Galeries photos - Assistance et recherche de Personnes disparues

2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2001 | 1996 | 1994 | 1985 | 1977 | Toutes les galeries

11/03/2017

Nathalie Bueno disparue à Cessenon-sur-Orb (34)

Une quadragénaire a disparu depuis 2014

 

MYSTÈRE. Le mystère reste entier à Cessenon-sur-Orb, près de Béziers, depuis que Nathalie Bueno a brutalement disparu, le 9 juillet 2014. Près de trois ans après, cette femme de 48 ans reste introuvable.  

Une disparition qualifiée d’inquiétante : fugue ? accident ? enlèvement ? assassinat ? Toutes les hypothèses sont privilégiées par le juge d’instruction du tribunal de grande instance de Béziers et les enquêteurs de la compagnie de gendarmerie de Béziers.

 

Un avis de recherche est lancé, un appel à témoins pour que toute personne susceptible d’avoir des renseignements sur la quadragénaire se rapproche des gendarmes :

https://e-metropolitain.fr/2017/03/11/cessenon-sur-orb-une-quadragenaire-a-disparu-depuis-2014/  

*******************************************  

Biterrois : Appel à témoins après la disparition d'une quadragénaire.  

Nathalie Bueno est âgée de 46 ans. Elle a disparu le 9 juillet 2014 à Cessenon-sur-Orb. Une enquête est ouverte.  

Nathalie Bueno est âgée de 46 ans. Elle a disparu le 9 juillet 2014 à Cessenon-sur-Orb. Elle est, selon ses proches, partie à pied pour faire des courses dans le village mais n'est jamais revenue.  

Elle était alors vêtue d'une robe à fleurs de couleur pastel et d'une paire de tennis. Elle est de corpulence normale, mesure 1,53 m et porte des cheveux courts de couleur brun-roux. Ses yeux sont marron.

 

Toute personne ayant des informations sur cette personne est invitée à contacter la brigade de la gendarmerie de Murviel-les-Béziers au 04 67 37 83 99 et demander le directeur d'enquête, le maréchal des logis chef Gérard.

http://www.midilibre.fr/2014/10/16/cessenon,1066950.php



disparition inquiétante Majeurs - Accéder à la galerie

27/10/2016

Josef Drag 91 ans atteint de la maladie d'alzheimer disparu à Bordeaux (33)

Disparition inquiétante à Bordeaux : Un appel à témoins est lancé.  

Un homme de 91 ans, souffrant de la maladie d'Alzheimer, a disparu aujourd'hui. Il a quitté les urgences de la polyclinique Bordeaux Nord sans laisser de trace. La police lance un appel à témoin.

 

Jozef Drag, d'origine polonaise, a disparu. Il mesure 163cms et pèse 74kgs. Il a des cheveux blancs courts et des yeux marrons.

 

L'homme est vêtu d'une chemise dans les tons de bleu avec un tee-shirt manches longues en dessous. Il porte un pantalon noir, un blouson parka noir, des chaussures noires à "scratch". Il porte un bracelet avec son nom au poignet.

 

Si vous avez la moindre information, veuillez appeler le 17.

 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/gironde/bordeaux-metropole/bordeaux/disparition-inquietante-bordeaux-appel-temoins-est-lance-1118089.html



disparition inquiétante Majeurs - Accéder à la galerie

04/05/2016

Claudette Grapinet disparue à Louvières (52)

Haute-Marne : Appel à témoin pour disparition.  

Claudette Grapinet a quitté son domicile de Louvières le 4 mai 2016 vers 8 h 30.  

Partie à pied, elle n'a pas donné signe de vie depuis.  

Âgée de 81 ans, elle mesure environ 1,65 m pour une corpulence normale.  

Elle a des mèches blondes dans les cheveux, porte des lunettes marron, une veste de couleur foncée et un sac à main.  

Toute personne qui aurait des informations, qui aurait croisé ou transporté Claudette Grapinet est priée de contacter d'urgence la gendarmerie de Nogent en charge des recherches au 03.25.31.82.17.  



disparition inquiétante Majeurs - Accéder à la galerie

02/03/2016

Roland Eckerlin disparu à Réguisheim (68)

Roland Eckerlin, 68 ans, habitant à Réguisheim, a disparu depuis le 2 mars 2016 au soir. Il mesure 1,75 m et est de corpulence normale. Il a quitté son domicile à bord de sa Renault Kangoo grise.  

Toute personne susceptible de fournir des renseignements peut appeler la gendarmerie d’Ensisheim au 03 89 81 01 30.  

http://www.dna.fr/faits-div…/…/03/15/disparition-inquietante



disparition inquiétante Majeurs - Accéder à la galerie

01/02/2016

Dany Lucas disparue à Calais (62)

Témoignage de la mère de la Calaisienne disparue: «Dany est vivante»

 

Dany Lucas a disparu depuis le 1er février 2014. Sa famille vit un enfer mais ne perd pas espoir. Elle continue de se battre pour obtenir des réponses

 

Votre fille Dany a disparu depuis deux ans ..... Continuez vous vos recherches ?  

«Je me battrai jusqu’à ce que je m’en aille pour avoir des réponses... Je suis certaine que ma fille est vivante. Je le sens, je le sais. Je ne sais pas où elle est... Mais elle est vivante. »  

Quelles actions menez-vous pour obtenir des réponses à vos interrogations ?  

« Dans les jours qui ont suivi sa disparition, nous avons entrepris avec notre famille et ses amis tout ce que nous pouvions faire pour la retrouver. Nous nous sommes sentis bien seuls. La police a tardé à entamer des recherches. Les enquêteurs étaient persuadés que Dany s’était suicidée. Que de temps perdu ! Depuis six mois, nous sommes un peu perdus. La volonté est là mais nous ne savons plus quelle direction prendre. Nous voulions nous rapprocher d’une association de familles qui ont subi le même traumatisme. Mais nous ne nous trouvons pas... On réfléchit pour créer notre propre association. Nous aimerions aussi enrôler un enquêteur qui pourrait faire toute la lumière sur la disparition de Dany... Mais , nous n’avons pas les finances... Et puis vous savez, au point où l’on en est, on se raccroche à tout. Nous sommes aussi allés voir des médiums, des magnétiseurs...»  

Quelles réponses vous ont-ils apportées?  

« L’un d’entre eux a de sérieuses références, il a déjà retrouvé une jeune fille. Il nous a affirmé qu’il y avait 99 % de chances que Dany soit vivante, mais retenue dans un pays étranger... »  

Et la police ? La justice ? Votre avocat ?  

« La police favorise toujours la thèse du suicide... Alors, elle ne nous écoute plus. L’avocat n’a peut-être jamais ouvert le dossier. Le juge admet avoir un doute sur cette disparition mais nous dit que le dossier est vide... »  

Que reprochez-vous aux enquêteurs?  

« De ne pas avoir fait leur travail... Ou trop tardivement. Le compagnon de ma fille n’a pas été entendu. Pourtant il était dans la voiture avec elle quand elle a disparu, digue Gaston Berthe. Il ne s’est pas rendu compte de la disparition de Dany parce qu’il dormait... Il n’a pas été inquiété, ni même interrogé. Pourtant, les policiers ont un témoin qui a entendu une fille crier au secours cette nuit-là... Mais ils ne l’ont pas cru. »  

Qu’attendez-vous aujourd’hui ?  

« Que les enquêteurs et le juge ne nous oublient pas... Qu’ils n’enterrent pas le dossier. Pendant nos recherches, un Polonais a affirmé avoir vu notre fille dans une tente de migrants au port... Quand le Polonais a tué la petite Chloé, nous sommes allés voir les enquêteurs pour voir s’il y avait un lien avec notre affaire. La réponse fut assez sèche et sans délai de réflexion ou de recherche: non... Et puis, peut-être que des témoins se souviendront d’avoir vu ou entendu quelque chose cette nuit du 31 janvier au 1er février 2014, à la plage... Nous nous raccrochons à tout pour obtenir des réponses. Ce que nous vivons est horrible.»

 

************************************************

 

AVIS DE RECHERCHE. Disparition d’une Calaisienne : Un appel à témoins lancé. Des recherches ont été menées ce lundi à Calais pour tenter de retrouver Dany Lucas, une femme âgée de 40ans et résidant rue Georges-Bizet à Calais. Elle n'a pas donné signe de vie depuis ce samedi 1er février 2014 vers 2 h 30. Elle se trouvait alors sur la digue Gaston-Berthe à Calais en compagnie d'un ami, avec lequel elle avait passé la soirée dans les cafés de Calais-Nord. Ce dernier, s'étant assoupi dans son véhicule, constatait à son réveil l'absence de Dany Lucas qui avait laissé sur place blouson, gants, sac et chaussures. La police a lancé un appel à témoin. Dany Lucas est de type européen, mesurant 1 m 60, de corpulence moyenne, cheveux bruns mi-longs. Elle est vêtue d'un haut noir, une jupe noire et de collants noirs opaques. Elle est porteuse d'un pendentif avec des losanges, elle a un tatouage (dauphin bleu) sur l'épaule droite. Dany Lucas a des antécédents psychiatriques et des tendances suicidaires. Elle suit un traitement pour l'épilepsie. Pour tout renseignement permettant de retrouver cette personne, contacter le commissariat de police de Calais (15 Place de Lorraine) au 03 21 19 13 17.) ******************************************** Disparition à Calais : Toujours aucune trace de Dany Lucas, la famille s’interroge. Des recherches ont été menées ce lundi à Calais pour tenter de retrouver Dany Lucas, une femme âgée de 40 ans et résidant rue Georges-Bizet à Calais. Elle n’a pas donné suite de vie depuis vendredi dans la nuit. Elle se trouvait alors sur la digue Gaston-Berthe à Calais en compagnie d'un ami, avec lequel elle avait passé la soirée dans les cafés de Calais-Nord. Ce dernier, s'étant assoupi dans son véhicule, a constaté à son réveil l'absence de Dany Lucas qui avait laissé sur place blouson, gants, sac et chaussures. Il a prévenu la police le lendemain vers 22 h. Ce mardi la police a lancé un appel à témoin. Dany Lucas est de type européen, mesurant 1 m 60, de corpulence moyenne, cheveux bruns mi-longs. Elle est vêtue d'un haut noir, une jupe noire et de collants noirs opaques. Elle est porteuse d'un pendentif avec des losanges, elle a un tatouage (dauphin bleu) sur l’épaule droite. Dany Lucas a des antécédents psychiatriques et des tendances suicidaires. Elle suit un traitement pour l'épilepsie. Pour tout renseignement permettant de retrouver cette personne, contacter le commissariat de police de Calais (15 Place de Lorraine) au 03 21 19 13 17. **********************************************

 

La famille s’interroge.  

Ce lundi vers minuit, la famille de Dany Lucas l’a cherchée désespéremment dans les chalets et a arpenté la plage. Hier, ses parents, son fils, son frère, sa soeur et sa belle-soeur nous ont confié faire tout ce qu’il pouvait pour la retrouver. Dany Lucas a travaillé pendant un an comme assistante de direction à l’école du Phare à Calais avant d’intégrer un centre de soins : il s’agit d’une personne vulnérable en souffrance psychique, rappelle sa famille qui a aussi jugé qu’il existait des « dysfonctionnements dans l’enquête. On ne comprend pas pourquoi les recherches n’ont pas été faites tout de suite. On nous a dit qu’on nous fournirait un numéro de téléphone de la personne chargée du dossier, on ne l’a toujours pas. » Le commissariat a réagi : « On ne peut pas dire tout et n’importe quoi et agir tant qu’il n’y a pas d’éléments probants .

http://www.lavoixdunord.fr/region/disparition-a-calais-toujours-aucune-trace-de-dany-ia33b48581n1894924 ******************************************** Disparition à Calais : Dany Lucas reste introuvable, l’hypothèse criminelle « pas envisagée »  

L'enquete se poursuit pour tenter de retrouver cette calasienne de 40 ans  , mais malgré l’appel à témoins lancé ce mercredi par voie de presse, la police de Calais ne dispose d’aucune piste sérieuse. L’hypothèse criminelle n’est pas du tout envisagée pour le moment, a indiqué un enquêteur. Dany Lucas est une personne fragile qui souffre de tendances suicidaires.  

Toute personne disposant de renseignements à son sujet peut contacter le commissariat de Calais au 03 21 19 13 17.

http://www.lavoixdunord.fr/region/disparition-a-calais-dany-lucas-reste-introuvable-ia33b48581n1898924 ************************************************ Le Fort-Nieulay et le canal aux Crabes ratissés par les proches de Dany Lucas. L'entourage de Dany Lucas se mobilise. En parallèle des recherches menées par les forces de l'ordre depuis la disparition de la Calaisienne, Fabienne et quelques proches sondent, à pied, des secteurs de Calais. Avec l'espoir de découvrir des indices qui permettraient de faire avancer l'enquête Le rendez-vous était donné hier matin devant le poste de secours de la plage. Lorsque Fabienne s'est présentée sur place, les quelques volontaires prêts à l'aider étaient déjà présents, équipés de vêtements chauds, sac sur le dos. Moins de dix personnes ont répondu à l'appel lancé sur Facebook en début de semaine et repris par des tracts distribués à des commerçants de Calais. «  La mobilisation n'est pas forte, souffle la cousine de la disparue. Plus faible encore que lors de la première battue. Parmi les volontaires du jour, Monica et son compagnon, un couple de Calais nord venu spontanément : « On ne connaît pas cette jeune femme mais les articles de presse nous ont touchés. La moindre des choses, c'est de les aider ». Il y aussi un ami de Fabienne, venu de Bois-en-Ardre. « J'ai déjà entamé seul des recherches, mais aujourd'hui (hier, NDLR) c'est la première fois que je le fais avec d'autres bénévoles ». Tout comme ce Boulonnais, qui a pris spécialement congé ce vendredi pour aider Fabienne. «  J'ai connu Dany quand j'étais plus jeune. À l'époque, on habitait le même quartier à Calais. Cette affaire me touche ». Quant à Sylvie, capuche sur la tête, elle est une amie d'enfance de Dany Lucas. « On allait au collège ensemble. Je ne crois pas du tout au suicide de Dany », explique la Calaisienne, qui prend en charge le groupe de bénévoles. Des cris de femme entendus la nuit de la disparition. Direction le canal aux crabes, au Fort-Nieulay. Chacun se définit une zone de recherches. Sylvie reprend :  « Elle a deux enfants de 14 et 19 ans. Elle était en soirée. Je ne vois pas pourquoi elle tenterait de mettre fin à ses jours. On n'a même pas retrouvé de lettre... » Fabienne partage le même avis. Et s'interroge sur l'ami qui accompagnait Dany Lucas jusqu'à sa disparition. Lorsque nous sommes allés le voir, il s'est emporté...  La progression dans la boue, parmi les herbes hautes, n'est pas facile. Un pull noir est retrouvé dans les marécages, à proximité des fortifications du Fort-Nieulay, « mais ce n'est pas un vêtement de femme », remarque Sylvie. Elle aussi a commencé les recherches seule en début de semaine, du côté de son domicile, à proximité du restaurant l'Aquar'aile. Elle est aussi allée au commissariat avec sa fille de 12 ans pour apporter son témoignage : « Au cours de la nuit de la disparition de Dany, ma fille a entendu des cris de femme en pleine nuit, vers 2  h 30. Elle m'en a parlé le lendemain. Quand on a appris la disparition de Dany en milieu de semaine, on a fait le rapprochement... J'ai fait le test il y a quelques jours. J'ai marché du poste de secours à l'Aquar'aile. Il y a neuf minutes à pied. Les éléments se recoupent  ». « Dany est vivante » Fabienne reprend : « On s'intéresse aussi à la version d'un Polonais qui aurait vu Dany dans un camp près du port... Mais la police nous a interdit certaines zones alors on respecte cette décision et on leur fait confiance. On croise les doigts pour qu'ils y aillent. Car Dany est vivante quelque part, je le sens. J'ai cette sensation depuis le début de mes recherches  ». Après une courte pause en milieu de matinée, autour d'un café et de madeleines, les recherches reprennent. Jusqu'au début de l'après-midi. Les blockhaus sont inspectés, les plans d'eau le sont aussi. Mais à chaque fois le résultat est le même. Pas de quoi attaquer le moral de Fabienne, prête à poursuivre «  même seule » les recherches. Une prochaine battue devrait avoir lieu la semaine prochaine. « J'espère que la mobilisation sera plus forte », glisse la cousine de la disparue. Appel à témoins : Dany Lucas est de type européen, mesure 1,60 mètre, est de corpulence moyenne, cheveux bruns, mi-longs. Elle était vêtue d'un haut noir, d'une jupe noire et de collants opaques noirs. Elle a disparu dans la nuit du 31 janvier au 1er février. Pour tout témoignage, contacter le commissariat au 03 21 19 13 17. Vous pouvez aussi contacter Fabienne, pour la participation à la prochaine battue, au 06 10 73 47 28. Les services d'Interpol saisis.  

Les forces de l'ordre multiplient les démarches pour tenter de retrouver Dany Lucas. Dans le cadre de l'enquête, les policiers ont requis les gendarmes nautiques de Calais pour sonder les eaux du port. Lundi, les "nautiques" calaisiens ont été aidés par leurs collègues de La Bassée, équipés d'un sondeur haute définition. Ils ont ainsi pu sonder le bassin en eaux profondes, l'avant-port également. En parallèle de ces recherches, les gendarmes nautiques ont multiplié les plongées dans le bassin de plaisance. « Ces plongées ont pour objectif d'inspecter sous les bateaux accostés et sous les pontons », détaillait hier le major Führer, à la tête de la gendarmerie nautique de Calais. La semaine prochaine, les plongées vont se poursuivre dans les eaux du port. Le travail avec les militaires de La Bassée est terminé. Par ailleurs, les recherches à terre continuent. Jeudi matin, la police de Calais a participé à une battue avec les pompiers et un chien détecteur de cadavre, sur la plage de Calais. Ils ont fouillé l'intégralité des chalets, jusqu'à Blériot-Plage. Les CRS ont fouillé les abords du Fort-Risban. Ces recherches n'ont rien donné. « On ne sait pas si on recherche un corps dans l'eau ou une personne à terre, glissait hier un enquêteur. Si elle est tombée à l'eau, ce qui n'est pas sûr, les risques de retrouver le corps sont minces. Les vents de sud-ouest on pu pousser le corps vers le large ». Toutefois, Interpol, et notamment les services belges, a été saisie. Cette coordination des moyens devrait aboutir sur un travail de recherches dans les eaux territoriales. Des moyens maritimes devraient être mobilisés entre la France et la Belgique dans les prochains jours. http://www.nordlittoral.fr/fait-divers-justice/le-fort-nieulay-et-le-canal-aux-crabes-ratisses-par-les-ia6b0n70618 ******************************************* Disparition de Dany Lucas : la brigade nautique fouille dans le bassin du port de plaisance. Disparue le 1er février dernier, Dany Lucas reste introuvable. Les gendarmes de la brigade nautique de Calais plongent depuis deux jours dans le bassin du port de plaisance dans l'éventualité d'y retrouver le corps de la Calaisienne. Le mystère reste entier au sujet de la disparition de Dany Lucas, cette Calaisienne de 41 ans disparue le 1er février dernier après une sortie à Calais Nord avec un ami. Ce dernier l'avait emmenée en voiture sur la digue Gaston-Berthe puis, après s'être garé, se serait assoupi et n'aurait constaté la disparition de la Calaisienne qu'à son réveil. Dany Lucas était partie sans son sac, son manteau et ses chaussures. Sa famille et ses amis ont organisé des battues à travers le Fort-Nieulay et le canal aux Crabes. La police Nationale a aussi fait des battues et a lancé un appel à témoins qui n'a pas donné grand-chose. Un chauffeur polonais a confié aux enquêteurs avoir vu Dany Lucas en compagnie de migrants mais après des visites dans les divers camps et squats de Calais, cette piste s'est « démystifiée », selon le commissariat de Calais. Les enquêteurs privilégient la thèse maritime et marine. C'est pour cette raison que les cinq gendarmes de la brigade nautique de Calais sont mobilisés depuis une dizaine de jours. À partir du 6 février dernier, ils ont sondé les eaux du port, aidés par leurs collègues de La Bassée, équipés d'un sondeur haute définition. Ils ont aussi plongé dans le bassin de plaisance mais ces deux derniers jours, ils ont intensifié leurs recherches sur ce secteur. « Nous sommes quatre plongeurs et moi-même sur terre pour fouiller la zone, explique Gaëtan Afchain, gendarme enquêteur subaquatique. Nous scrutons chaque ponton, chaque coque de bateau et sous les berges du bassin, non loin du coin des pêcheurs. Nos plongées nous ont amenées à fouiller une grande partie du bassin. Nous devrions avoir fini d'ici deux à trois jours ». Une autre possibilité envisagée serait celle ou Dany Lucas serait tombée de la jetée : « Les risques de retrouver le corps seraient minces , affirme Gaëtan Afchain. Les courants et les fortes tempêtes de ces derniers jours pourraient amener le corps loin de Calais. Il n'est pas impossible de le retrouver en Belgique ou ailleurs plus au Nord ». C'est dans cette éventualité qu'Interpol a été saisie dans cette affaire. Tous les moyens sont mobilisés pour retrouver Dany Lucas et apporter des réponses aux familles sur cette étrange disparition. http://www.nordlittoral.fr/fait-divers-justice/disparition-de-dany-lucas-la-brigade-nautique-fouille-ia6b0n72543 ******************************************** Disparition de Dany Lucas à Calais : Les recherches vont s’intensifier. Le parquet de Boulogne-sur-Mer a décidé d’ouvrir une information judiciaire pour recherche de personne disparue dans le cadre de l’affaire Dany Lucas. Cette Calaisienne de 41 ans a disparu dans la nuit du 31 janvier au 1er février, alors qu’elle se trouvait dans une voiture garée digue Gaston-Berthe, en compagnie d’un ami qui s’était assoupi. L’enquête reste confiée à la police de Calais et les investigations pourraient prendre de nouvelles orientations ces prochaines semaines. http://www.lavoixdunord.fr/region/disparition-de-dany-lucas-a-calais-les-recherches-vont-ia33b48581n2044707 *********************************************** Calais : Toujours aucune trace de Dany Lucas, disparue depuis six mois . Elle a disparu à Calais dans la nuit du 31 janvier au premier février. Depuis cette nuit-là, personne ne sait ce qu’est devenu la Calaisienne Dany Lucas. Âgée de 41 ans, cette femme à la personnalité fragile avait passé la soirée à Calais-Nord avec son compagnon. Elle traversait une période difficile et n’allait pas bien. Son compagnon affirme s’être assoupi dans leur voiture cette nuit-là : le couple s’était garé sur le parking de la plage, entre le poste de secours et la jetée. Quand il s’est réveillé, il était près de 3 h du matin. Dany Lucas n’était plus là. Son sac, son téléphone, sont restés dans la véhicule pourtant. Six mois après, l’enquête est toujours en cours et personne ne semble savoir ce qu’est devenue Dany Lucas. Nous lui consacrerons un article dans notre édition papier de ce samedi, dans le cadre d’une série de trois volets sur des disparitions non élucidées à Calais.  

http://www.lavoixdunord.fr/region/calais-toujours-aucune-trace-de-dany-lucas-disparue-ia33b48581n2313378 ****************************************** Disparition non élucidée à Calais : Malgré les doutes, la famille de Dany Lucas veut toujours y croire. Samedi 9 août, nous avons publié une page consacrée à la disparition non élucidée de Dany Lucas. Sa famille, en proie à la douleur depuis son mystérieux départ dans la nuit du 31 janvier au 1er février, ne reconnaît pas le portrait que certains de ses proches ont dressé d’elle. Sa mère, sa sœur et son frère prennent la parole pour la décrire d’une façon qu’ils estiment plus fidèle. Et répéter leur espoir de la retrouver un jour. Le contexte. Dany Lucas est portée disparue depuis plus de six mois maintenant. L’enquête de police, les recherches des familles et les appels à témoins n’ont abouti à aucune piste sérieuse. Personne ne sait ce qui est arrivé à la Calaisienne âgée de 41 ans. La semaine dernière, La Voix du Nord a relancé l’affaire pour que ce fait divers, comme deux autres disparitions non élucidées (lire ci-contre), ne sombre pas dans l’oubli. Dans notre reportage, nous avons donné la parole à la mère de Dany Lucas, puis à son ancien compagnon et à un ami. Tous deux la décrivent comme une femme aux tendances suicidaires, l’un d’eux assurant que Dany Lucas pouvait être « totalement incontrôlable ». Un portrait que contestent ses proches. Fragile « mais pas suicidaire ». Micheline Lucas, mère de Dany, Nathalie et Alain Lucas, sa sœur et son frère, sont formels : « Dany est fragile, mais pas suicidaire. Elle a certes lancé des appels au secours, mais on ne la pense pas capable de passer à l’acte et de se jeter à l’eau. » Ses « appels au secours », c’est ce qui s’apparente selon ses proches à une mise en scène pour attirer l’attention : « Quand elle n’allait pas bien, elle appelait toujours. » Au total, il y a eu « deux alertes sérieuses » selon la famille, qui a toujours entouré Dany. Perturbée par le décès brutal de son frère aîné il y a vingt ans, fragilisée par deux séparations difficiles, Dany Lucas avait ses faiblesses, passagères. « Mais elle n’est pas folle, tempère Micheline.Un bref séjour en maison de repos ne signifie pas que quelqu’un perd la tête, des gens très bien ressentent le besoin de s’y rendre pour se ressourcer. » Imprévisible, pas incontrôlable. Micheline et ses deux enfants contestent l’idée que Dany est une femme « incontrôlable ». « Elle est plutôt imprévisible », nuance sa sœur Nathalie. «Solitaire », ajoute Alain. Était-elle capable, en plein désarroi, de sauter à l’eau une nuit de tempête ? « Je n’y crois pas. Un jour, elle m’a dit sa peur de mourir noyée », confesse sa sœur, devant Micheline qui acquiesce. Une mère aimante, au regard bienveillant, peut-elle affirmer connaître parfaitement son enfant ? Dany aurait-elle pu confier à d’autres un mal-être lancinant, la dévorant au point de passer à l’acte ? « Je ne croirais jamais qu’elle s’est jetée à l’eau. Je ne peux pas l’expliquer, c’est ce que je ressens au fond de mon cœur », glisse Micheline. Dany, femme courageuse. La vie de Dany Lucas, c’est aussi son amour pour ses deux enfants, son enthousiasme pour son travail d’auxiliaire de vie auprès des personnes âgées. «Elle a fait des stages non payés pendant un an pour avoir son diplôme, elle était motivée », insiste son frère. Après le lycée, Dany Lucas opte pour la filière esthétique et travaille pour des parfumeries, à Lille et à Coquelles. Elle quitte le monde du travail pour élever ses enfants puis devient assistante scolaire à l’école du Phare. « Ce qui caractérise aussi Dany, c’est son courage. » http://www.lavoixdunord.fr/region/disparition-non-elucidee-a-calais-malgre-les-doutes-ia33b0n2328355 ****************************************** Un an après la disparition de Dany Lucas, les questions persistent. L’enquête n’avance pas. Le 1er février, Dany Lucas aura disparu depuis un an. Ses proches, dont la vie a basculé, veulent savoir et gardent espoir. Notre vie est démolie. Je ne veux pas qu’on l’oublie. » Micheline Lucas, la maman de Dany, peine à retenir ses larmes. Depuis le 1er février 2014, Dany Lucas, une Calaisienne de 40 ans, a disparu. Une disparition inquiétante et une enquête qui n’amène pas de réponse pour le moment. « Je m’imagine tout et n’importe quoi. J’aurais préféré qu’on retrouve le corps... », soupire avec tristesse Micheline Lucas. Depuis un an, ce 1er février où leur vie a basculé, les proches de Dany remuent ciel et terre et veulent garder espoir. « On ne peut plus vivre normalement », souffle Nathalie, la soeur de Dany. Depuis un an, ils vivent l’horreur, dans l’incertitude la plus totale. Zones d’ombres. Cette soirée du 31 janvier 2014, Dany Lucas la passe avec son ami, dans les bars de Calais-Nord. Ensuite, plus personne ne la verra. Ils seraient allés sur la digue, à la plage. La quadragéniaire aurait disparu dans la nuit, laissant dans la voiture de son ami ses affaires personnelles, ses chaussures, son manteau... « C’était en pleine tempête ! Elle aurait mis les pieds à l’eau. Il dit qu’il s’est réveillé et qu’elle n’était plus là. », assure Nathalie, la soeur. Dans l’entourage de la disparue, personne n’y croit. Pas plus qu’au suicide, même si Dany Lucas avait des tendances dépressives. « Il y a quelque chose qui cloche. Ce n’est pas possible. Qu’est-ce qui s’est passé ? », s’interroge la mère de la disparue. En décembre, ils ont rencontré le juge d’instruction chargé de l’enquête. Et reprennent un peu d’espoir. « Il fait un travail très minutieux », remarque Alain, le frère de Dany. Les mois qui se sont écoulés jusque là, ont fait monter la colère de la famille. Désespérée, la famille de Dany peste et ne comprend pas l’enquête menée par la police. « Ça a mis trop de temps à démarrer», pensent-ils, très touchés par la disparition de Dany. « On nous a dit qu’elle était sûrement à l’eau, qu’elle était dépressive, c’est facile, ça. Ils prennent ça à la légère », s’insurge la soeur, en colère et prise par ses sentiments. Micheline est aussi révoltée, tellement rongée de ne pas savoir où est sa fille. Et de rappeler des scènes qui l’ont marquée : « On a été convoqué, on avait les affaires de Dany devant nous, son manteau, son sac... » Quelques jours après la disparition de Dany, la famille a organisé des battues, à la plage, au Fort Nieulay... Aujourd’hui, ils ne savent plus quoi faire. « On aimerait trouver une association, des gens qui vivent les mêmes choses que nous. » Un an après, la famille de Dany Lucas ne baisse pas les bras, et vit à travers ces zones d’ombre, ces questions. http://www.nordlittoral.fr/faits-divers/un-an-apres-la-disparition-de-dany-lucas-les-questions-ia0b0n178751?xtor=RSS-2  



disparition inquiétante Majeurs - Accéder à la galerie

1 2 3 4   Page suivante