drôme, de l'Ain, de la Loire et du Rhône "nécessitent des vérifications", selon lui.

"Faire évoluer les pratiques et la législation"

"Si pour certaines disparitions les investigations sont relancées, pour d'autres, aucune information nouvelle n'a été communiquée aux proches des disparus et nous le regrettons", a-t-il cependant nuancé. "L'affaire Lelandais mais aussi les nombreuses disparitions non élucidées portées à la connaissance de notre association dans la France entière  doivent servir de levier pour faire évoluer à la fois les pratiques, et la législation, en matière de recherches des personnes disparues", a plaidé le responsable de l'association.

Pour le moment, les familles et la justice tentent de vérifier si Nordahl Lelandais, actuellement incarcéré à la prison de Saint-Quentin-Fallavier, a pu avoir un quelconque lien avec les personnes portées disparues. La famille de Lucie Roux, présente ce vendredi, affirme que la jeune fille disparue en 2012 aurait plusieurs fois déjeuné avec l'accusé lorsqu'ils se trouvaient dans le même hôpital psychiatrique.


L'ancien maître chien, après avoir nié son implication pendant des mois, a finalement avoué les meurtres du caporal Arthur Noyer et de la petite Maëlys. On en sait d'ailleurs un peu plus sur les circonstances de la mort de la fillettes. Selon M6info, Nordahl Lelandais aurait affirmé devant le juge d'instruction "que la petite fille avait souhaité voir ses chiens. Il l’aurait donc invité dans son véhicule pour qu’elle puisse les voir. Maëlys se serait ensuite inquiétée de s’éloigner de la salle des fêtes, Lelandais lui aurait donc donné un coup de poing ou une claque qui aurait tué ou rendu la jeune fille inconsciente".


Nordahl Lelandais : Ces 20 disparitions qui posent question.

De la Savoie au Gard, des enquêtes sont relancées sur des disparitions suspectes auxquelles Nordahl Lelandais pourrait être mêlé. Face à l’absence d’informations, les familles réclament la création d’un fichier spécifique aux disparus.


 

C'est une piste à laquelle ils aimeraient ne pas croire. Nordahl Lelandais, qui a tué Maëlys, 9 ans, et Arthur Noyer, 22 ans, est-il impliqué dans la disparition de leur proche ? Le spectre de l'ex-militaire plane sur une vingtaine de familles d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Depuis quinze jours, celle de Lucie Roux voit avec effroi l'ombre du maître-chien se rapprocher. Cette brune de 43 ans a disparu le 16 septembre 2012 à Bassens, en Savoie, où elle vivait et se rendait au centre hospitalier pour soigner une phobie sociale. Une patiente a confié avoir déjeuné plusieurs fois avec elle et Lelandais, qui y a été suivi. "Si c'est lui, cela ajoutera de l'horreur à l'horreur, résume la sœur de Lucie.

 

Lire aussi : Nordahl Lelandais, qui sont les 11 familles qui se sont réunies à Lyon vendredi.
 

Et si ce n'est pas lui, on retournera à notre torpeur. Une disparition, c'est pire qu'un deuil. On doit apprendre à vivre avec, ou plutôt sans. Sans être informés par les enquêteurs. Comme si notre peine n'existait pas."
 

La cellule Ariane examine les éventuels liens entre Lelandais et les disparus.



Colère, souffrance, impuissance : son récit est symptomatique de ce que vit la quinzaine d'autres familles d'Isère, de Savoie, de l'Ain, de la Drôme et des Hautes-Alpes réunies à Lyon vendredi par l'association Assistance et recherche de personnes disparues (ARPD). En Auvergne-Rhône-Alpes, celle-ci a dénombré " 27 affaires nécessitant des vérifications et huit pour lesquelles un corps a été retrouvé sans que la famille soit convaincue d'une mort naturelle ou accidentelle", selon son vice-président Bernard Valézy.

A Pontoise, les gendarmes de la cellule Ariane examinent le parcours de Lelandais, ses cartes bleues et son téléphone, pour détecter un lien potentiel. Soit géographique, l'homme sillonnant la région à moto et en voiture. Soit lié à ses goûts : la musique électro, la drogue, les chemins forestiers, la montagne, les chiens.

Il a fallu qu'un ange s'en aille pour qu'on s'intéresse à nous. Sans Maëlys, on ne nous regarderait pas.

 

Ce fil à tirer, aussi mince soit-il, ces familles s'en saisissent pour relancer leurs dossiers. "Il a fallu qu'un ange s'en aille pour qu'on s'intéresse à nous. Sans Maëlys, on ne nous regarderait pas. Cela fera six ans dimanche que mon petit frère est parti faire un footing, il est sportif, mais ça fait long", résume Dalila, la sœur de Malik Boutvillain, 32 ans, disparu le 6 mai 2012 à Echirolles (Isère). Mardi, sa famille a été auditionnée par un juge d'instruction. Une information judiciaire devrait être ouverte.

Vendredi, les parents de Nelly Balmain, disparue à 29 ans au volant de son scooter le 8 août 2011 à Saint-Jean-en-Royans (Drôme), ont passé quatre heures dans le bureau du juge d'instruction de Valence.

 

Lire aussi : Affaire Noyer, comme pour Maëlys, Nordahl Lelandais évoque une mort involontaire
 

Une quinzaine de dossiers déjà relancés.
 

Lundi, ce sera au tour de Régis Pique, un grand blond peroxydé, d'être auditionné à Valence. Son compagnon Eric Foray, 47 ans, s'est volatilisé le 16 septembre 2016 entre le Super U et leur maison à Chatuzange-le-Goubet (Drôme).

Ces trois cas ont été relancés après le dépôt d'une plainte contre X pour enlèvement et séquestration, avec constitution de partie civile, par Me Boulloud, également avocat de la famille Noyer.

Malgré des plaintes similaires, Corinne Herrmann et Didier Seban, les avocats de Jean-Christophe Morin et d'Ahmed Hamadou, disparus en 2011 et 2012 en marge d'un festival électro près de Chambéry, n'ont eu "aucune réponse". Au total, une quinzaine de dossiers sont déjà rouverts ou relancés, d'autres transmis à Pontoise sans parfois que les familles n'en aient été informées.


Un majeur a le droit de disparaître, certes. Mais quand on dit que ça ne colle pas, qu'on nous entende !
 

On dénombre 10.000 disparitions de majeurs par an en France, dont un millier restent inexpliquées. A de rares exceptions près, la triste communauté réunie à Lyon a le sentiment de n'avoir pas été prise au sérieux assez vite. "Revenez sous quarante-huit heures, c'est un majeur", a-t-on répondu à plusieurs familles.

"Un majeur a le droit de disparaître, certes. Mais quand on dit que ça ne colle pas, qu'on nous entende !", s'énerve Janine, dont le fils Nicolas Suppo, un ouvrier spécialisé de 30 ans, n'est jamais revenu de sa pause déjeuner le 15 septembre 2010 à Echirolles (Isère). "Le voleur du scooter du fils Sarkozy, on a mis les moyens pour le retrouver. Mais nous ? La terre a englouti nos proches. Ma mère reste à la fenêtre à espérer. Si en plus le disparu est schizophrène, on compte encore moins", souffle Samia, dont le frère de 34 ans, Rachid Rammeche, a disparu en 2009 à Bassens, alors qu'il séjournait dans le même établissement psychiatrique que celui fréquenté plus tard par Lelandais.

 

Lire aussi : Affaire Maëlys, six mois de déni, puis les aveux de Nordahl Lelandais
 

Ceux qui ont disparu en montagne, comme Monique Thibert, 65 ans, le 2 juin 2015 en redescendant d'une randonnée au pic du Morgon (Hautes-Alpes), sont vite considérés comme des "morts accidentelles", déplore sa sœur Annick, cheveux gris et bermuda. Aucun corps, vêtement ou sac n'a été retrouvé. Mais Monique, mère de trois filles, sept fois grand-mère, est considérée comme décédée.
 

Dans plusieurs dossiers, des ratés lors des investigations initiales.
 

Alors que les premières heures sont cruciales, les ratés semblent fréquents lors des investigations initiales. "Il n'y a pas eu d'enquête de voisinage", résume Bernard, dont la fille Anne-Charlotte Poncin, 30 ans, ancienne militaire, mariée avec Margaux et passionnée de chiens, n'a plus donné signe de vie depuis le 5 janvier 2016.
 

Ce jour-là, à Ambérieu (Ain), elle a quitté son domicile à pied. "La brigade cynophile perd sa trace à 100 mètres, comme si elle était montée dans un véhicule. Soi- disant, les caméras de la ville ne fonctionnaient pas. Mais ils n'ont pas cherché de témoins."
 

Pas plus d'enquête de proximité pour la disparition d'Eric Foray. Ni son corps, ni son 4x4 n'ont été retrouvés. Sur son compte, 45.000 euros. "Les gendarmes n'ont rien vérifié. On sait juste que son portable a borné à 2 heures du matin dans un quartier malfamé de Romans. On m'a fait comprendre qu'en tant qu'homos, il avait dû refaire sa vie ", relate Régis Pique.

Plus grave, le lendemain de la disparition, il a réussi à visionner la vidéosurveillance du supermarché et de la boulangerie où Eric a été vu. " Les enquêteurs n'étaient pas intéressés. Il y a quelques semaines, j'ai su qu'ils cherchaient ces vidéos. Vous imaginez, si on voit Lelandais derrière lui ?"

 

Dans le dossier de Lucie Roux, ses trois colocataires n'ont jamais été entendus.
 

Pour Malik Boutvillain, son ordinateur et son téléphone n'ont été saisis que six ans après sa disparition. Dans d'autres cas, des pièces ont été perdues. " Trois PV d'audition et un prélèvement d'ADN de notre fils", égrène le père de Sydney Font, disparu à 37 ans en octobre 2014, à Lyon. Les parents Balmain, eux, ont fini par donner l'ordinateur et le téléphone de leur fille à Emmaüs. Des pièces centrales alors que l'enquête repart de zéro.


On devient fous avec nos questions. Notre couple n'a pas résisté.
 

Pour lutter contre l'impuissance, tous ont joué les Sherlock Holmes. Un épais dossier de papier incarne leur fantôme. Christian, dont le fils Stéphane Chemin, bipolaire, a disparu le 24 septembre 2012 au Bourg-d'Oisans (Isère), estime que la section de recherche de gendarmerie a "fait tout ce qui est possible" ; il a néanmoins cherché par tous les moyens la trace de son fils, moniteur de cheval. Si l'enquête est rouverte, estime-t-il, "c'est parce qu'[il a] tout compilé. Agir, ça aide à dormir".
 

Dalila Boutvillain, elle, a fouillé les bords de la rivière Drac et les barrages des environs, les chemins forestiers où son frère Malik allait courir, "la peur au ventre de trouver quelque chose". Régis Pique a fait survoler la région par des ULM de l'aéroclub local. Yves, le père de Nicolas Suppo, a conduit son camping-car jusqu'à Notre-Dame-des-Landes et Sainte-Maxime, où une femme disait l'avoir vu. "On devient fous avec nos questions. Notre couple n'a pas résisté", confie la mère, Janine. Leur dossier, clos en 2013, est relancé depuis leur courrier au procureur fin décembre.
 

L'association ARPD demande la création d'un fichier national des disparus.
 

Pour ces familles, le manque d'informations s'ajoute à la souffrance. La mère d'Hugo Raffi, parti de chez lui en tongs et sans argent le 15 juin 2012 à Albertville, ignorait que son dossier avait été classé comme au moins trois autres familles. "A priori, l'enquête est reprise", glissait-elle vendredi. Pour mieux tenir compte des proches, l'association ARPD a soumis 33 propositions au ministère de la Justice : créer un fichier national consignant les disparitions, un fichier des "enterrés sous X", un statut de victimes pour les familles…

"Les enquêtes pour disparition de majeur sont souvent des impostures. Il y a urgence à former les enquêteurs et à mettre de l'humanité dans les rouages", selon Me Bernard Boulloud, avocat de quatre familles. Mes Herrmann et Seban sonnent aussi l'alerte : "Les disparitions volontaires restent rares, comme les suicides sans corps. En montagne, les gens ne tombent pas tous dans des crevasses. En général, cela cache un crime, et on passe à côté."

https://www.lejdd.fr/societe/faits-divers/nordahl-lelandais-ces-20-disparitions-qui-posent-question-3638759

 

****************************************************

 

 

La cellule Ariane cherche dans 900 dossiers pour trouver des traces de Nordahl Lelandais

 07h50, le 04 mai 2018, modifié à 08h20, le 04 mai 2018 Europe 1

 

 

 

 

 

Le général Jean-Philippe Lecouffe, superviseur de la cellule Ariane, détaille les méthodes mises en place pour recouper les informations dans toutes les affaires avec lesquelles Nordahl Lelandais pourrait avoir un lien.

 

"C'est un travail colossal", glisse le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire de la Gendarmerie nationale, et superviseur de la cellule Arianeet de toutes les enquêtes de gendarmerie. Invité d'Europe 1 Matin vendredi, le militaire détaille le fonctionnement de la cellule mise en place pour chercher des liens entre Nordahl Lelandais et toutes les affaires de disparitions mystérieuses non élucidés à ce jour. 

 

900 dossiers à fouiller. 

 

"On a regroupé 900 dossiers qu'on essaye de reprendre, de retravailler, pour voir s'il y a des liens avec Nordahl Lelandais", indique Jean-Philippe Lecouffe. "Créée en janvier 2018, la cellule Ariane regroupe des enquêteurs du service central du renseignement criminel de la gendarmerie, à Pontoise". "Ils sont sept à travailler au sein de la cellule en région parisienne, sans compter toutes les sections de recherche, tous les enquêteurs sur place qui sont concernés par des affaires qui peuvent éventuellement impliquer Nordahl Lelandais", déroule le sous-directeur au micro d'Europe 1. 

 

Deux méthodes

 

. "On a privilégié deux approches pour travailler sur ces dossiers", révèle le superviseur de la cellule Ariane. "La première, très méthodique, où l'on travaille sur chaque dossier pour voir s'il y a quelque chose à faire par rapport à ce que l'on sait du parcours de Nordahl Lelandais. Et une seconde, plus intuitive, quand des dossiers sont plus proches de sa zone d'action habituelle, sur lesquels on travaille en priorité", dévoile-t-il. Traces d'ADN, agenda, relevés topographiques, aucun élément n'est mis de côté pour essayer de trouver un lien avec Nordahl Lelandais, ou au contraire, écarter une piste.

 

Une aiguille dans une botte de foin. 

 

"On va avoir des coïncidences de la présence de Nordahl Lelandais à proximité des lieux où ont pu se produire des disparitions", explique Jean-Phgilippe Lecouffe. "On peut avoir aussi par moment des liaisons dans des dossiers par exemple avec la téléphonie, même si c'est compliqué à mettre en oeuvre", avoue-t-il. "Notre travail est de faire un rapprochement pour démontrer, ou écarter, la possibilité qu'éventuellement, il y ait pu avoir une coïncidence de présence entre ces disparus et Nordahl Lelandais". "Mais je tiens à le rappeler, Nordahl Lelandais est actuellement considéré présumé innocent dans les dossiers dans lesquels ont n'a pas pu prouver qu'il était impliqué", tempère le militaire.

 

Un dispositif similaire mis en place dans l'affaire Angélique. 

 

Dans l'affaire sur la mort d'Angélique Six, David R., a été mis en examen des chefs de séquestration de mineur de 15 ans pour faciliter un crime ou un délit, de viols et meurtre sur mineur de 15 ans. Il avait déjà été condamné à neuf ans de prison en 1996 pour viol avec arme, déjà sur une jeune fille de 13 ans, il figurait également parmi les 70.000 inscrits au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV). "Je n'ai pas de doutes sur le fait que la police nationale, qui est saisie de l'affaire, va travailler de la même façon sur cette affaire", indique Jean-Philippe Lecouffe. "Ils vont remonter la vie de cet homme pour essayer de voir s'il n'y a pas de coïncidences entre sa présence dans certains lieux et des crimes commis et non résolus à ce stade". "C'est un travail difficile, long, laborieux, méthodique, mais un travail que font tous les enquêteurs dans des dossiers importants", a-t-il également précisé.



Ajouté le 28/04/2018 par Corinne - INFO