Jean Louis CORRAZE disparu à FOIX (09-ARIEGE) IL Y A 3 ANS

Jean Louis CORRAZE, 66 ans, a disparu à Foix (09) . Disparu sur le plateau de Beille. Le mari de l'ancienne conseillère municipale fuxéenne Sylvette Corraze, décédée l'an dernier, a disparu depuis dimanche dernier 14 heures. Sa fille a alerté la police qui effectue des recherches conjointement avec la gendarmerie par hélicoptère.On a acquis la certitude que Jean-Louis Corraze est parti aux champignons ou en randonnée. L'hélicoptère de la gendarmerie a tourné lundi au-dessus de ses coins favoris pour localiser sa voiture (un break Peugeot 306 gris, immatriculé BG-429-WE). Hier, l'hélicoptère a localisé la voiture au plateau de Beille.

 

Jean-Louis Corraze, 66 ans, mesure 1,85 m, cheveux grisonnants, yeux marron ; il est de corpulence athlétique.

 

Toute personne qui aurait vu quelque chose est priée de se mettre en rapport avec le commissariat de Foix .Tel. 05 61 05 43 00.

*************************************************************************************

  Jean Louis CORRAZE recherches sur le plateau de Bailles. Retraité fuxéen de 66 ans, mari de l’ancienne conseillère municipale Sylvette Corraze décédée l’an passé, a disparu depuis dimanche après-midi. C’est sa fille qui a donné l’alerte lundi au commissariat de Foix.

 

Habitué à partir seul en randonnée ou aux champignons, M. Corraze serait parti dimanche aux alentours de 14h, il était vêtu d’un survêtement et d’une polaire sombre mais n’avait pris ni téléphone portable ni moyen de paiement. Dès lundi, l’hélicoptère de la gendarmerie a effectué des rotations aux alentours de Foix afin de localiser sa voiture, un break Peugeot 306 gris.

 

La déclaration de disparition ayant été effectuée au commissariat de Foix, c’est le capitaine Philippe Wolmer de la Police Nationale qui dirige l’enquête. Mardi en début d’après-midi, la fille de M. Corraze, effectuant conjointement les recherches avec les secours, a découvert le véhicule de son père sur le parking de la station de Beille, ce qui a permis d’orienter les équipes de secours sur ce secteur de la Haute Ariège. Une cinquantaine de personnes quadrillent désormais la zone, gendarmes, groupement montagne des sapeurs pompiers, police, PGHM, GMG (groupe de montagne de la gendarmerie), des militaires du 1er RCP, deux chiens renifleurs (un de la police et un de la gendarmerie) et d’importants moyens techniques, quads, hélicoptère de la gendarmerie, ont poursuivi les recherches ce mercredi sur un périmètre de six kilomètres carrés autour de la station. Le Major Galy de la gendarmerie d’Ax les Thermes connaît parfaitement le terrain, il a conduit ce matin les recherches vers le secteur de Pierrefitte, les ruisseaux de la vallée d’Aston et les abords des bois. En début d’après-midi, les recherches n’ayant rien donné, les équipes ont étendu leur circuit jusqu’à 10 kilomètres. Spontanément, des bénévoles ayant une solide connaissance du milieu se sont présentés pour étoffer les équipes de recherche. Ainsi Gilles Prior, conseiller municipal à Montgailhard: «j’avais décidé de profiter de cette belle journée pour faire une randonnée à l’étang Bleu mais ayant appris ce matin la disparition de Jean-Louis Corraze, je n’ai pas hésité à rejoindre les rangs des sauveteurs, en soutien» La pluralité des acteurs et leur niveau de compétence a permis d’optimiser les secours. Selon Jean-Louis Hildenbrand, commandant du PGHM, n’ayant pas d’indication sur l’itinéraire suivi par la personne disparue, «les secours s’organisent par vague successives de ratissage […] Les secteurs sont soit boisés, soit couverts de fougères ou de rhododendrons, on peut passer à proximité d’un corps sans forcément le voir. Nous avons espoir de retrouver une personne blessée mais vivante, c’est ce qui nous maintient motivés» Les secours attendaient pour le milieu d’après-midi l’hélicoptère de retour d’intervention afin de passer au crible les zones difficiles d’accès. Pourtant en fin de journée malgré le déploiement d’un tel dispositif les recherches sont restées vaines. Elles devraient reprendre demain matin dès 8h30 sous le responsabilité de la gendarmerie.

**********************************************************************

 Jean Louis CORRAZEdes recherches approfondies depuis dimanche. Un homme porté disparu depuis dimanche sur le plateau de Beille Brieffing avant le départ des équipes de recherche

 

 Des recherches sont entreprises pour retrouver Jean-Louis Corraze, 66 ans, disparu depuis dimanche lors d'une balade solitaire au plateau de Beille. Les recherches entreprises pour retrouver Jean-Louis Corraze au plateau de Beille ont repris hier après une première tentative mardi après-midi qui s'avéra infructueuse.

 

Jean-Louis Corraze, 66 ans, (lire notre précédente édition) est parti de chez lui dimanche après-midi. Soit pour aller aux champignons, soit pour effectuer une randonnée, activités de loisirs dont il avait l'habitude. Sa fille, ne l'ayant pas vu revenir à la maison, a alerté les services de police de Foix qui sont aujourd'hui chargés de l'enquête avec l'aide de la gendarmerie. Les investigations ont porté sur les secteurs où il avait l'habitude de promener, avec l'appui de l'hélicoptère de la gendarmerie : Prat d'Albis, Goulier, Croquié, Ascou-Pailhères, Bonascre.

 

Finalement, la voiture du disparu a été localisée au plateau de Beille, mardi après-midi, et les recherches ont été déclenchées, mobilisant une trentaine de personnes. Hier, une cinquantaine de personnes étaient présentes sur le plateau de Beille : des policiers fuxéens, des gendarmes du PGHM et de diverses unités montagnardes plus une équipe cynophile, des pompiers avec deux chiens de recherche ainsi que des bénévoles. Méthodiquement, les rôles ont été distribués pour explorer le terrain secteur par secteur. Hier, en début d'après midi, près de 6 km2 avaient été fouillés, les chercheurs espéraient avoir couvert 10 km2 dans la soirée. Dans la matinée, les pentes descendant vers la vallée de l'Aston avaient été fouillées, dans l'après-midi les recherches se sont orientées sur le secteur de Pierrefite.

 

Le major Galy, de la gendarmerie d'Ax-les-Thermes, déplorait que le disparu n'ait pas pensé à prendre son téléphone portable : «S'il l'avait eu, on aurait pu le localiser en faisant une triangulation». Les opérations de recherches se déroulent dans des conditions difficiles car le couvert végétal est épais : autant chercher une aiguille dans une botte de foin. L'hélicoptère a apporté son soutien mais les résineux sont abondants dans le secteur masquant ce qu'il y a au sol. Quant aux équipes au sol elles ont dû se montrer vigilantes. Certains secteurs, par exemple en descendant vers l'Aston sont tout d'un coup abrupts et l'on peut dévisser en tombant d'une barre rocheuse. Ce n'est pas la première fois cette année que quelqu'un disparaît à Beille : un jeune autiste de 17 ans avait été recherché fin janvier. Son corps avait été retrouvé non loin de la station de sports d'hiver. Hier, à 17 heures, les recherches n'avaient toujours rien donné.