Liste des actualités

APPEL A TEMOINS
 

Urgent à la demande des Autorités UK

 

Chers visiteurs,

 

A la demande directe des Autorités Anglaises à l' association ARPD :

 

Une précision par rapport à l'article initial ,  il pourrait s’agir d’une citoyenne Française, son collier étant de  marque française.

 

Les funérailles de cette personne se dérouleront le 25 septembre 2018, les autorités auraient aimé que la famille soit présente .

 

Si vous avez des informations ou reconnaissez cette femme, veuillez les adresser à l’association Pascale BATHANY au 06 32 78 29 25 , 00 44 06 32 78 29 25 ou  +44 06 32 78 29 25.

 

La police demande de l'aide pour identifier une femme portant un collier qui a chuté de 500 pieds à cause de la fameuse falaise de Birling Gap, il y a près d'un an.

 

Le corps a échoué dans une crique près de Birling Gap à East Sussex en juillet de l'année dernière
Mais après avoir passé plusieurs jours en mer, il était trop dégradé pour l’ identifier
Le coroner a déclaré que le verdict concernant le décès et la famille ne s'étaient pas manifestés
Par Sebastian Murphy-bates Pour Mailonline
Publié: 15:38 BST, 20 juin 2018 | Mis à jour: 15:47 BST, 20 juin 2018
Malgré la diffusion de cette impression d'artiste, son identité reste un mystère

L'identité d'une femme qui est tombée à plus de 500 pieds d'une falaise reste un mystère presque 
un an après sa mort. 
La police a appelé à l’aider à l’identifier après avoir trouvé le cadavre «gravement dégradé» échoué 
dans une crique près de Birling Gap, East Sussex, en juillet 2017.
Bien qu’ils aient pu déterminer qu’elle était d'âge moyen avec des cheveux brun rougeâtre 
aux épaules,
le tribunal du coroner de Hastings a entendu que le corps était dans la mer depuis plusieurs jours 
et était sérieusement décomposé.

Malgré l’impression d’un artiste légiste sur la façon dont elle se présentait avant sa mort,
aucune famille ni aucun ami ne s’est présenté.
Le sergent-détective Todd Stewart a déclaré: «Le corps était gravement dégradé. 
Il m’est impossible de dire quand elle est entrée dans l’eau.
"Je ne suggérerais aucune preuve de la participation de tiers."
La femme qui a plongé de 156 mètres à la mort depuis la falaise reste inconnue près
d'un an après sa mort.

La cour a entendu ses empreintes digitales, son ADN et un examen dentaire, mais les autorités 
avaient encore du mal à identifier la femme.
La femme portait ce collier lorsque la police a trouvé le corps gravement décomposé près de la crique

 

Au tribunal d’Hastings, le coroner du tribunal de East Sussex, Alan Craze, a déclaré: 
«J'espère qu’elle sera peut-être identifiée dans le futur. Nous ne pouvons plus rien faire à ce stade

Le coroner a enregistré une conclusion ouverte.

****************************
Police call for help identifying woman in distinctive tree necklace who fell 500ft
 to her death from notorious Birling Gap cliffs nearly a year ago
  • The body washed up at a cove near Birling Gap in East Sussex in July last year 
  • But after spending several days in the sea it was too degraded to identify 
  • Coroner recorded open verdict on the death and family have not come forward 

By Sebastian Murphy-bates For Mailonline

Published: 15:38 BST, 20 June 2018 | Updated: 15:47 BST, 20 June 2018

 

Despite this artist's impression being circulated, her identity remains a mystery

The identity of a woman who fell more than 500ft from a clifftop is still a mystery almost one year on from her death.
 

Police have called for help identifying her after finding the 'severely degraded' corpse washed up at a cove near Birling Gap, East Sussex, in July 2017.
 

Though they could determine she was middle aged with shoulder-length reddish brown hair, Hastings Coroner’s Court heard the body had been in the sea for several days and was seriously decomposed.
 

Despite a forensic artist’s impression of how she looked before her death no family or friends have come forward.
 

Detective Sergeant Todd Stewart said: 'The body was severely degraded. It’s impossible for me to state when she entered the water.
 

'I would not suggest there’s any evidence of third party involvement.'

After her body was discovered near the fourth Seven Sister on July 4 last year photos of two necklaces she was wearing have also been released.

The court heard her fingerprints, DNA, and a dental examination had been taken, but authorities were still struggling to identify the woman.

 

The woman was wearing this necklace when the police found the badly decomposed body near the cove 

At Hastings Coroner’s Court East Sussex coroner Alan Craze said: 'I hope in the future she might be identified. There’s nothing more we can do at this stage.'

The coroner recorded an open conclusion.



Ajouté le 14/09/2018 par Pascale - Appel à Témoins

APPEL A TÉMOINS



Notre fils a disparu le 16 février 1996 en France.

En 2009 une personne s’est présentée au Consulat de France à Ozaka, avec son identité, mais le Passeport était faux.

Les autorités consulaires n’ont pas vérifié aussitôt, ce n’est que quelques temps plus tard qu’elles se sont aperçues que le Passeport était faux…

La personne devait revenir pour compléter son Formulaire, mais elle n’est pas revenue…

En France on a fait faire une enquête judiciaire, les autorités japonaises n’ont trouvées personne ni rentré et ni sorti du Japon sous cette identité.


Est-il encore au Japon ?. Le temps a passé, nous n’avons pas obtenu plus d’information, c’est pourquoi nous lançons cet Appel à Témoins.

Merci infiniment pour les partages, votre aide et votre soutien.


 

🇯🇵️ こんにちは、

私たちの息子は1996年2月16日にフランスで姿を消しました。
2009年には、オザカのフランス領事館に身分証明書がありましたが、パスポートは偽です。
領事当局はすぐに確認しなかった。後で、彼らはパスポートが偽であることに気づいた。
彼のフォームを完成させるために戻らなければならなかったが、戻ってこなかった...
フランスでは、司法調査が行われ、日本の当局は誰もこのアイデンティティーのもとで日本を帰国したか、または日本を出国していないことを知った

彼はまだ日本にいますか? 時間がたつにつれて、私たちはより多くの情報を入手していないため、この証人募集を開始しています。

分かち合い、あなたのご協力、そしてご支援をありがとうございます。

Jean-YvesとPascale Bonnissant(フランス)

------------

🇬🇧️ Hello,

Our son disappeared on February 16, 1996 in France.

In 2009 a person came to the Consulate of France in Ozaka, with his identity, but the Passport was false.

The consular authorities did not verify immediately, it was not until some time later that they realized that the Passport was false ...

The person had to come back to complete his Form, but she did not come back ...

In France a judicial inquiry was made, the Japanese authorities found no one either returned or left Japan under this identity.

Is he still in Japan? Time has passed, we have not obtained more information, which is why we are launching this Call for Witnesses.

Thank you very much for the sharing, your help and your support.

Jean-Yves and Pascale Bonnissant (France)



GROUPE FACEBOOK

https://www.facebook.com/groups/Recherche.Emmanuel.Bonnissant/


************************************************

La piste d'Emmanuel au Japon date de 2009-2010.



Voici l'article paru dans le Journal de Ham (80) du 4 février 2016.

Malgré un début de piste prometteur, l'enquête judiciaire ne nous a pas permis de le retrouver... Et pour cause...
Les autorités japonaises n'ont contrôlé personne entré ou sorti du Japon sous l'identité d'Emmanuel.

Alors comment se fait-il ? qu'une personne s'est présentée au Consulat de France à Osaka fin 2009, avec un passeport au nom d'Emmanuel BONNISSANT, que ce passeport a été reconnu FAUX quelques temps après.

Dans les documents remplis par cette personne au Consulat, il y a été écrit à la main "ERCHEU" pour le lieu de vote !!!...

Il manquait des éléments pour que le dossier demandé par cette personne, soit complet... Quelques temps après un fonctionnaire a saisi à l'informatique les éléments à sa disposition, alors qu'étant incomplet, il n'aurait pas dû informatiser une partie de ce dossier !...

C'est grâce à cette erreur administrative, que nous avons pu connaître cette demande et ces éléments.
Le dossier était une demande pour faire partie d'une sorte d'association des français vivant à l'étranger, pour pouvoir bénéficier de l'aide des autres français et structures des français déjà installés dans le Pays.... Depuis la fin février 2010, quand nous avons appris ces éléments et déclenché l'enquête judiciaire avec l'aide des gendarmes de la Somme et du Tribunal d'Amiens.

Les détails du Passeport ont été mis dans la base de données d'Interpol, il n'a à ce jour pas encore été localisé...
Sur le Passeport il manque un numéro (d'après les fonctionnaires) il aurait été délivré à MEXICO via l'Ambassade de France au Mexique.

Il manque un M à son prénom et la date de naissance est écrite 30 août 1975, alors qu'Emmanuel est né le 22 août 1975. Le reste est exact...

On a du mal à croire que quelqu'un qui usurperait l'identité d'Emmanuel, n'aurait pas consulté cette identité sur Internet !...De plus irait se pavaner dans un Consulat, face aux autorités françaises, avec un faux passeport et vouloir voter à ERCHEU (825 habitants - France - Picardie - Somme) très connu dans le Monde !!!..

Ça nous semble être lui pour faire cette démarche.

Pour ma part (Jean-Yves Bonnissant) je pense qu'Emmanuel doit naviguer sur un bateau de la Marine Marchande, qu'il a débarqué dans le port d'Osaka, est allé au Consulat de France. Mais alors comment se fait-il que les autorités japonaises ne l'ont pas contrôlé et répertorié ?.

2 solutions

Soit il y a eu un manquement au contrôle !. Ce que je doute.

Soit il voyage sous une autre identité !... Laquelle ?...

Peu de personnes étaient au courant de cette piste, afin d'essayer de le localiser. N'ayant RIEN de nouveau depuis 6 ans, on a décidé de passer à la vitesse supérieure et prochainement demander à la Justice une enquête judiciaire via la Marine Marchande internationale, peut-être qu'il figure dans les listings des marins ?...

De toute évidence, nous aurons besoin de l'aide de tous les internautes, pour relayer les informations et pour aider les enquêteurs dans les recherches dans ce vaste domaine.

Tous ensemble, nous finiront bien par obtenir des résultats 

Nous vous remercions pour votre aide.


 

Né le 22 août 1975 à SAINT-DENIS (93)
 

- Emmanuel a disparu le 16 février 1996 à RENNES (35) vu dans la Gare SNCF vers 15h30
- Taille 1 m 68-70
- Yeux Bleus
- Cheveux Châtains
- Cicatrice de 3 cm de long dans le sourcil droit
- Myope, il doit porter des Lunettes ou des Lentilles.

 

Circonstances :
 

Emmanuel a fait une Prémilitaire "Marine" en 1993-1994, voulant faire carrière dans la Marine Nationale.

En janvier 1996 a 20 ans, il effectue son Service Nationale dans la Marine Nationale, tout allait bien, puis après 3 semaines d'instruction au CFM de HOURTIN (33), il a été affecté à terre à la Base Aéronavale de LANDIVISIEAU (29), il a été déçu de cette affectation, lui qui rêvait de parcourir les mers du Globe sur un Navire de la Marine Nationale, surtout qu'ayant fait une Prémilitaire Marine, il était prioritaire à l'embarquement...

 

3 semaines après son arrivée en Bretagne à 30 Km de la mer, ce fût la St Valentin, une déception sentimentale est venue s'ajouter à sa déception Militaire, il envoya un courier à son amie lui annonçant son intention de mettre fin à ses jours, alors qu'il devait passer 8 jours de permission chez son amie.
 

C'est elle qui préviendra les parents d'Emmanuel, s'inquiétant de ne pas le voir arriver aux trains venant de PARIS à la gare de ROUEN (76) le vendredi 16 février comme convenu.
 

La lettre qu'Emmanuel a envoyé à son amie, a mis plus de temps que prévu (!), ce n'est que le samedi 17 février qu'elle est arrivée chez son amie, il était trop tard pour tout le monde d'intervenir sur le trajet qu'a emprunté Emmanuel le 16 février, il a écrit dans cette lettre, que son amie la recevrait le jour de son départ ! ! ! ...
 

Lors de l'enquête, sa famille retrouvera sa trace dans la gare de RENNES (35) ayant dit à ses copains qu'il descendait du TGV pour poster une carte pour l'anniversaire de son frère, c'est en fin de compte une seconde lettre destinée à son amie qu'il postera de la gare de RENNES ce jour-là, plus personne n'aura de ses nouvelles, rien n'a bougé administrativement à son nom, sa famille a retrouvé 18 sosies d'Emmanuel, grâce à la diffusion de l'avis de recherche et la Solidarité de plusieurs personnes.
 

Le Combat de ses Parents :
 

Les parents d'Emmanuel ont créé MANU association en janvier 1999 pour venir en aide aux familles victimes d'une disparition, constatant toutes les difficultés rencontrées par les familles des disparus et le manque de formation des policiers et des gendarmes dans le domaine des disparitions en France, malgré la loi 74-1 du 21 janvier 1995 pour les Disparitions inquiétantes.
 

Nos voix ont été entendues et comprises par le ministère de l'intérieur, c'est le 14 janvier 2002 que Mr Daniel VAILLANT, Ministre de l'Intérieur a annoncé à LILLE les nouvelles mesures adoptées pour la recherche des personnes disparues, depuis les choses ont bien évolué, les familles victimes sont aidées et comprises, il reste encore certaines choses à mettre en place (ex : Prise ADN, mettre les photos dans le Fichier des Personnes Recherchées, etc.).
 

Contacts : MANU association par Mail ou Tél : 03.22.87.37.50.

ou la BT de Gendarmerie de ROYE (80) Tél : 03 22 87 73.


 

 



Ajouté le 13/09/2018 par Annie - Appel à Témoins

URGENT

APPEL A TEMOINS

 

(Dossier A.R.P.D)

 

Jean-François DELAS 25 ans

Disparu à Thonon-les-Bains (74)

Le 1er avril 2002

 


 

La publication émane de sa maman qui depuis 16 ans multiplie les démarches de recherche afin de retrouver Jean-François.

 

Le 1er avril 2002, Jean-François a été admis à l’hôpital « Les Morillons » de Thonon-les-Bains suite à une crise délirante. Trois jours après, à 19h30, il fugue de l’hôpital en pyjama, sans ses papiers, ni argent, ni téléphone portable.Il sera vu sur le Boulevard de la Corniche en train de faire du stop.

 

En été 2002, sur Chambéry, un ami de Jean-François l’aperçoit en compagnie d’une jeune fille qu’il a présenté comme sa petite amie. Il avait un nouveau tatouage sur la jambe gauche, différent de celui qu’il a à la jambe droite.

 

Malgré tous les appels à témoins diffusés, les émissions sur France 2 ou encore Enquête criminelles, tous sont restés sans effet.
 

Administrativement, il n'existe plus : aucune demande de renouvellement de papiers n'a été faite, aucun mouvement sur ses comptes bancaires n'a été enregistré, il n'a jamais perçu les Assedic, n'a jamais travaillé, n'a jamais bénéficié d'une quelconque aide de l'Etat, ni de la sécurité sociale.

 

 

 

 

Sa maman se bat afin d’obtenir une réouverture du dossier pour élucider la disparition de Jean-François qui reste à ce jour inexplicable.


 

Jean-François a vécu sur Chambéry durant l'année 2000.

Il participait à de nombreux festivals sur la région.

 

Signalement :
Cheveux bruns

Yeux noirs

Taille : 1m85

De corpulence mince

 

Signes particulier :

Le prénom de sa maman « Claudie » est tatoué sur sa poitrine.

Tatouages importants sur le bras gauche et sur la jambe droite (formes  géométriques).
 

Si vous avez des informations, contactez l’Association au :06 43 25 74 42 (Corinne Georges)

 

Si vous diffusez cet avis, le seul lien et photos sont ceux de l’A.R.P.D National, car le dossier et les photos nous ont été confiés par la famille. Merci d’avance à tous de le partager complet avec l’acronyme arpd.fr et le texte crée pour cette publication.


 



Ajouté le 03/08/2018 par Corinne - Appel à Témoins

 

 

APPEL A TEMOINS 

Police scientifique Italienne

 

 

L’Italie recherche l’identité et la descendance d’un skieur français mort il y a 60 ans

 

|A.R. avec AFP|28 juin 2018, 16h33 (Le parisien)

 

 

 

 

Pour aider une éventuelle descendance à identifier leur aïeul retrouvé dans le Val d’Aoste il y a 60 ans, la police italienne donne beaucoup de détails sur ses objets personnels. Capture Facebook @AgenteLISA

 

Le corps de l’homme d’une trentaine d’années avait été retrouvé en juillet 2005 à une altitude de 3 100 mètres dans le Val d'Aoste, au nord de l'Italie, à la frontière avec la France.

Le mystère sera-t-il résolu grâce aux réseaux sociaux ? Faute d’avancée notable dans ses recherches, la police italienne a lancé cette semaine un appel sur Facebook pour tenter d’identifier le corps d’un skieur, probablement français, mort il y a une soixantaine d’années et retrouvé en 2005 dans le Val d’Aoste, à la frontière entre la Botte et l’Hexagone.

 

Des initiales « MM »

 

Selon la description et la vidéo en ligne, le corps trouvé en juillet 2005 à une altitude de 3 100 mètres est celui d'un homme d'environ 30 ans, faisant 1,65 m et qui portait sur sa chemise des initiales « MM ».

Pour aider une éventuelle descendance à identifier leur aïeul, la police donne aussi beaucoup de détails. Le skieur inconnu avait dans sa poche, entre autres, une pièce de monnaie de cinq lires, battues entre 1946 et 1950. Il avait aussi des skis de marque Rossignol, un modèle fabriqué dans les années 40 et 50 et réservé à de bons skieurs. Mais surtout, il avait une montre Omega.

 

Myope, aisé et lié aux colonies

 

 

« Vendu le 8 février 1950, cet objet (la montre, ndlr) était destiné aux colonies françaises comme la Tunisie, l'Algérie et le Maroc, faisant penser que, selon toute vraisemblance, le skieur sans identité pourrait être de nationalité française », poursuit la police qui précise que l'homme, myope, portait des lunettes.

Les enquêteurs estiment par ailleurs qu'il est mort « pas avant l'hiver 1950 » et que d'autres objets lui appartenant « font penser que l'homme était aisé et probablement pas Italien et que pour cette raison les recherches en Italie n'ont donné aucun résultat ».

 

 

******************************************

 

Pour plus de renseignements voici le lien face book d'une vidéo de la police italienne  où vous pourrez voir  les objets retrouvés sur le skieur, vous pourrez voir. 

 

https://www.facebook.com/poliziadistato.it/videos/1422538284558608/

 

 

 



Ajouté le 29/06/2018 par Pascale - Appel à Témoins

APPEL A TEMOINS 

 

 

Meurtre de Vincent Buttin : un appel à témoins des gendarmes

  • Ce lundi 25 juin, les gendarmes de la brigade des recherches d’Avignon lancent un appel à témoins dans le cadre de l’enquête ouverte pour « meurtre » après le décès de Vincent Buttin. Agé de 23 ans, il a succombé à un coup de couteau dans le ventre le 20 juin dernier à l’hôpital d’Avignon. Cet étudiant, domicilié au Pontet, a peut-être fait une mauvaise rencontre dans le Parc Saint-Louis, au Pontet, quelques heures avant sa mort. Il avait été découvert très grièvement blessé vers 3 heures.

 Les gendarmes en appellent à tous ceux qui ont pu croiser Vincent Buttin le soir des faits. Ou à ceux qui se trouvaient à proximité du parc cette nuit-là. Sans le savoir, ils ont peut-être vu ou entendu un élément qui pourrait aider l’avancée de l’enquête.

 

La nuit du meurtre, Vincent Buttin portait un tee-shirt bleu et un bas de survêtement gris.

 

Toutes les personnes susceptibles d’aider l’enquête sont priées de contacter les gendarmes au 04 90 80 50 47.

 

Par Riad DOUA | Publié le 25/06/2018 à 18:19 (le dauphiné libéré)

 



Ajouté le 25/06/2018 par Pascale - Appel à Témoins

1 2 3 4   Page suivante